Fourques (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fourques
Fourques (Gard)
Pont historique sur le Petit Rhône de Arles-Trinquetaille - Fourques.
Blason de Fourques
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Intercommunalité Communauté de communes Beaucaire Terre d'Argence
Maire
Mandat
Gilles Dumas
2020-2026
Code postal 30300
Code commune 30117
Démographie
Gentilé Fourquésien
Population
municipale
2 796 hab. (2019 en diminution de 2,75 % par rapport à 2013)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 41′ 38″ nord, 4° 36′ 40″ est
Altitude Min. 1 m
Max. 15 m
Superficie 38,24 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Arles
(banlieue)
Aire d'attraction Arles
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Beaucaire
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fourques
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fourques
Géolocalisation sur la carte : Gard
Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Fourques
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Fourques
Liens
Site web https://villedefourques.fr

Fourques est une commune française située dans le sud-est du département du Gard en région Occitanie, dans l'agglomération d'Arles.

Exposée à un climat méditerranéen, elle est drainée par le Rhône, le Rhône, le canal d'irrigation du Bas-Rhône Languedoc. Incluse dans la Camargue (delta du Rhône), la commune possède un patrimoine naturel remarquable : deux sites Natura 2000 (« le Petit Rhône » et « le Rhône aval »), un espace protégé (la Camargue) et cinq zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Fourques est une commune urbaine qui compte 2 796 habitants en 2019, après avoir connu une forte hausse de la population depuis 1968. Elle est dans l'agglomération d'Arles et fait partie de l'aire d'attraction d'Arles. Ses habitants sont appelés les Fourquesiens ou Fourquesiennes.

Le patrimoine architectural de la commune comprend deux immeubles protégés au titre des monuments historiques : le château, classé en 1913, et le pont de Fourques, inscrit en 1988.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Fourques est une commune du Gard séparée d'Arles par le bras du Petit-Rhône.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes de Saint-Gilles, Bellegarde et Beaucaire sont limitrophes de la commune de Fourques, par le Gard et Arles, par les Bouches-du-Rhône.

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Fourques est presque totalement entourée d'eau : le Rhône borde la commune à l'est, le bras du Petit-Rhône limite la commune au sud et le canal d'irrigation du Bas-Rhône Languedoc est la limite au nord.

Climat[modifier | modifier le code]

De climat méditerranéen, les températures à Fourques sont proches de celle de sa voisine, Arles.

La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1972 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[1]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records FOURQUES-INRA (30) - alt : 3 m 43° 42′ 24″ N, 4° 33′ 30″ E
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,5 2,9 5,3 7,9 12,1 15,3 17,6 17,2 14 11 6,3 3,4 9,7
Température moyenne (°C) 6,5 7,5 10,6 13,3 17,3 21 23,6 23,2 19,6 15,8 10,4 7,2 14,7
Température maximale moyenne (°C) 10,6 12,2 15,9 18,7 22,5 26,7 29,5 29,1 25,2 20,5 14,5 11 19,7
Précipitations (mm) 54,3 37,4 31,9 55,1 45,7 28,6 15,3 29,6 87,8 85,2 67,8 48,8 587,5
Source : « Fiche 30117002 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Axes ferroviaires[modifier | modifier le code]

Axes routiers[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune de Fourques est desservie par la ligne 130 des transports Lignes intermodales d'Occitanie, qui relie Arles à Nîmes, avec 3 arrêts[2]. L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Nîmes-Garons.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[3],[4].

