Frécourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Frécourt (Moselle) ou Fricourt.
Frécourt
Frécourt.
Frécourt.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Langres
Canton Bourbonne-les-Bains
Intercommunalité Communauté de communes du Bassigny
Maire
Mandat
Vincent Richardot
2014-2020
Code postal 52360
Code commune 52207
Démographie
Population
municipale
94 hab. (2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 57′ 08″ nord, 5° 27′ 29″ est
Altitude Min. 371 m
Max. 473 m
Superficie 6,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frécourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frécourt

Frécourt est une commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Grand Est.

La commune possède un hameau qui se nomme Lavrigny.

Lavrigny, était au Moyen Âge un village plus important qui fut détruit pendant la guerre de Cent Ans. L'actuelle chapelle de Lavrigny était église alors paroissiale et siège d'une cure à la nomination de l'évêque de Langres. Après l'abandon du village elle devint simple succursale de Neuilly-l'Evêque.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine de Frécourt

Ce serait une erreur de croire que Frécourt ait été construit à la suite de la destruction de Lavrigny par les Anglais dans la première moitié du XVe siècle, car à cette époque les deux villages avaient subi le même sort.

Un inventaire en 1464, dressé par Guy BERNARD, évêché de Langres, mentionne que Frécourt était complètement ruiné et on sait qu'en 1498, le village n'était pas encore relevé[1].
Par ailleurs, différentes pièces d'archives témoignent l'existence de Frécourt bien avant la guerre de Cent Ans.

Vers 1140, un certain Coluns est cité comme prêtre de Frécourt.

En 1198, une carte Hilduin, doyen de Langres affranchit les habitants de Frécourt en même temps que ceux de Bannes et de Lavrigny.

En 1296, les frères de la léproserie de Saint-Gilles, au bas de Langres, rachètent pour douze sous un cens annuel de quatre deniers qu'ils devaient sur une terre de Frécourt.

Les habitants de Frécourt, comme ceux de Lavrigny étaient tenus de moudre au moulin banal de Bonnecourt.

Enfin un pouillé de 1492, conservé à la bibliothèque nationale signale que l'église Saint Barthélémy était le siège d'une cure à la nomination de l'évêque.

Comme le village n'était pas relevé de ses ruines à cette date, ce renseignement se réfère par conséquent à une époque antérieure au passage des Anglais.

Il n'y a donc aucun doute que Frécourt a existé en même temps que Lavrigny pendant plusieurs siècles

Ce village a accueilli des réfugiés des Vosges pendant la Seconde Guerre mondiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Daniel Crevisy    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 94 habitants, en diminution de -1,05 % par rapport à 2009 (Haute-Marne : -2,51 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
200 246 248 248 336 332 309 318 328
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
318 302 319 284 304 267 252 253 237
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
224 215 206 179 182 176 190 158 151
1962 1968 1990 1999 2006 2011 2014 - -
156 173 115 87 98 96 94 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Barthélémy
Église Saint-Barthélémy.

L'église de Frécourt était le siège d'une cure à la collation de l'évêque de Langres puis à partir de la fin du XVe siècle elle devint simple succursale de Bonnecourt jusqu'en 1856 où elle retrouva son titre curial.
Des plans de l'architecte Henry-Philibert Méot datés du 29 juin 1890 puis du 16 janvier 1891 nous apprennent que l'église Saint-Barthélemy allait être reconstruite. Un plan modificatif intervint le 19 juin 1891 (chevet plat et tour-porche sans chapelles attenantes) mais on exécuta finalement le premier projet amputé des bras du transept. Deux inscriptions sur les piédroits de la porte d'entrée indiquent que l'édifice actuel fut commencé en 1893 et consacré en 1902.

Description

La nef à trois vaisseaux de trois travées est précédée d'une tour-porche couronnée d'une flèche polygonale en ardoise. Ce dernier est encadré par deux chapelles secondaires. Les trois vaisseaux de la nef sont couverts par un toit unique. Le chœur se compose d'une travée droite et d'une abside à trois pans couverte d'une voûte d'ogives à six quartiers. La sacristie est adossée contre le mur sud du chœur. La tour du clocher, les baies, les contreforts et les chaînes sont en pierre de taille et le reste de l'édifice est en moellon.

Chapelle de Lavrigny
Chapelle de Lavrigny.

Le portail d'entrée date du XIIIe siècle mais est-ce la date de construction du reste de la chapelle ?

La chapelle est adossée à un bâtiment relevant d'une propriété privée.
Elle est constituée d'un vaisseau unique de plan massé. Les murs extérieurs sont enduits et les chaînes d'angle apparentes sont en pierre de taille. L'intérieur est lambrissé.
Un petit campanile au-dessus de la façade occidentale accueille une cloche.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jolibois, La Haute Marne ancienne et moderne
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .