Fourquevaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fourquevaux
Axe principal du village, avec sa salle des fêtes sur la gauche et sa mairie sur la droite.
Axe principal du village, avec sa salle des fêtes sur la gauche et sa mairie sur la droite.
Blason de Fourquevaux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Escalquens
Intercommunalité Sicoval
Maire
Mandat
François Aumonier
2014-2020
Code postal 31450
Code commune 31192
Démographie
Gentilé Fourquevalais
Population
municipale
745 hab. (2014en diminution de -1.19 % par rapport à 2009)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 27″ nord, 1° 37′ 03″ est
Altitude Min. 165 m – Max. 256 m
Superficie 10,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Fourquevaux

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Fourquevaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fourquevaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fourquevaux
Liens
Site web site officiel

Fourquevaux est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Fourquevalais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès et localisation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans le Lauragais sur la Marcaissonne, à 19 km au sud-est de Toulouse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fourquevaux
Odars Préserville Préserville
Belberaud Fourquevaux Labastide-Beauvoir
Montlaur Baziège Labastide-Beauvoir

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par le réseau Arc-en-ciel de Haute-Garonne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Fourquevaux (Haute-Garonne).svg

Blasonnement des armes du village de Fourquevaux : « De gueules à la bande d'argent »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la septième circonscription de la Haute-Garonne du Sicoval et du canton d'Escalquens (avant le redécoupage départemental de 2014, Fourquevaux faisait partie de l'ex-canton de Montgiscard).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Robert Demur    
mars 2008 2014 Henri Valés    
2014 en cours François Aumonier SE autres cadres (secteur privé)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 745 habitants, en diminution de -1,19 % par rapport à 2009 (Haute-Garonne : 6,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
616 764 637 687 694 795 822 833 865
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
729 692 622 627 611 594 559 529 541
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
522 503 505 444 443 452 448 392 392
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
345 351 460 557 639 716 771 749 745
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[6] 1975[6] 1982[6] 1990[6] 1999[6] 2006[7] 2009[8] 2013[9]
Rang de la commune dans le département 165 169 157 169 168 186 190 197
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges du département de la Haute-Garonne en 2007 en pourcentage[10].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
5,2 
75 à 89 ans
8,1 
11,0 
60 à 74 ans
12,0 
19,3 
45 à 59 ans
19,3 
22,6 
30 à 44 ans
21,4 
23,1 
15 à 29 ans
21,6 
18,4 
0 à 14 ans
16,6 

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Fourquevaux fait partie de l'académie de Toulouse.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre du Sicoval[11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Façade de l'orangerie du château de Fourquevaux.
Vue de la place du village, depuis l'entrée de la salle des fêtes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Laurens, peintre
  • Paul Albert Laurens
  • Armand de Perpessac
  • Marquèse de Fourquevaux (vers 1170-1244) : de son vrai nom Marquèse de Pailhès, elle est l'une des 200 cathares de Montségur qui ont été brulés vifs le 16 mars 1244, n'ayant pas voulu abjurer leur foi. Fuyant la croisade contre les albigeois, elle se réfugie d'abord à Toulouse en 1226, puis rejoint Montségur en 1234. Elle a épousé vers 1190 le chevalier Raimond Hunaud de Lanta (seigneur de Lanta) et est mère de 5 enfants, dont Corba Hunaud de Lanta est l'épouse de Raimond de Péreille, fils de Guillaume-Roger de Mirepoix et de Fournière de Péreille (Raimond de Péreille est baron de Roquefixade, seigneur de Durfort, seigneur et commandant de la forteresse de Montségur). Corba accompagnera Marquèse sur le bûcher ; idem pour la petite-fille de Marquèse : Esclarmonde de Péreille (dite : "la dame blanche de Montségur") ; ce sont donc trois générations de la même famille qui disparaissent le même jour. Marquèse de Fourquevaux est la fille de Bernard Amiel de Pailhès (cité comme seigneur de Pailhès en Ariège en 1187 et 1201). Pour les cathares et la postérité, Marquèse porte le nom de Fourquevaux, car née à Fourquevaux vers 1170 (vie et généalogie de Marquèse de Fourquevaux reconstituée par Thierry del Rosso-d'Hers, descendant de Marquèse de Fourquevaux).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Charles d'Hozier, Armorial général de France, dressé en vertu de l'édit de 1696. Vol. 15 : Languedoc (2e partie) (lire en ligne), p. 1225-2452
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr,‎ (consulté le 10 janvier 2016)
  7. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  8. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  9. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  10. « Résultats du recensement de la population de la Haute-Garonne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  11. http://www.sicoval.fr/fr/mon-logement/dechets.html