Fosse Cuvinot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fosse Paul Cuvinot
La fosse Cuvinot et son terril conique.
La fosse Cuvinot et son terril conique.
Puits Cuvinot n° 1
Coordonnées 50,402625, 3,599757[BRGM 1],[BRGM 2]
Début du fonçage ou 1894
Mise en service
Profondeur 491 mètres
Arrêt (extraction)
Remblaiement ou serrement 1968
Puits Cuvinot n° 2
Coordonnées 50,402857, 3,599347[BRGM 3]
Début du fonçage juillet 1893 ou 1894
Mise en service mars 1897
Profondeur 484 mètres
Arrêt 29 décembre 1967 (extraction)
Remblaiement ou serrement 1968
Administration
Pays France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Commune Onnaing
Caractéristiques
Compagnie Compagnie des mines d'Anzin
Groupe Groupe de Valenciennes
Unité de production UP de Valenciennes
Ressources Houille

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fosse Paul Cuvinot

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Fosse Paul Cuvinot

La fosse Cuvinot ou Paul Cuvinot de la Compagnie des mines d'Anzin est un ancien charbonnage du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, situé à Onnaing. Le fonçage des deux puits commence en ou en 1894 et la fosse commence à extraire en . Des cités, ainsi que des écoles sont bâties à Onnaing et à Vicq. Deux terrils nos 201 et 202 sont édifiés à l'ouest du carreau. La fosse est détruite durant la Première Guerre mondiale. Elle est reconstruite.

La Compagnie des mines d'Anzin est nationalisée en 1946, et intègre le Groupe de Valenciennes. La fosse Cuvinot concentre en 1955 la fosse Thiers. Elle cesse définitivement d'extraire le et ses puits sont comblés l'année suivante. Les deux terril, dont le 201 qui avait atteint 94 mètres, sont exploités.

Au début du XXIe siècle, Charbonnages de France matérialise les têtes des puits Cuvinot nos 1 et 2. Le carreau de fosse est une friche. Les cités ont été rénovées. L'exploitation des terrils se poursuit jusque dans les années 2010.

La fosse[modifier | modifier le code]

Fonçage[modifier | modifier le code]

La Compagnie des mines d'Anzin commence en [A 1] ou en 1894[1],[2] les travaux de fonçage des deux puits de la fosse Cuvinot à Onnaing[A 1]. Le puits no 2 est situé à quarante mètres au nord-ouest[note 1] du puits no 1.

La fosse vers 1900.

Les orifices des puits sont situés à l'altitude de 23 mètres[JD 1]. Le fonçage des puits s'effectue par le procédé de congélation. Le 27 août 1894, un orage entraîne l'ennoyage des deux puits, les ouvriers ont tout juste le temps de remonter[A 1]. Le terrain houiller est atteint à la profondeur de 167 mètres[JD 1].

La fosse est baptisée en l'honneur de Paul Cuvinot, administrateur de la Compagnie d'Anzin[A 1].

Exploitation[modifier | modifier le code]

La fosse commence à extraire en . Elle a la particularité unique dans le bassin minier de pouvoir exploiter toute la gamme de charbons connus dans celui-ci, de la houille maigre à la houille grasse[A 1].

La fosse est détruite durant la Première Guerre mondiale. Elle est reconstruite, et les puits sont ravalés jusqu'à la profondeur de 480 mètres[A 1].

La Compagnie des mines d'Anzin est nationalisée en 1946, et intègre le Groupe de Valenciennes[B 1]. La fosse concentre en 1955 la fosse Thiers, sise à Saint-Saulve[A 2] à 2 720 mètres à l'ouest[note 1]. La fosse Cuvinot cesse d'extraire le , elle a alors produit 13 212 000 tonnes depuis sa mise en service. Les puits nos 1 et 2, respectivement profonds de 491 et 484 mètres, sont remblayés en 1968[B 1].

Reconversion[modifier | modifier le code]

Au début du XXIe siècle, Charbonnages de France matérialise les têtes des puits Cuvinot nos 1 et 2. Le BRGM y effectue des inspections chaque année[3]. Il ne reste rien de la fosse[4], mis à part quelques vestiges des murs d'enceinte[5].

Les terrils[modifier | modifier le code]

Une trémie incendiée.
Vue d'ensemble du terril.

Deux terrils résultent de l'exploitation de la fosse[6].

