Forum pour d'autres indicateurs de richesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir FAIR.

Le collectif « Forum pour d'autres indicateurs de richesse », ou encore FAIR (acronyme en forme de clin d'œil qui signifie juste ou équitable en anglais)[1] regroupe une cinquantaine de chercheurs et de militants associatifs réfléchissant d'une manière critique à la question des indicateurs économiques et des indicateurs de progrès des sociétés. Ce regroupement au départ informel est rapidement passé de la réflexion à la diffusion, puis de la diffusion à l'action avec l'ambition d'intégrer de larges collectifs contribuant à la contestation des indicateurs économiques dominants que sont le PIB ou la croissance économique puis à l'élaboration de nouveaux indicateurs de substitution.

Historique[modifier | modifier le code]

FAIR date du début 2008. L'occasion de son lancement fut la création de la dite Commission Stiglitz-Sen chargée d'élaborer de nouveaux indicateurs de richesse et de bien-être sur la proposition de Nicolas Sarkozy le 8 janvier 2008. Cette commission, dont le nom officiel est « Mesure de la Performance Économique et du Progrès Social »[2], avait initialement pour but de développer une « réflexion sur les moyens d'échapper à une approche trop quantitative, trop comptable de la mesure de nos performances collectives ». L'économiste Jean Gadrey fut sollicité pour participer à cette commission. Après en avoir discuté avec plusieurs de ses amis militant depuis longtemps pour d’autres indicateurs, il décida de participer aux activités de cette commission.

Ce débat collectif déboucha au premier trimestre 2008 sur la création de FAIR, comme réseau de la société civile. Parmi ses animateurs, on trouve, outre Jean Gadrey, plusieurs chercheurs ayant déjà réalisé de nombreux travaux critiques sur la question des indicateurs économiques dominants, tels Pierre Concialdi (l'un des initiateurs de cet indicateur alternatif qu'est le BIP40), Florence Jany-Catrice, Dominique Méda, Georges Menahem et Patrick Viveret. Y participent aussi des représentants de collectivités territoriales, notamment du Nord-Pas-de-Calais, et d'associations, dont le "collectif richesse" qui a fait connaître en France l'idée de "Produit intérieur doux", la fondation France-Libertés, l'association internationale Pekea, etc. L'ancien directeur adjoint du Programme des Nations unies pour le développement, Jean Fabre, fait également partie du groupe d'animation, ainsi qu'Hélène Combe (Observatoire de la décision publique)[3].

Les acteurs de FAIR déclarent dans la conclusion de leur manifeste traduit en plusieurs langues[4] et adopté au début de décembre 2008 : « C'est en redonnant sens aux échanges non économiques et à « ce qui compte le plus » pour nous que nous serons en capacité de redéfinir la notion de richesse, de refonder les règles du partage, les supports d’échanges comme la monnaie, mais aussi les modalités de compte, ou encore les systèmes de redistribution appropriés. Que nous serons en mesure de redonner sa juste place - et non pas toute la place - à l'économie. »

Le Forum pour d'autres indicateurs de richesse (FAIR) regroupe une pluralité d'acteurs : des enseignants, des chercheurs, des acteurs territoriaux et des coordonnateurs de réseaux professionnels ou citoyens. Il entend prendre sa part dans cette remise en cause de nos indicateurs dits « de progrès ». Il retient dans ce cadre quatre orientations :

  • Mettre en lien et capitaliser les initiatives des réseaux, des institutions et des territoires pour la mise en œuvre de nouveaux indicateurs ;
  • S'impliquer dans une collaboration vigilante avec la « Commission Stiglitz », pour faire en sorte que celle-ci puisse :
    1. proposer des solutions de transition, c'est-à-dire une évolution significative, mais provisoire, du système de calcul de la richesse nationale, qui sera fondé sur des références compatibles avec les exigences du développement durable ;
    2. formuler, dans le rapport de mission à l’attention du Président de la République française prévu pour le printemps 2009, des recommandations destinées à organiser la poursuite du chantier (« l'après commission »), et à soutenir la mise en place d'un large débat public national à inscrire dans la durée ;
  • Contribuer, par l'organisation directe d'évènements partenariaux et par la participation à des rencontres diverses, à l'invention d'un modèle de gouvernance et de ses indicateurs, à l’échelle des enjeux sociétaux et démocratiques
  • S'associer activement, et dans une vision de cohérence internationale, à l'expérimentation nationale et dans les territoires de coconstructions de nouveaux indicateurs de richesse et de progrès.

