Fouqueure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fouqueure
La mairie de Fouqueure
La mairie de Fouqueure
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Charente-Nord
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Aigre
Maire
Mandat
Yves Flaud
2014-2020
Code postal 16140
Code commune 16144
Démographie
Gentilé Fouqueurois ou Fouquécois
Population
municipale
382 hab. (2014)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 05″ nord, 0° 04′ 26″ est
Altitude Min. 50 m – Max. 123 m
Superficie 16,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Fouqueure

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Fouqueure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fouqueure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fouqueure

Fouqueure est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Fouqueurois et Fouqueuroises, ou les Fouquécois et Fouquécoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Fouqueure est une commune du Nord Charente située entre Aigre et Mansle, à 27 km au nord d'Angoulême.

Appartenant au canton d'Aigre, elle est à 5 km à l'est d'Aigre, et 8 km à l'ouest de Mansle, sur la D.739, route qui relie ces deux localités et qui va de Fontafie à Rochefort par Mansle et Saint-Jean-d'Angély. Le bourg est aussi à 11 km de Saint-Amant-de-Boixe, 16 km de Rouillac et 19 km de Ruffec[2].

La commune est aussi desservie par la D 184 qui passe au bourg, et la D 40 qui passe au nord-est entre Luxé et Tusson[3].

La gare la plus proche est celle de Luxé, desservie par des TER à destination d'Angoulême, Poitiers et Bordeaux.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Mallenville
puits
rêverie du passé à Mallenville

L'habitat se concentre au bourg et la commune ne compte que deux hameaux : la Talonnière à l'ouest et Mallenville au sud[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fouqueure
Villejésus Tusson Ligné
Marcillac-Lanville Fouqueure Luxé
Ambérac Villognon

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est située sur des terrains calcaires qui datent du Jurassique supérieur (fin Oxfordien et Kimméridgien). À l'est et à l'ouest du bourg ainsi que sur les flancs de la vallée de la Charente, on trouve des colluvions sous forme de grèzes datant du Quaternaire. Les vallées (Aume et Charente) sont couvertes d'alluvions, élevées en terrasses pour les plus anciennes qui arrivent jusqu'au bourg[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un bas plateau d'une altitude moyenne de 80 m, légèrement incliné vers le sud où sont les vallées de la Charente au sud-est et au sud, et celle de l'Aume au sud-ouest. Le sud de la commune où se situe le bourg est occupé par une plaine. Le point culminant est à une altitude de 123 m, situé dans la forêt de Tusson sur la limite nord de la commune. Le point le plus bas est à 50 m, situé le long de la Charente à l'extrémité sud. Le bourg est à 60 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est bordée à l'est et au sud par la Charente, en aval de Mansle et en amont de Montignac.

L'Aume, rivière qui arrose Aigre, passe en limite sud-ouest de la commune avant de se jeter dans la Charente.

Le centre de la commune à l'ouest du bourg est occupé par des tourbières, aux Ganets, zone au sud de laquelle on trouve la Font Péraud, petite source[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Fulcodrium au XIIIe siècle[7], Folcuira, Foucuira au Moyen Âge[8].

L'origine du nom de Fouqueure remonterait à un nom d'homme gaulois Volca auquel est apposé duros, nom gaulois signifiant « forteresse », avec une attraction possible du nom d'homme germanique Folco[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Quelques vestiges préhistoriques ont été trouvés dans la commune, comme deux sépultures, ressemblant à celles de la Boixe.

Les vestiges d'une villa romaine et de thermes ont été trouvés au XIXe siècle à Villar, à l'ouest du bourg, en particulier deux belles mosaïques sont visibles au musée archéologique d'Angoulême. De nombreuses statuettes ont aussi été trouvées. Ce site est sans doute à mettre en parallèle avec les vestiges du petit théâtre romain tout proche découverts au XIXe siècle à la Terne (commune de Luxé), hélas détruits, et une voie romaine supposée se dirigeant vers Chassenon[10].

Au Moyen Âge, Fouqueure abritait une commanderie hospitalière, supposée d'origine templière.

Article connexe : Commanderie de Fouqueure.

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était desservie par la petite ligne ferroviaire d'intérêt local à voie métrique des Chemins de fer économiques des Charentes allant de Saint-Angeau à Segonzac, et qui passait par Mansle et Luxé.

Au XXe siècle, l'industrie était représentée par la minoterie Sentier, à la Talonnière[11],[12].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2014 Jean-Pierre Rossignol SE Agriculteur
2014 en cours Yves Flaud    

Fiscalité[modifier | modifier le code]

La fiscalité est d'un taux de 18,80 % sur le bâti, 50,86 % sur le non bâti, 8,66 % pour la taxe d'habitation et 8 % de taxe professionnelle( chiffres 2007).

La communauté de communes prélève 2,61 % sur le bâti, 6,06 % sur le non bâti, 1,09 % pour la taxe d'habitation et 1,45 % de taxe professionnelle.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 382 habitants, en diminution de -13,18 % par rapport à 2009 (Charente : 0,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 069 953 969 1 016 1 045 1 042 1 023 1 055 1 030
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
980 975 948 915 879 831 760 740 709
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
693 774 634 617 596 579 541 530 531
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
490 471 437 426 428 426 392 382 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Fouqueure en 2007 en pourcentage[17].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
1,4 
8,1 
75 à 89 ans
14,4 
17,6 
60 à 74 ans
15,7 
19,5 
45 à 59 ans
20,8 
17,6 
30 à 44 ans
19,0 
15,7 
15 à 29 ans
13,0 
21,4 
0 à 14 ans
15,7 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[18].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école

L'école est un RPI entre Fouqueure et Tusson. Tusson accueille l'école élémentaire et Fouqueure l'école primaire. Le secteur du collège est Aigre[19].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Étienne dépendait d'une commanderie templière, qui a été reprise par l'ordre de Malte. L'édifice daterait initialement du XIIe siècle. L'église est devenue paroissiale en 1710. Elle a été restaurée en 1680 et au XIXe siècle[20]. Les cloches Appolonie et Marie Bernard sont classées monument historique au titre objet depuis 1960[21].

L'église templière Saint-Étienne

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 6 décembre 2014)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. Carte du BRGM sous Géoportail
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Mansle », sur Infoterre, (consulté le 13 novembre 2011)
  7. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 89,140
  8. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Amant-de-Boixe
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 299.
  10. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 35-39
  11. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 182-183
  12. « Minoterie Sentier », notice no IA00066274, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. « Evolution et structure de la population à Fouqueure en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  18. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  19. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 24 juin 2012)
  20. « Église Saint-Étienne », notice no IA00040794, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Fouqueure », base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]