Foulques du Merle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Foulques du Merle
Allégeance Royaume de France
Grade militaire Maréchal de France
Conflits Bataille de Courtrai (1302)
Bataille de Mons-en-Pévèle (1304)
Faits d'armes Siège de Tournai (1303)
Biographie
Naissance vers 1239
Décès

Image illustrative de l'article Foulques du Merle

Foulques ou Foucaud, seigneur du Merle, est un maréchal de France, ayant vécu entre le XIIIe siècle et le XIVe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Baron du Merlerault, de Briouze et de Messei, seigneur de Gacé et du Bellou-en-Houlme, Foucaud du Merle sert Philippe Le Hardi puis Philippe le Bel comme chevalier banneret.

En 1295, il accompagne Jean II d'Harcourt, lieutenant général de l'armée navale, au siège et à la prise de Douvres. De retour, il organise la défense d'Abbeville face à un éventuel débarquement anglais.

En 1302, il reçoit la dignité de maréchal de France après le sanglant désastre de Courtrai où périrent notamment les maréchaux Simon de Melun et Guy Ier de Clermont de Nesle[1]. Peu après, il intervient en Flandre à la tête de 2 000 hommes dont 500 chevaliers, puis reçoit du roi Philippe le Bel la charge de ce comté de concert avec le maréchal Miles X de Noyers et le connétable Gaucher de Châtillon.

En juin 1303, à la tête de 1 400 hommes renforcés par des troupes du comte de Hainaut, il renforce les bourgeois de Tournai qui défendent courageusement la ville face aux 50 000 soldats du comte de Flandre. Le roi Philippe le Bel conclura ce siège par une trêve.

Le 10 janvier 1304, Foucaud siège à la droite du roi à la première séance du Parlement de Toulouse[2].

La Bataille de Mons-en-Pévèle, par Charles-Philippe Larivière, château de Versailles

En août, il participe à la bataille de Mons-en-Pévèle contre les Flamands, au cours de laquelle les deux armées s'affrontent la journée entière. Les mareschaus, le connestable, la nacion refont bien ileuc leur devoir. De toutes parz, fièrent et frapent et martèlent, boucliers fendent et escartèlent[3]. Les Français finissent par l’emporter grâce à leur cavalerie et la chaleur qui accable l’ennemi.

En 1305, Foucaud rejoint le roi dans son voyage de dévotion au Mont-Saint-Michel.

En 1310, il se rend dans le Lyonnais pour faire face au soulèvement de Lyon[4].

En 1312, il se rend à Vienne où se tient le quinzième concile réuni pour décider de l'avenir de l'Ordre du Temple. Le roi est bien décidé à faire pression avec ses gens d'arme sur le pape Clément V afin d'en finir avec les templiers[5].

En 1314, Foucaud meurt à l’armée de Flandre[6].

Parenté[modifier | modifier le code]

  • Parents : Guillaume VI du Merle (qualifié par certains historiens de grand vavasseur de Normandie) & Marie de Nollent dame de Tancarville et de Gacé.
  • Parmi ses frères et sœurs : Gui du Merle est évêque de Lisieux, Laurence du Merle est l'épouse de Guillaume Bertran de Bricquebec.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Antoine Marie d'Hozier, Armorial Général de France, Vol 2, p. 750:...Foucauld ou Foulques du Merle, chevalier, seigneur du Merle-Raoul, baron de Messei, de Gorron, seigneur châtelain de Gacei, Briouze et Bellou. Il fut maréchal de France, et suivant l'Histoire des Grands Officiers de la Couronne, le 22° dont on ait connaissance. Au mois de février 1304, le roi Philippe Le Bel lui donna, pour lui et ses héritiers en droite ligne, une rente de 200 livres, convertie finalement en donation des terres de Briouze et de Bellou.
  2. Les Princes, les deux maréchaux et divers seigneurs y siégent à gauche du Roi, le Connétable de France, les archevêques et les évêques à sa droite. Cf. Annales de la ville de Toulouse, Vol2 de Barnabé Farmain de Rosoi, 1772
  3. Branche des royaux lignages chronique metrique de Guillaume Guiart, Volume 8, Verdière, 1828
  4. Lyon sera réunie deux ans plus tard à la couronne
  5. Ce concile aboutira à la suppression de l'Ordre du Temple en mars 1312.
  6. Le roi avait repris les combats contre le comte de Flandres interrompus dix ans plus tôt à la suite de la bataille de Mons-en-Pevèle.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]