Foucarmont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Foucarmont
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Eu
Intercommunalité Communauté de communes interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle
Maire
Mandat
Dominique Vallée
2014-2020
Code postal 76340
Code commune 76278
Démographie
Population
municipale
882 hab. (2014)
Densité 121 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 51″ nord, 1° 34′ 10″ est
Altitude Min. 103 m – Max. 203 m
Superficie 7,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Foucarmont

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Foucarmont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Foucarmont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Foucarmont

Foucarmont est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime, en Normandie (anc. Haute-Normandie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Foucarmont est une commune de la vallée de l'Yères.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Fulcardi montem 1059. Toponyme mérovingien composé du nom d'homme Foucard (germanique Folkhard) dont dérivent les noms de famille Foucard (normanno-picard), Fouquart et Fouchard[1]. Post-position du déterminé mons indice de l'influence germanique, génitif sans [s].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Au XIXe siècle, les habitants prétendaient encore que les restes du géant légendaire Foucard avaient été exhumés en 1796 autour de l'église et des halles dans le jardin du presbytère. Il s'agissait d'un cercueil en pierre, d'ossements, d'une épée oxydée et peut-être d'une inscription illisible[2].
  • Le bourg a été desservi par la ligne de chemin de fer secondaire Amiens - Aumale - Envermeu de 1906 à 1947.
Tracé de la ligne Aumale – Envermeu.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie depuis 1926 de l'arrondissement de Dieppe du département de la Seine-Maritime, en région Normandie. Pour l'élection des députés, elle dépend depuis 2012 de la sixième circonscription de la Seine-Maritime.

Elle était de 1793 à 1802 le chef-lieu d'un canton qui fut alors transféré et devint le canton de Blangy-sur-Bresle[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle est désormais intégrée au canton d'Eu.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes de Blangy-sur-Bresle créée fin 2001.

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du prescrit, dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale, que les intercommunalités à fiscalité propre doivent, sauf exceptions, regrouper au moins 15 000 habitants.

Les communautés de communes de Blangy-sur-Bresle et du canton d'Aumale, dont aucune n'atteignait le seuil légal, ont donc été amenées à fusionner.

Cela aboutit à la création au de la communauté de communes interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle[5],[6], dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
en cours en 1959 1983 René Beuvin    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 2008 Jean Moreau[7]   Médecin
Délégué départemental de l'Éducation nationale
Vice-président de la CC de Blangy-sur-Bresle
mars 2008[8] mars 2014[9] Monique Pinoli   Déléguée départementale de l'Éducation nationale
Chevalier de la Légion d'honneur[10]
mars 2014[11] en cours
(au 20 juillet 2017)
M. Dominique Vallée[12]   Enseignant et secrétaire de mairie retraité

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La communauté de communes interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle a ouvert le une déchetterie dans les bâtiments des anciens établissements Dalencourt, sur la départementale 928[13].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 882 habitants, en diminution de -13,7 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500 423 483 549 631 604 667 696 717
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
691 717 715 727 732 714 725 710 693
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
653 682 714 654 674 683 742 624 713
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
924 955 926 954 993 1 045 1 017 945 882
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune constitue un pôle d'emploi important avec ses 834 salariés recensés pour les élections prud'hommales de décembre 2008. Avec les cadres, ce sont 858 électeurs recensés, chiffre à comparer avec les 1 017 habitants du bourg (dont 449 actifs).

La principale entreprise est Alliance élaborés, avec plus de 420 salariés (plats surgelés)[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin (édifice  Inscrit MH (2004)) [18] été rebâtie entre 1959 et 1963 par l'architecte Othello Zavaroni et inaugurée le 3 mai 1964, l'église précédente ayant été détruite par faits de guerre le 13 février 1944.
  • Ruines de l'abbaye de Foucarmont, cistercienne, fondée en 1130 par le comte Henri d'Eu, qui s'y fit moine. Elle fut détruite et reconstruite trois fois avant d'être définitivement démolie après la Révolution.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 978-2-7084-0040-5, OCLC 6403150, LCCN 80100776)
  2. Isabelle Rogeret, Carte archéologique de la Gaule: La Seine-Maritime 76, Fondation Maison des Sciences de l'Homme, Paris, 1997.
  3. Norbert Dufour et Christian Doré (préf. Daniel Pégisse), L'Enfer des V1 en Seine-Maritime durant la Seconde Guerre mondiale, Luneray, Bertout, , 295 p. (ISBN 978-2-86743-179-1), p. 108-111
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Arrêté interpréfectoral du 29 novembre 2016 portant création de la communauté de communes interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle
  6. « CC interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle (N° SIREN : 200069722) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 7 juillet 2017)
  7. « Hommage à Jean Moreau, homme d'écoute et de conviction : Dominique Vallée, maire, son conseil municipal, Monique Pinoli, maire honoraire et toute l'assistance ont rendu un vibrant hommage à Jean Moreau », Le Réveil, édition Bresle Somme Oise, no 3511,‎ , p. 36.
  8. Le Réveil du 27 mars 2008
  9. Blandine Thoreux, « Foucarmont Dominique Vallée endosse l’écharpe de maire : Vendredi dernier, Dominique Vallée a endossé l’écharpe de maire à Foucarmont. L’émotion était présente, tant pour le nouveau 1er magistrat que pour Monique Pinoli, maire sortante », L'Informateur - L'éclaireur,‎ (lire en ligne).
  10. « Monique Pinoli, chevalier de la Légion d'honneur », Actualités et curiosités à Foucarmont, (consulté le 22 juillet 2017).
  11. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 5 avril 2014, p. 16.
  12. Isabelle Desbordes, « Dans la vallée, c'est Vallée contre Vallée ! : Duel fratricide dans ce bourg de la Bresle, où deux sortants, mais surtout deux frères, s'affrontent dans la conquête de la succession de Monique Pinoli. Ambiance. », Le Courrier picard, édition d'Abbeville,‎ (lire en ligne).
  13. « La nouvelle déchetterie a ouvert le  », Le Réveil, édition Bresle Oise Somme, no 3513,‎ , p. 33.
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. D.Q., « Sur la commune, 858 salariés concernés », Le Réveil,‎
  18. « Église Saint-Martin », notice no PA76000067, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Emmanuel Bénézit: Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999. Voir tome 3 page 667.