Fosse n° 6 bis des mines de Dourges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fosse no 6 bis des mines de Dourges dite Darcy
La fosse no 6 bis.
La fosse no 6 bis.
Puits n° 6 bis
Coordonnées 50,412203, 2,930003[BRGM 1]
Début du fonçage 1906
Profondeur 528 mètres
Arrêt 1951 (extraction)
1977 (aérage)
Remblaiement ou serrement 1977
Administration
Pays France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Commune Hénin-Beaumont
Caractéristiques
Compagnie Compagnie des mines de Dourges
Groupe Groupe d'Hénin-Liétard
Unité de production UP de Courrières
Ressources Houille
Concession Dourges

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fosse no 6 bis des mines de Dourges dite Darcy

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

(Voir situation sur carte : Pas-de-Calais)
Fosse no 6 bis des mines de Dourges dite Darcy

La fosse no 6 bis dite Darcy de la Compagnie des mines de Dourges est un ancien charbonnage du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, situé à Hénin-Beaumont. Le puits est commencé en 1906 à 750 mètres au sud-sud-ouest de la fosse no 6. Des cités sont bâties à proximité. Un terril conique no 105, 6 bis de Dourges Est, haut à terme de 46 mètres, est édifié au nord de la fosse. Celle-ci est détruite durant la Première Guerre mondiale. Elle est, comme les cités, reconstruite.

La Compagnie des mines de Dourges est nationalisée en 1946, et la fosse no 6 bis intègre le Groupe d'Hénin-Liétard. La fosse cesse d'extraire en 1951. Le terril est aplani afin de servir de bassins de décantations au lavoir. Le puits no 6 bis cesse d'aérer en 1977, date à laquelle il est remblayé.

Au début du XXIe siècle, Charbonnages de France matérialise la tête de puits no 6 bis. Les cités ont été rénovées. La cité-jardin Darcy a été classée le 30 juin 2012 au patrimoine mondial de l'Unesco.

La fosse[modifier | modifier le code]

Fonçage[modifier | modifier le code]

La fosse no 6 bis.

La fosse no 6 bis est entreprise à Hénin-Beaumont, près des limites avec Billy-Montigny[1], en 1906[A 1], à 750 mètres au sud-sud-ouest[note 1] de la fosse no 6.

Exploitation[modifier | modifier le code]

Comme la fosse no 6, la fosse no 6 bis assure l'extraction, mais contrairement à celle-ci, elle est entrée d'air[A 1]. Elle est baptisée en l'honneur de M. Darcy, administrateur de la compagnie[A 1]. La fosse est détruite durant la Première Guerre mondiale.

La Compagnie des mines de Dourges est nationalisée en 1946, et la fosse no 6 bis intègre le Groupe d'Hénin-Liétard[B 1]. L'extraction cesse à la fosse no 6 bis comme à la fosse no 6 en 1951, mais le puits est conservé pour le retour d'air jusqu'en 1977, date à laquelle ses 528 mètres[A 1] sont remblayés.

Reconversion[modifier | modifier le code]

Au début du XXIe siècle, Charbonnages de France matérialise la tête de puits no 6 bis. Le BRGM y effectue des inspections chaque année[2]. Il ne reste rien de la fosse[3].

Le terril[modifier | modifier le code]

Le terril no 105 vu depuis le terril no 101.
50° 24′ 48″ N, 2° 55′ 48″ E

Le terril no 105, 6 bis de Dourges Est, situé à Hénin-Beaumont et Billy-Montigny, est le terril de la fosse no 6 bis des mines de Dourges. Il est situé à l'ouest des terrils nos 89 et 85, et au sud de la ligne Lens - Ostricourt. D'une hauteur initiale de 46 mètres, il a été exploité[4],[5]. Il était à l'origine conique, mais a été aplani pour servir de bassin de décantation au lavoir[1].

Les cités[modifier | modifier le code]

Les cités vues depuis le terril no 101.

Des cités typiques de la Compagnie de Dourges ont été bâties près de la fosse no 6 bis[1]. La cité-jardin Darcy fait partie des 353 éléments répartis sur 109 sites qui ont été classés le 30 juin 2012 au patrimoine mondial de l'Unesco. Elle constitue une partie du site no 48[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Les distances sont mesurées grâce à Google Earth. Dans le cas de puits, la distance est mesurée d'axe en axe, et arrondie à la dizaine de mètres la plus proche. Les têtes de puits matérialisées permettent de retrouver l'emplacement du puits sur une vue aérienne.
Références
Références aux fiches du BRGM
Références à Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais. Tome I,
  1. a b c et d Dubois et Minot 1991, p. 88
Références à Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais. Tome II,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : Des origines à 1939-45, t. I, , 176 p., p. 88. 
  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : De 1946 à 1992, t. II, .