Fosse du Mouton Noir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fosse du Mouton Noir
La borne de présence des puits de la fosse du Mouton Noir, ces derniers sont situés 47 mètres derrière.
La borne de présence des puits de la fosse du Mouton Noir, ces derniers sont situés 47 mètres derrière.
Puits du Mouton Noir Nord
Coordonnées 50,36433, 3,51321[BRGM 1]
Début du fonçage 1761
Profondeur 283 mètres
Étages des accrochages 108, 170, 198, 268 et 282 mètres
Arrêt 1794
Remblaiement ou serrement 1794
Puits du Mouton Noir Midi
Coordonnées 50,36433, 3,51321[BRGM 2]
Début du fonçage 1761
Profondeur 283 mètres
Étages des accrochages 108, 170, 198, 268 et 282 mètres
Arrêt 1807
Remblaiement ou serrement 1807
Administration
Pays France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Commune Valenciennes
Caractéristiques
Compagnie Compagnie des mines d'Anzin
Ressources Houille
Concession Raismes

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fosse du Mouton Noir

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Fosse du Mouton Noir

La fosse du Mouton Noir de la Compagnie des mines d'Anzin, est un ancien charbonnage du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, situé à Valenciennes. Les travaux des deux puits contigus commencent en 1761 à l'extérieur des fortifications et près de l'Escaut. D'autres fosses comme Le Chauffour ou Le Beaujardin sont ouvertes les années suivantes, à quelques centaines de mètres. En 1794, le puits Nord est serrementé et remblayé, quant au puits Midi, il l'est treize ans plus tard.

Le carreau de fosse est utilisé pour y établir le lycée de l'Escaut. Au début du XXIe siècle, Charbonnages de France ne matérialise pas les têtes des puits Nord et Midi, mais installe à 47 mètres, dans une rue adjacente, une borne de présence.

La fosse[modifier | modifier le code]

Fonçage[modifier | modifier le code]

Le fonçage des puits doubles, Nord et Midi[note 1], de la fosse du Mouton Noir est commencé en 1761 par la Compagnie des mines d'Anzin[I 1], soit quatre ans après sa fondation[A 1], sur le territoire de Valenciennes, à l'extérieur des fortifications et de l'autre côté de l'Escaut. Cette dernière commence la fosse du Pied dans la même commune la même année, puis entreprend la fosse du Chauffour l'année suivante[A 2] à seulement 230 mètres au nord-nord-est[note 2], sur le territoire d'Anzin, et en 1763 la fosse du Beaujardin[I 1], dans le même axe, à 560 mètres[note 2]. Ces deux dernières passent dans le finage de Valenciennes en 1825[1],[note 3].

Les deux puits, contigus, ce qui est très rare dans le bassin minier, ont un diamètre de 2,60 mètres. Ils ont été creusés dans la concession de Raismes[I 1]. Le terrain houiller a été atteint à la profondeur de 34,26 mètres, les orifices des puits sont situés à l'altitude de 26 mètres[Y 1]. La composition du cuvelage n'est pas connue[Y 1].

Exploitation[modifier | modifier le code]

Chacun des puits possède cinq accrochages[I 1]. Ceux du puits Nord sont établis à 108, 170, 198, 268 et 282 mètres[Y 1], ceux du puits Midi doivent être situés aux mêmes niveaux, car les puits sont doubles.

En 1791, la Compagnie des mines d'Anzin possède vingt-cinq puits d'extraction servant ou prêts à servir, trois puits en tentative ou en souffrance, huit puits d'épuisement avec machine à feu et un en cours d'exécution ou en souffrance, soit un total de trente-sept puits, onze de plus que lors de sa fondation en 1757[GB 1],[GB 2].

À la fin du XVIIIe siècle, cent-quinze ouvriers travaillent sous terre à la fosse du Mouton Noir, mais seule une quinzaine de mineurs est affectée à l'abattage du charbon. Le reste des ouvriers est employé à traîner la houille dans des esclittes dans les galeries, et à la remonter dans le puits. Seuls cinq ouvriers travaillent en surface, et un seul porion s'occupe de la surveillance[2]. En 1794, le puits Nord est serrementé dans sa partie courante et remblayé[I 1].

La fosse n'a alors plus qu'un puits utile pendant treize ans, jusqu'en 1807, où le puits Midi est serrementé dans sa partie courante et remblayé à son tour[I 1].

Reconversion[modifier | modifier le code]

Le lycée de l'Escaut est bâti sur le carreau de la fosse du Mouton Noir[3].

Au début du XXIe siècle, Charbonnages de France ne matérialise pas les têtes des puits Nord et Midi de la fosse du Mouton Noir, mais installe une borne de présence (50° 21′ 52″ N, 3° 30′ 45″ E) 47 mètres à l'ouest, dans la rue Emmanuel Rey[4]. Les deux puits sont situés dans un espace vert, dans l'enceinte du lycée de l'Escaut[3]. Le BRGM y effectue des inspections chaque année[5]. À cette période, le niveau d'eau est estimé être à la profondeur de 155 mètres NGF, soit 181 mètres[Y 1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Le midi signifie en ancien français le sud. Le puits du Nord s'oppose alors au puits du Midi, tout comme on peut avoir Levant et Couchant pour opposer deux puits, placés sur un axe est-ouest.
  2. a et b Les distances sont mesurées grâce à Google Earth. Dans le cas de puits, la distance est mesurée d'axe en axe, et arrondie à la dizaine de mètres la plus proche. Les têtes de puits matérialisées permettent de retrouver l'emplacement du puits sur une vue aérienne.
  3. En 1825, le quartier de l'Écorchoir, désormais dénommé Faubourg de Lille, est cédé par Anzin à Valenciennes. Les fosses de la Riviérette, du Poirier, du Chaufour et du Beaujardin passent donc d'Anzin à Valenciennes.
Références
Références aux fiches du BRGM
Références à Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais. Tome I,
Références à Édouard Grar, Histoire de la recherche, de la découverte et de l'exploitation de la houille dans le Hainaut français, dans la Flandre française et dans l'Artois, 1716-1791, t. II,
  1. Grar 1848, p. 150
  2. Grar 1848, p. 154
Références aux études des aléas miniers du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais par Géodéris
  1. a, b, c, d, e et f Géodéris, zone 3, annexe 5a
Références aux dossiers concernant la renonciation aux concessions de la Compagnie des mines d'Anzin par Charbonnages de France
  1. a, b, c et d Renonciation, Puits du Mouton Noir Nord

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : Des origines à 1939-45, t. I, , 176 p., p. 10, 16. 
  • Édouard Grar, Histoire de la recherche, de la découverte et de l'exploitation de la houille dans le Hainaut français, dans la Flandre française et dans l'Artois, 1716-1791, t. II, Impr. de A. Prignet, Valenciennes, , 371 p. (lire en ligne), p. 150, 154. 
  • Hervé Boullée et Christian Marion, Étude des aléas miniers du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais : Zone 3, Metz, Géodéris, , 67 p. (lire en ligne), annexe 5a. 
  • Charbonnages de France, Renonciation aux concessions de la Compagnie des mines d'Anzin.