Fouquescourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fouquescourt
Église Saint-Pierre.
Église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Moreuil
Intercommunalité Communauté de communes du Santerre
Maire
Mandat
Cécile Tessier
2014-2020
Code postal 80170
Code commune 80339
Démographie
Population
municipale
177 hab. (2014)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 46′ 14″ nord, 2° 45′ 10″ est
Altitude Min. 83 m – Max. 101 m
Superficie 5,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Fouquescourt

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Fouquescourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fouquescourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fouquescourt

Fouquescourt est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés Fouquescourtois et Fouquescourtoises

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur la RD 161, la commune se trouve, par la route, à 8 km de Rosières, 22 km de Montdidier et 41 km d'Amiens[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville d'Ingon, disparue à une époque inconnue et dont on connaît encore l'emplacement au lieu dit les Terres Noires aurait été édifiée sur le territoire communal, en partant vers Chilly[2].

Le village a beaucoup souffert lors de la Première Guerre mondiale. L'église a été complètement reconstruite.

En 2001 la disparition de la commune était programmée par le gouvernement de Lionel Jospin, le village se trouvant sur le site choisi pour implanter un troisième aéroport parisien à Chaulnes, le projet fut abandonné avec le retour au pouvoir de la droite en 2002 malgré des divergences entre Gilles de Robien et Jean-François Copé au sein de la nouvelle majorité[3].

Par arrêté préfectoral du , la commune est détachée le de l'arrondissement de Montdidier pour intégrer l'arrondissement de Péronne[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Pierre Lesturgez    
mars 2008[5] 2014 Frédéric Huyghe    
mars 2014[6] 2020 Cécile Tessier    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 177 habitants, en augmentation de 12,03 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
442 409 481 486 487 469 450 454 415
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
384 369 352 328 315 301 318 326 317
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
292 320 329 182 188 175 156 191 178
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
164 151 139 136 153 127 152 167 177
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre.
  • Chapelle Notre-Dame-du-Mont-Carmel.
  • Le monuments aux morts de 1914-1918 est situé dans le cimetière. Il comporte les huit noms de soldats qui ont « bien mérité de la patrie ».
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Garcin, Le Santerre à l'amont de la Luce, histoire des origines à 1900, tome second : Rosières-en-Santerre et ses alentours, Mortagne-au-Perche, La Vague verte, 2016 (ISBN 978 - 2 - 35 637 - 081 - 5).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]