Fosse n° 8 du Groupe de Liévin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fosse no 8 du Groupe de Liévin
Le carreau de fosse est, en 2011, un bosquet perdu au milieu des champs.
Le carreau de fosse est, en 2011, un bosquet perdu au milieu des champs.
Puits d'aérage n° 8
Coordonnées 50,392892, 2,847511[BRGM 1]
Début du fonçage 1948
Mise en service 1952
Profondeur 910 mètres
Arrêt 1982 (aérage)
Remblaiement ou serrement 1982
Administration
Pays France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Commune Avion
Caractéristiques
Groupe Groupe de Liévin
Groupe de Lens-Liévin
Groupe de Lens-Liévin-Béthune
Unité de production UP de Lens
Secteur Secteur Ouest
Siège Siège no 19 de Lens
Ressources Houille
Concession Liévin

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fosse no 8 du Groupe de Liévin

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

(Voir situation sur carte : Pas-de-Calais)
Fosse no 8 du Groupe de Liévin

La fosse no 8 du Groupe de Liévin est un ancien charbonnage du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, situé à Avion. La Compagnie des mines de Liévin est nationalisée en 1946, et intègre le Groupe de Liévin. Un puits d'aérage no 8 est alors commencé en 1948 en plein milieu des champs afin d'assurer l'aérage des travaux du fond des fosses nos 4 - 4 bis et 7 - 7 bis. Le puits a en conséquence un diamètre de 6,50 mètres. Le terril no 216, 8 de Liévin, est édifié avec les déblais du puits sur le carreau de fosse.

En 1952, le Groupe de Liévin fusionne avec le Groupe de Lens pour former le Groupe de Lens-Liévin, et la fosse no 8 entre en fonction. Elle a alors été raccordée par bowettes aux fosses nos 4 - 4 bis et 7 - 7 bis, pour qui elle assure l'entrée d'air. Le chevalement de fonçage en bois est remplacé par le chevalement de fonçage métallique du puits no 19 de la fosse no 11 - 19 des mines de Lens. La fosse cesse d'aérer en 1982 lorsqu'elle n'a plus aucune utilité, son puits est remblayé, et son chevalement détruit.

Au début du XXIe siècle, Charbonnages de France matérialise la tête de puits no 8. Le carreau de fosse est un espace naturel isolé au milieu des champs, le seul vestige de la fosse est le local de Foramine, ainsi que le terril no 216.

La fosse[modifier | modifier le code]

Fonçage[modifier | modifier le code]

La Compagnie des mines de Liévin est nationalisée en 1946, et intègre le Groupe de Liévin. Il est alors nécessaire d'ouvrir un puits d'aérage pour les travaux situés au sud du Groupe de Liévin[B 1]. Le puits no 8 est entrepris à Avion, en plein milieu des champs, vers Vimy[B 1], à 2 536 mètres à l'est-sud-est[note 1] de la fosse no 7 - 7 bis et à 2 037 mètres au sud-sud-est[note 1] de la fosse no 4 - 4 bis. Ces deux fosses ont été ouvertes par la Compagnie des mines de Liévin[A 1],[A 2]. Le diamètre du puits est de 6,50 mètres[B 1].

Exploitation[modifier | modifier le code]

En 1952, le Groupe de Liévin fusionne avec le Groupe de Lens pour former le Groupe de Lens-Liévin[B 1]. C'est également en 1952 que le puits no 8 est fonctionnel, après son raccordement par des bowettes aux fosses nos 4 - 4 bis et 7 - 7 bis[B 1]. le puits, profond de 910 mètres, assure l'entrée d'air. Le chevalement de fonçage en bois est remplacé par le chevalement de fonçage métallique du puits no 19 de la fosse no 11 - 19 des mines de Lens à Loos-en-Gohelle[B 1].

Lorsqu'il est devenu inutile en 1982, le puits d'aérage no 8 a été comblé, et son chevalement détruit dans l'année[B 1].

Reconversion[modifier | modifier le code]

Au début du XXIe siècle, Charbonnages de France matérialise la tête du puits no 8. Le BRGM y effectue des inspections chaque année[1]. Le carreau de fosse est devenu un espace naturel, isolé au milieu des champs. Le seul vestige de la fosse est le local de Foramine, reconverti en habitation[2],[note 2].

Le terril[modifier | modifier le code]

Le terril du 8 de Liévin.
50° 23′ 32″ N, 2° 50′ 49″ E

Le terril no 216, 8 de Liévin, situé à Avion, est le terril de la fosse no 8 du Groupe de Liévin. Il est constitué des déblais qui ont été retirés lorsque le puits a été foncé. Ceux-ci ont alors été étalés[3]. Le terril a de très petites dimensions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. a et b Les distances sont mesurées grâce à Google Earth. Dans le cas de puits, la distance est mesurée d'axe en axe, et arrondie à la dizaine de mètres la plus proche. Les têtes de puits matérialisées permettent de retrouver l'emplacement du puits sur une vue aérienne.
  2. Le local de Foramine est géolocalisé 50° 23′ 37″ N, 2° 50′ 44″ E.
Références
Références aux fiches du BRGM
Références à Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais. Tome I,
Références à Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais. Tome II,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : Des origines à 1939-45, t. I, , 176 p., p. 125, 128. 
  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : De 1946 à 1992, t. II, .