La commune fait partie de la Camargue (delta du Rhône), réserve de biosphère, zone de transition, d'une superficie de 140 324,2 ha

Un autre espace protégé est présent sur la commune : la Camargue, une zone humide protégée par la convention de Ramsar, d'une superficie de 84 620 ha[5].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 1]. Deux sites Natura 2000 ont été définis sur la commune au titre de la directive habitats[7] :

  • « le Petit Rhône », d'une superficie de 806 ha, un site de grande importance pour la remontée des poissons migrateurs, parfaitement complémentaire du Grand Rhône[8] ;
  • « le Rhône aval », d'une superficie de 12 579 ha[9].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Deux ZNIEFF de type 1[Note 2] sont recensées sur la commune[10] : l'« île de Saxy » (186 ha), couvrant 4 communes dont 2 dans les Bouches-du-Rhône et 2 dans le Gard[11], et le « marais de Broussan et Grandes Palunettes » (218 ha), couvrant 2 communes du département[12] et trois ZNIEFF de type 2[Note 3],[10] :

  • la « Camargue fluvio-lacustre et laguno-marine » (82 788 ha), couvrant 8 communes dont 2 dans les Bouches-du-Rhône et 6 dans le Gard[13] ;
  • le « Camargue gardoise » (42 422 ha), couvrant 12 communes dont 11 dans le Gard et 1 dans l'Hérault[14] ;
  • « le Rhône et ses canaux » (3 879 ha), couvrant 15 communes du département[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fourques est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[16],[I 1],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Arles, une agglomération inter-régionale regroupant 2 communes[I 2] et 55 439 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[I 3],[I 4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arles, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 4 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[I 5],[I 6].

Fourques est l'une des 79 communes membres du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) du Sud du Gard (voir lien) et fait également partie des 41 communes du pays Garrigues et Costières de Nîmes. Fourques est également l'une des 5 communes de Communauté de communes Beaucaire Terre d'Argence.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (86 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (44,8 %), zones agricoles hétérogènes (33,9 %), eaux continentales[Note 6] (8,9 %), cultures permanentes (4,9 %), zones urbanisées (3,3 %), prairies (2,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,1 %), forêts (1 %)[18].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Provençal Fourco, graphie occitane normalisée Forca : près de l'endroit où le Rhône se divise (« bifurque ») pour former l'île de Camargue[19].

Mot provençal forca/forcha, du roman forca, du latin furca : fourche[19].

Ses habitants s'appellent les Fourquésiens et Fourquésiennes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

1070 : villa que dicitur Furcas[20].

Les Templiers et les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Les Mas du Petit et du Grand Argence: Anciennes possessions de l'ordre du Temple dévolues aux Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui seront érigées en une commanderie dite d'Argence à partir de 1654[21].

Le lieu-dit Sainte-Anne et le Mas Grand-Cabane: Ces deux anciennes métairies constituaient la commanderie Sainte-Anne du grand prieuré de Saint-Gilles[22].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1816 Antoine Joseph Roche   (1762-1832)
Notaire
1816 1818 Jean Pascal Mege   (1782-1839)
Agriculteur
1818 1826 Guillaume Noyer   (1767-1847)
Agriculteur
1826 fin 1831 André Mege   (1764-1840)
Agriculteur
début 1832 1835 Jacques Faïsse   (1799-1862)
Propriétaire
1835 1843 Pierre Gregoire   (1795-1855)
Négociant
1843 1848 Étienne Gachon   (1801-1874)
Propriétaire
1848 1858 Pierre Roche   (1778-1858)
Propriétaire
1858 1860 François Feuillas   (1814-1888)
Propriétaire
1860 fin 1869 François Faramond   (1801-1869)
Propriétaire
Chevalier de la Légion d'honneur
1870 1874 Honoré Faïsse   (1836-1900)
Maçon puis épicier
1874 1876 Gaspard Salus   (1841-????)
Menuisier
1876 1881 Étienne Courlas   (1836-1911)
Boulanger
1881 1888 Honoré Faïsse   (1836-1900)
Maçon puis épicier
1888 1895 François Commune   (1843-1923)
Menuisier
1895   Paul Albouy   (1866-19??)
Propriétaire
  après 1923 Henri Méjean   (1858-1930)
Instituteur
    Bouisset    
    Élie Deleuze   (1875-1947)
1945 mars 1977 Étienne Courlas   (1900-1991)
mars 1977 En cours Gilles Dumas DVG (1945)
Professeur d'EPS
Les données manquantes sont à compléter.

