Fouquescourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fouquescourt
Église Saint-Pierre.
Église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Moreuil
Intercommunalité Communauté de communes Terre de Picardie
Maire
Mandat
Cécile Tessier
2014-2020
Code postal 80170
Code commune 80339
Démographie
Population
municipale
177 hab. (2014)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 46′ 14″ nord, 2° 45′ 10″ est
Altitude Min. 83 m – Max. 101 m
Superficie 5,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Fouquescourt

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Fouquescourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fouquescourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fouquescourt
Liens
Site web http://villagedefouquescourt.fr.gd/

Fouquescourt est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés Fouquescourtois et Fouquescourtoises

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur la RD 161, la commune se trouve, par la route, à 8 km de Rosières, 22 km de Montdidier et 41 km d'Amiens[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Différentes formes du nom du village ont été relevées :
- 1146 : Furcelli curtis ;
- 1225 : Foukiecourt ou Foukiercourt ;
- 1275 : Foukrecourt ;
- 1301 : Fouquiencourt ou Fokiercourt ;
- 1430 : Foucescourt ;
- 1567 : Foukiecourt ou Fokiercourt ;
- 1569 : Fouquecourt ;
- 1648 : Fonquecourt ;
- 1733 : Fouquescour ou Fouquiecourt[2].

Ce qui peut se traduire par le « domaine de Fouques »[2][réf. incomplète]. D'après la tradition, le village serait la ferme du « Faucon »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville d'Ingond, disparue à une époque inconnue et dont on connaît encore l'emplacement au lieu dit les Terres Noires aurait été édifiée sur le territoire communal, en partant vers Chilly[4].

Le seigneur de Fransart reçoit les plaintes des habitants, relatives au meunier local[3]

En 1653, l'armée de Turenne s'installe dans le village et détruit les récoltes[3].

Le village a beaucoup souffert lors de la Première Guerre mondiale[5],[6]. L'église[7] a été complètement reconstruite.

Le village a été décoré de la croix de guerre 1914-1918 le [8].

En 2001 la disparition du village était programmée par le gouvernement de Lionel Jospin, le village se trouvant sur le site choisi pour implanter un troisième aéroport parisien à Chaulnes[9]. Le projet fut abandonné avec le retour au pouvoir de la droite en 2002 malgré des divergences entre Gilles de Robien et Jean-François Copé au sein de la nouvelle majorité[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachement administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouvait de 1793 à 2016 dans l'arrondissement de Montdidier du département de la Somme. Par arrêté préfectoral du , la commune en est détachée le pour intégrer l'arrondissement de Péronne[11]. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la cinquième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Rosières-en-Santerre[12]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton de Moreuil.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes du Santerre créée le .

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du Département[13].

Le projet préfectoral prévoit la « fusion des communautés de communes de Haute Picardie et du Santerre », le nouvel ensemble de 17 954 habitants regroupant 46 communes[14],[15],[16]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[17], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion le [18].

Cette procédure aboutit à la création au de la communauté de communes Terre de Picardie, dont la commune est désormais membre[19].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[20]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1968 1968 Gustave Louis Joseph Wattel   Décédé en fonction
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Pierre Lesturgez    
mars 2008[21] 2014 Frédéric Huyghe    
mars 2014[22] en cours
(au 2 avril 2017)
Cécile Tessier    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[24],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 177 habitants, en augmentation de 12,03 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
442 409 481 486 487 469 450 454 415
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
384 369 352 328 315 301 318 326 317
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
292 320 329 182 188 175 156 191 178
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
164 151 139 136 153 127 152 167 177
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre.
  • Chapelle Notre-Dame-du-Mont-Carmel. Reconstruite après la Première Guerre mondiale, c'est une jumelle de sa voisine de Rouvroy-en-Santerre, due vraisemblablement au même architecte[3].
  • Le monument aux morts de 1914-1918 est situé dans le cimetière. Il comporte les huit noms des soldats qui ont « bien mérité de la patrie ».
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Garcin, Le Santerre à l'amont de la Luce, histoire des origines à 1900, tome second : Rosières-en-Santerre et ses alentours, Mortagne-au-Perche, La Vague verte, 2016 (ISBN 978 - 2 - 35 637 - 081 - 5).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. ViaMichelin
  2. a et b Site de la mairie. Voir l'infobox pour le lien
  3. a, b, c et d André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 247-248 (ASIN B000WR15W8)
  4. Mémoires de la Société d'archéologie du département de la Somme, t. 1, Amiens, Ledien fils, imprimeur, , 488 p. (lire en ligne), p. 484 sur Google books.
  5. Section photographique de l'armée, « Photo : Fouquescourt. L'entrée du village sur la route de Rouvroy. Au premier plan observatoire en béton construit par les allemands dans le pignon d'une grange (le mur primitif est tombé laissant le contre-mur apparent) », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 15, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 11 août 2017).
  6. Raoul Grelet, Section photographique de l'armée, « Photo : Bois Noir (sud-ouest de Fouquescourt). Observatoire dans un arbre », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 15, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 11 août 2017).
  7. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Eglise de Fouquescourt, d'après nature, 11 oct. 1877 », Documents numérisés, fonds Macqueron,, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 11 août 2017).
  8. Journal officiel du 6 novembre 1920, p. 17583.
  9. Matthieu Ecoiffier, « Un aéroport, et la vie qui s'arrête », Libération,‎ (lire en ligne).
  10. Historique à base d'archives audiovisuelles http://www.dailymotion.com/video/xv3vxv_bonus-notre-dame-des-landes-pour-les-nuls-la-parisienne-liberee_news
  11. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de la Somme - Recueil n°200 des actes administratifs du 27 décembre 2016 des Hauts-de-France », sur http://www.prefectures-regions.gouv.fr/hauts-de-france/, (consulté le 15 janvier 2017).
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Vincent Fouquet, « Vers un mariage de la communauté de communes de Haute-Picardie avec celle de Rosières ? : Le conseil communautaire, qui s’est déroulé jeudi soir à Soyécourt, a été l’occasion d’annoncer la volonté de l’intercommunalité de fusionner avec celle de Rosières-en-Santerre », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  14. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  15. Vincent Fouquet et Cécile Latinovic, « Haute-Somme : La nouvelle carte du territoire fait réagir les présidents : La révélation de la nouvelle carte du département, et des découpages des intercommunalités fait réagir les présidents, qui sont majoritairement satisfaits », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  16. « Un mariage entre Chaulnes et Rosières-en-Santerre est prévu pour 2017 : L’annonce a été faite jeudi 1er octobre à Rosières-en-Santerre : les communautés de communes de Haute Picardie (CCHP) et du Santerre (CCS) souhaitent fusionner. Voici leurs arguments », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  17. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  18. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes de haute Picardie avec la communauté de communes du Santerre », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, no 2016-031,‎ , p. 78-79 (lire en ligne [PDF]).
  19. « CC Terre de Picardie (N° SIREN : 200070928) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 10 juin 2017).
  20. « Les maires de Fouquescourt », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 11 août 2017).
  21. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 30 août 2008)
  22. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  23. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .