Fossong-Wentcheng

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fossong Wentcheng
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Ouest
Département Menoua
Démographie
Population 4 248 hab. (2005[1])
Géographie
Coordonnées 5° 24′ 17″ nord, 9° 56′ 14″ est
Altitude 1 532 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Fossong Wentcheng

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Fossong Wentcheng

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Fossong Wentcheng

Fossong Wentcheng est un village de l'ouest Cameroun, en pays Bamiléké.

Situé dans le département de la Menoua. Le chef supérieur actuel du village de Fossong-Wentcheng est l'honorable député Placide Nguefack, il a succédé à son père l'honorable René Ymelé.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Fossong Wentcheng est l'un des 6 arrondissements du département.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Fossong-Wentcheng, veut dire : Fo - chef ; Son - Sontia (nom du 1er chef) ; Weng - pays de palmiers à huile et Tcheng - en bas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier chef fut un chasseur Bamoun, il a trouvé les gens sur place et il les a assimilés. Le chef de ces derniers s'appelait Fotsa et a été soumis par le chef chasseur. Fotsa a fini par partir à Bawang et, quoique vivant ailleurs, il peut fréquenter notre société et lorsqu'on tue une panthère, on doit lui envoyer sa part de viande. C'est en quelque sorte un sacrifice pour témoigner qu'il n'a pas été oublié comme chef du village.

Parmi les membres de Kamveu, neuf notables, parmi eux, deux : Fokem et Kemtsa. Dans les grands jours de cérémonie du village, ces personnes sont très symboliques.

Les chefs ayant règnés à Fosson-Wentcheng[modifier | modifier le code]

Il y eut deux chefferies :

  • La première était à Azio là où a régné :
    • Temlebem , le chasseur qui devait avoir le nom de Sontia ;
    • Fomenée ;
    • Fogotchou ce dernier fut appelé par ce nom à cause de ses hanches qui ont été dénaturées (Gop - crochu et cthou - hanche) ;
    • Il a donné naissance à Fovefeu qui aujourd'hui est un grand sous-chef dans le village et chef dans la grande société de neuf notables du village.
  • Nouvel emplacement de la chefferie à Fosson-Wentcheng :
    • le 4e chef est Fodjouje, fils de Fogoptchou et de Alekedji. Il est né à Fongo-Tongo. Guerrier, il a conquis le sous-chef Fowawa et qui a élargi le village de Fossong-Wentcheng. Il a fait les notables : Kemzon, Kamdongha, Fowelop, Kamgue, Kemdongsong.
    • le 5e chef est Fonguedia Toangou fils de Fodjouje et de Lekene (fille de Fodjoumeko du Cameroun Occidental). Toutes les actions de ce chef ont été paralysées par l'arrivée des colonisateurs. Il a fait les notables : Kemsong, Peter Kuetaté et Mafo-Donfack, femme remarquable qui combattait comme un homme, c'est la parfaite défenseur de la cause des femmes.
    • le 6e chef est Tsafack, fils de Fonguedia Toangou et de Atemezing venant de Fongo-Deng. Il a élargi le village avec les quartiers de Nzi, Diaka Ngeu, Tsinsé. Il était très sérieux, un travailleur qui se défendait comme un tigre.
    • René Ymelé, né vers 1927, de Tsafacf et de Marie Rose Djouatsa. Elle venait de Bangang Mbouda et fit ses études dans les missions catholique de Dschang de 1944 à 1946 et Nkong-sambe. Il eut pour adjoints : Etienne Kemsong Sande et Martin Kueta Tcthoufack.

Nous avons l'esprit revendicatif, nous sommes connus par nos voisins par l'expression Nno feg (Nno - serpent et Feng - Gouffre). Le serpent du gouffre. Quand il est dans son trou, il n'attaque pas mais lorsqu'il est attaqué, il sait se défendre.

Les chefferies sœur de la nôtre sont : Foréké-Ticha dont la mère vient de Fosson-Wentcheng, Fodjoumete, Fotetsa, Fongo-Deng, père de la mère du chef Nguedia (petit-fils parente avec la mère de Nguedia), Fobeutina, Fomeka. Lékané et Fomela sont un des adjoints au chef émigré.

Ainsi parle le chef René Ymélé pour retracer l'histoire de notre village.

Personnalités liées au village[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]