Terril no 201, Cuvinot[modifier | modifier le code]

50° 24′ 06″ N, 3° 35′ 52″ E

Le terril no 201, Cuvinot, est situé à Onnaing, et est indissociable du terril no 202. Exploité, il s'agissait d'un terril conique initialement haut de 94 mètres[7]. Une trémie, également nommée cribleuse, a été incendiée en mai 2009[8]. La société Tercharnor effectue en 2011 une demande de reconduite de son autorisation d'exploitation, pour une durée de six ans, qui a été acceptée[9].

Terril no 202, Cuvinot Ouest[modifier | modifier le code]

50° 24′ 04″ N, 3° 35′ 49″ E

Le terril no 202, Cuvinot Ouest, est situé à Onnaing, et est indissociable du terril no 201 et exploité. Il est à l'origine plat et haut de 17 mètres[10].

Les cités[modifier | modifier le code]

Des cités ont été bâties autour de la fosse Cuvinot, sur les communes d'Onnaing et de Vicq.

Les écoles[modifier | modifier le code]

Les écoles.
50° 24′ 10″ N, 3° 36′ 09″ E

Des écoles ont été bâties près de la fosse. Les abords ont été réhabilités au printemps 2010, il s'agissait notamment de sécuriser l'entrée des élèves[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. a et b Les distances sont mesurées grâce à Google Earth. Dans le cas de puits, la distance est mesurée d'axe en axe, et arrondie à la dizaine de mètres la plus proche. Les têtes de puits matérialisées permettent de retrouver l'emplacement du puits sur une vue aérienne.
Références
  1. Jérémy Jännick, « Plaque d'identification apposée sur la tête de puits matérialisée no 1 de la fosse Cuvinot des mines d'Anzin », sur Wikimedia Commons
  2. Jérémy Jännick, « Plaque d'identification apposée sur la tête de puits matérialisée no 2 de la fosse Cuvinot des mines d'Anzin », sur Wikimedia Commons
  3. [PDF] Bureau de recherches géologiques et minières, « Article 93 du Code minier - Arrêté du 30 décembre 2008 modifiant l’arrêté du 2 avril 2008 fixant la liste des installations et équipements de surveillance et de prévention des risques miniers gérés par le BRGM - Têtes de puits matérialisées et non matérialisées dans le Nord-Pas-de-Calais », sur http://dpsm.brgm.fr/Pages/Default.aspx,
  4. (fr) Jean-Louis Huot, « Mines du Nord-Pas-de-Calais - La fosse Cuvinot des mines d'Anzin », http://minesdunord.fr/
  5. Jérémy Jännick, « Vestiges du mur d'enceinte de la fosse Cuvinot des mines d'Anzin », sur Wikimedia Commons
  6. Liste des terrils du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, fournie par la Mission Bassin Minier, voir Terrils du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais.
  7. « Fiche du terril no 201 », sur http://www.chainedesterrils.eu/, La Chaîne des Terrils
  8. « Onnaing, une cribleuse en flammes », sur http://www.lavoixdunord.fr/, La Voix du Nord,
  9. [PDF] « Exploitation du terril no 201 », sur http://www.nord.pref.gouv.fr/, Préfecture du Nord, 2011
  10. « Fiche du terril no 202 », sur http://www.chainedesterrils.eu/, La Chaîne des Terrils
  11. « Le quartier Cuvinot est en train de faire sa mue. Fin du chantier en mai », sur http://www.lavoixdunord.fr/, La Voix du Nord,
Références aux fiches du BRGM
Références à Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais. Tome I,
  1. a, b, c, d, e et f Dubois et Minot 1991, p. 29
  2. Dubois et Minot 1991, p. 25
Références à Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais. Tome II,
Références à Jules Gosselet, Les assises crétaciques et tertiaires dans les fosses et les sondages du Nord de la France : Région de Valenciennes, vol. IV, Imprimerie nationale, Paris,
  1. a et b Gosselet 1913, p. 192

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : Des origines à 1939-45, t. I, , 176 p., p. 25, 29. 
  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : De 1946 à 1992, t. II, . 
  • Jules Gosselet, Les assises crétaciques et tertiaires dans les fosses et les sondages du Nord de la France : Région de Valenciennes, vol. IV, Imprimerie nationale, Paris, , p. 192.