Gilles Dumas est réélu à toutes les élections municipales depuis 1977. C'est le record de longévité du département du Gard.

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Fourques est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[24].

En 2019, la commune comptait 2 796 habitants[Note 7], en diminution de 2,75 % par rapport à 2013 (Gard : +2,08 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0151 0261 1051 0451 1591 1711 2611 3201 289
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2051 2411 2811 2041 2111 0651 1931 1751 133
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3041 2651 1831 2571 3691 4421 4321 5291 491
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 4951 4921 6142 0472 2512 5442 7022 7422 905
2015 2019 - - - - - - -
2 8802 796-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les écoliers de Fourques débutent leurs études au sein du village : l'école maternelle Claudine Rabanit compte 5 classes, l'école élémentaire André Malraux 7 classes[27].

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin de Fourques fait partie du diocèse de Nîmes, district de Bellegarde[28].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 1 216 ménages fiscaux[Note 8], regroupant 2 768 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 21 910 [I 7] (20 020  dans le département[I 8]). 54 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 9] (43,9 % dans le département).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 9] 8 % 9,4 % 8,7 %
Département[I 10] 10,6 % 12 % 12 %
France entière[I 11] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 1 706 personnes, parmi lesquelles on compte 79 % d'actifs (70,3 % ayant un emploi et 8,7 % de chômeurs) et 21 % d'inactifs[Note 10],[I 9]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction d'Arles, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 2],[I 12]. Elle compte 540 emplois en 2018, contre 617 en 2013 et 573 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 1 225, soit un indicateur de concentration d'emploi de 44,1 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 57,7 %[I 13].

Sur ces 1 225 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 205 travaillent dans la commune, soit 17 % des habitants[I 14]. Pour se rendre au travail, 85,6 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 2,1 % les transports en commun, 7,1 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 5,2 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 15].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

293 établissements[Note 11] sont implantés à Fourques au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 12],[I 16].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 293 100 % (100 %)
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
40 13,7 % (7,9 %)
Construction 48 16,4 % (15,5 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
75 25,6 % (30 %)
Information et communication 4 1,4 % (2,2 %)
Activités financières et d'assurance 7 2,4 % (3 %)
Activités immobilières 8 2,7 % (4,1 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
55 18,8 % (14,9 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
26 8,9 % (13,5 %)
Autres activités de services 30 10,2 % (8,8 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 25,6 % du nombre total d'établissements de la commune (75 sur les 293 entreprises implantées à Fourques), contre 30 % au niveau départemental[I 17].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Les cinq entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[29] :

  • Société Provençale de Constructions Métalliques - SPCM, fabrication de structures métalliques et de parties de structures (8 112 k€)
  • Furst-Plast, fabrication d'emballages en matières plastiques (4 471 k€)
  • Société Commerciale Agricole de Distribution - SCAD, fabrication de produits azotés et d'engrais (2 511 k€)
  • Bouisseren SARL, construction de réseaux électriques et de télécommunications (2 086 k€)
  • Commerciale Agricole du Nord d' Arles - Cana, commerce de gros (commerce inter-entreprises) de produits chimiques (880 k€)

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune est dans la « Plaine Viticole », une petite région agricole occupant le sud-est du département du Gard[30]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 13] sur la commune est la polyculture et/ou le polyélevage[Carte 3].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 78 64 52 47
SAU[Note 14] (ha) 2 426 3 102 2 268 2 281