Activités[modifier | modifier le code]

Pour ses premières activités, le collectif FAIR s'est réuni en 2008 et 2009 parallèlement à la Commission Sen-Stiglitz dans les locaux d'institutions telles que la Fondation France-Libertés qui lui ont assuré un appui initial déterminant. Plus généralement, FAIR s'est appuyé sur le soutien d'associations telles que France Libertés, Attac, Utopia, et d'organisations syndicales comme la CFDT et la CGT. De premières manifestations publiques ont concrétisé les avancées de ses analyses :

  • La réunion à l'Assemblée nationale d'une « rencontre » ayant pour titre Enjeux démocratiques d’une nouvelle approche de la richesse : de nouveaux indicateurs, oui, mais comment et pour quoi faire ?[5].
  • La participation d'une partie du collectif FAIR, le 11 décembre 2008, aux réflexions de la Commission Stiglitz avec une partie de ses membres.
  • La seconde manifestation publique du collectif FAIR s'est déroulée le 30 mars 2009 au Conseil économique, social et environnemental (CESE) devant une assistance de plus de cent personnes.
  • Les dernières manifestations publiques de FAIR ont accompagné la sortie du rapport de la Commission Stiglitz. Au moment de la sortie de son résumé en juillet 2009, FAIR a produit une analyse des acquis et des limites du rapport[6] et l'a commentée lors d'une conférence de presse tenue au siège de la CFDT le 1er juillet 2009. Enfin, au moment de la présentation nationale du rapport dit "Stiglitz-Fitoussi" au Collège de France le 14 septembre, FAIR était encore là : il avait diffusé un communiqué à la presse[7] et est intervenu pendant la conférence de presse tenue par les principaux animateurs de la commission, Joseph Stiglitz et Jean-Paul Fitoussi[8].

Depuis 2011, des débats et échanges continuent à y être menés, mais à un rythme moins soutenu. Ils visent à développer la réflexion sur le problème de la mesure et, en même temps, à impulser le débat collectif sur la définition du progrès. Plusieurs de ses manifestations ont pris place dans un cadre régional, notamment à Lille, pour la région Nord Pas de Calais, et à Nantes, en liaison avec les équipes locales concernées par la question des indicateurs.

Diffusion et premières publications[modifier | modifier le code]

Des textes en ligne concrétisant les travaux de FAIR ont été largement diffusés par le biais d'un site public édité par le mensuel Alternatives économiques[9]. Ce mensuel d'informations économiques a édité également dans sa collection de petits livres de poche un recueil intitulé « La richesse autrement » et regroupant une quarantaine d'articles faisant le tour de la question des nouveaux indicateurs de richesse[10].

Une première version des conclusions de la Commission Stiglitz a été mise en ligne en juin 2009. Au même moment, FAIR a publié une première note soulignant les apports du premier chapitre de ce rapport et critiquant en même temps aussi bien la méthode de travail "très opaque" de la Commission que les limites de ses propositions[11].

Dans l'article publié par Le soir en Belgique[12], on trouve le résumé de l'analyse du collectif FAIR.

  • Il souligne d'abord l'« avancée notoire en termes de diagnostic » réalisée par la Commission, à savoir « la remise en cause du PIB en tant qu’indicateur de performance et de progrès. […] Le PIB, centré sur la production et la consommation marchandes et monétaires, ne prend en compte que certaines activités, ignore les effets prédateurs du productivisme et de la dérégulation sur la vie sociale et sur l’environnement. Il compte positivement des activités néfastes ou qui ne font que réparer des dégâts d’origine humaine. Il est indifférent à la mise en cause des biens communs vitaux (eau, air, sol…) et à la violation des droits fondamentaux de milliards de personnes qui en résulte. Il a été incapable de nous alerter sur l’existence et l’aggravation des crises sociales, écologiques, économiques et financières. Il nous a aveuglés et rendus collectivement insensibles aux dérives de notre modèle de développement. »
  • Sur le côté critique, il met en cause nettement l'indicateur privilégié par la Commission Stiglitz pour pallier les insuffisances du PIB. Leur rapport, selon ce collectif, « survalorise l’épargne nette ajoutée (ENA) issue des travaux de la Banque mondiale. Or, cet indicateur est à bannir des futurs repères-clefs. Il est exclusivement monétaire, incompréhensible pour les non-spécialistes, inadapté à la décision politique, inacceptable dans sa façon de rendre interchangeables trois formes de capital : « économique » (issu de la production), « humain » (abordé via les seules dépenses d’éducation), « naturel » (limitant les dommages écologiques aux seuls aspects climatiques). »

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. première annonce de sa création sur le blog de Jean Gadrey
  2. Voir le site public de la Commission Sen-Stiglitz
  3. Cf. annonce de sa création sur le blog de Jean Gadrey
  4. Voir le site de FAIR avec son manifeste.
  5. Cf. programme de cette rencontre sur le site de l'association PEKEA.
  6. Cf. page publiée sur le site de FAIR hébergé par la revue Alternatives économiques.
  7. Voir le communiqué de FAIR sur le site IDIES de Alteréco.
  8. Cf. les nombreux articles dans la presse, notamment du Monde et du Financial Time.
  9. Site hébergé sur le site de l'IDIES mis en place par le mensuel Alternatives économiques
  10. Voir la liste des 43 articles et de leurs 31 auteurs dans le sommaire détaillé en ligne de « La richesse autrement »
  11. On trouve cette note en ligne ici, sur une page de l'IDIES, dont le site est géré par le mensuel Alternatives économiques
  12. Voir [1] l'article paru le 24 juin 2009.