Fosse La Sentinelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fosse La Sentinelle
La fosse La Sentinelle en 2011, reconvertie en église.
La fosse La Sentinelle en 2011, reconvertie en église.
Puits d'extraction La Sentinelle
Coordonnées 50,35058, 3,483873[BRGM 1]
Début du fonçage 1818
Profondeur 170 mètres
Arrêt 1830 (extraction)
Remblaiement ou serrement 1852
Puits de service La Sentinelle
Coordonnées 50,350669, 3,483945
Administration
Pays France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Commune La Sentinelle
Caractéristiques
Compagnie Compagnie des mines d'Anzin
Ressources Houille
Protection Logo monument historique Classé MH (2009)
 Inscrit MH (2009)
Patrimoine mondial Patrimoine mondial (2012)[note 1]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fosse La Sentinelle

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Fosse La Sentinelle

La fosse La Sentinelle de la Compagnie des mines d'Anzin est un ancien charbonnage du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, situé à La Sentinelle. Commencée en 1818 et productive peu après, la fosse est arrêtée à l'extraction en 1830. Le puits est serrementé en 1852 et la fosse est reconvertie en église. Des cités de corons ont été bâties autour de la fosse. Le site a une certaine notoriété non pas par rapport à l'extraction qu'il y a eu, mais par rapport à sa reconversion.

Au début du XXIe siècle, Charbonnages de France matérialise la tête du puits d'extraction La Sentinelle. L'église et son annexe sont classées aux monuments historiques par le décret du 23 novembre 2009. Les façades et les toitures du Coron de l'Église sont inscrits aux monuments historiques depuis le 1er décembre de la même année. La fosse La Sentinelle, le coron de l'Êglise, le coron Carré et le dispensaire de la Société de Secours Minière ont été inscrits le 30 juin 2012 sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

La fosse[modifier | modifier le code]

Fonçage[modifier | modifier le code]

La fosse La Sentinelle est entreprise en 1818 à La Sentinelle[BRGM 1], à 355 mètres au nord-ouest de la fosse Bon Air[note 2] et à 1 230 mètres au sud de la fosse Dutemple[A 1]. L'orifice du puits est situé à l'altitude de 55 mètres[JD 1]. Le terrain houiller est atteint à la profondeur de 64 mètres[JD 1].

Exploitation[modifier | modifier le code]

La fosse produit peu après le début de ses travaux, mais est arrêtée à l'extraction en 1830[1]. Le puits, profond de 170 mètres, est serrementé en 1852[BRGM 1]. La fosse est alors transformée en église, le projet ayant été prévu déjà cinq ans plus tôt[1]. En 1853, une chapelle est élevée sur l'emplacement de la fosse et est bénie en 1854. Des travaux d'agrandissement de la sacristie et pour l'installation des fonts baptismaux, d'une tribune pour les enfants de chœur et d'un tambour sont entrepris en 1872[1].

Reconversion[modifier | modifier le code]

Au début du XXIe siècle, Charbonnages de France matérialise la tête des puits d'extraction La Sentinelle. Le BRGM y effectue des inspections chaque année[2]. L'église et son annexe sont classées aux monuments historiques en totalité par le décret du 23 novembre 2009[1]. La fosse reconvertie en église fait partie des 353 éléments répartis sur 109 sites qui ont été inscrits le 30 juin 2012 sur la liste patrimoine mondial de l'Unesco. Elle constitue une partie du site no 13[3].

Les cités[modifier | modifier le code]

Les premiers corons sont bâtis en 1825. D'autres sont ajoutés au fil des décennies[4].

Les façades et les toitures du Coron de l'Église ont été inscrits aux monuments historiques par le décret du [4]. Le Coron de l'Église, la Coron Carré et le dispensaire de la Société de Secours Minière font partie des 353 éléments répartis sur 109 sites qui ont été inscrits le 30 juin 2012 sur la liste patrimoine mondial de l'Unesco. Ils constituent une partie du site no 13[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Le classement aux monuments historiques concerne l'église, l'inscription aux monuments historiques porte sur le coron et l'inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco concerne la fosse La Sentinelle, le Coron de l’Église, le Coron Carré et le dispensaire de la Société de Secours Minière.
  2. Les distances sont mesurées grâce à Google Earth. Dans le cas de puits, la distance est mesurée d'axe en axe, et arrondie à la dizaine de mètres la plus proche. Les têtes de puits matérialisées permettent de retrouver l'emplacement du puits sur une vue aérienne.
Références
Références aux fiches du BRGM
Références à Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais. Tome I,
Références à Jules Gosselet, Les assises crétaciques et tertiaires dans les fosses et les sondages du Nord de la France : Région de Valenciennes, vol. IV, Imprimerie nationale, Paris,
  1. a et b Gosselet 1913, p. 164

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : Des origines à 1939-45, t. I, , 176 p., p. 16. 
  • Jules Gosselet, Les assises crétaciques et tertiaires dans les fosses et les sondages du Nord de la France : Région de Valenciennes, vol. IV, Imprimerie nationale, Paris, , p. 164.