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 78 lors du recensement agricole de 1988[Note 15] à 64 en 2000 puis à 52 en 2010[32] et enfin à 47 en 2020[Carte 4], soit une baisse de 40 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 61 % de ses exploitations[33],[Carte 5]. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué, passant de 2 426 ha en 1988 à 2 281 ha en 2020[Carte 6]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 31 à 49 ha[32].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Pont suspendu dit ancien pont de Fourques, inscrit aux monuments historiques[34], franchissant le Petit-Rhône. Le pont de Fourques est toujours existant grâce à l'aide de M. Salles, garde-pont de 1973 à 1984, les câbles de suspension ont été changés grâce à cet homme, sans quoi le pont serait devenu piéton. Depuis le changement des câbles, la maison du gardien est fermée[réf. nécessaire].
  • Château ceint de hautes murailles, inscrit aux monuments historiques[35].
  • Église romane Saint-Sixte & Saint-Martin.
    Quelques découvertes archéologiques, dont un sarcophage, semblable à ceux des Alyscamps[36]. Le sarcophage se trouve actuellement place de l'église à Fourques.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Auditorium des Deux Rhônes: en plus d'une salle de concert de 300 places, l'établissement comprend deux salles d'étude, un bar et un restaurant[38].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Payen (1948-), poète, secrétaire général de la mairie de Fourques[39]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Fourques (Gard) Blason
D'argent, à une bande fuselée d'argent et d'azur.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[6].
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  8. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  9. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  10. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  11. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  12. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  13. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  14. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  15. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[31].
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  3. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune urbaine - définition » (consulté le ).
  2. « Unité urbaine 2020 d'Arles » (consulté le ).
  3. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  7. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Fourques » (consulté le ).
  8. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans le Gard » (consulté le ).
  9. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Fourques » (consulté le ).
  10. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans le Gard » (consulté le ).
  11. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  13. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Fourques » (consulté le ).
  14. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  15. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  16. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Fourques » (consulté le ).
  17. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans le Gard » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche du Poste 30117002 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, (consulté le )
  2. « Transports en commun à Fourques », sur www.edgard-transport.fr (consulté le ).
  3. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  4. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  5. « la Camargue - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  7. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Fourques », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « site Natura 2000 FR9101405 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « site Natura 2000 FR9301590 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Fourques », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. « ZNIEFF l'« île de Saxy » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « ZNIEFF le « marais de Broussan et Grandes Palunettes » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « ZNIEFF la « Camargue fluvio-lacustre et laguno-marine » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « ZNIEFF le « Camargue gardoise » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « ZNIEFF « le Rhône et ses canaux » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  19. a et b (oc + fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français : embrassant les divers dialectes de la langue d'oc moderne.., Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 1179 p., 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, BNF 37258238), p. 1163-1164, t. 1
  20. Eugène Germer-Durand, Ministère de l'instruction publique (Éditeur scientifique) et Comité des travaux historiques et scientifiques (dir.), Dictionnaire topographique du département du Gard : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale, , XXXVI-298 p., in-4 (BNF 30500934), p. 91-92
  21. Emmanuel-Ferdinand de Grasset, Essai sur le grand prieuré de Saint-Gilles de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, suivi du catalogue des chevaliers, chapelains, diacots, donats et servants d'armes de la vénérable langue de Provence, dressé sur les titres originaux, Paris, (lire en ligne), p. 18
  22. Grasset 1869, p. 44.
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  27. « Écoles de Fourques », sur www.fourques.com (consulté le ).
  28. « Paroisse de Fourques », sur nimes.catholique.fr (consulté le ).
  29. « Entreprises à Fourques », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  30. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  31. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  32. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Fourques - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  33. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département du Gard » (consulté le ).
  34. Notice no PA00103055, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. Notice no PA00103054, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. « Le Sarcophage », sur www.fourques.com (consulté le ).
  37. « Église saint Sixte », sur www.fourques.com (consulté le ).
  38. « L'auditorium », sur www.fourques.com (consulté le ).
  39. Catherine Bernié-Boissard, Michel Boissard et Serge Velay, Petit dictionnaire des écrivains du Gard, Nîmes, Alcide, , 255 p. (présentation en ligne), p. 186.