Fort de Fouras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fort de Fouras
Image illustrative de l’article Fort de Fouras
Nom local Fort Vauban ou Sémaphore de Fouras
Période ou style Médiévale et Bastionné
Type Place forte
Début construction XIVe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Propriétaire initial Jehan II de Brosse
Destination initiale Défense de l'estuaire de la Charente
Propriétaire actuel Commune
Destination actuelle Musée sur l'histoire régionale
Protection Logo monument historique Classé MH (1987)[1]
Site web http://www.fouras.net/v2/patrimoine.php?ref=3
Coordonnées 45° 59′ 09″ nord, 1° 05′ 51″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région historique Aunis
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Commune Fouras
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Fort de Fouras
Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime
(Voir situation sur carte : Charente-Maritime)
Fort de Fouras

Le fort de Fouras ou sémaphore de Fouras, est une fortification des XVe et XVIIe siècles construite à l'emplacement d'un château fort médiéval, à Fouras, ville située en Aunis dans le département de la Charente-Maritime.

Il est aussi improprement dénommé le fort Vauban[2] par les dépliants touristiques, alors que la construction de la citadelle originelle soit antérieure à l'intervention de Vauban.

Historique[modifier | modifier le code]

L'embouchure de la Charente représentait un site stratégique. À l’époque romaine, le site de Fouras se situait sur une île et autour de 58 avant J.-C., un castrum romain appelé “château de César”, occupait les lieux.

La châtellenie de Fouras revient, au XIe siècle, à la famille de Rochefort qui obtient les droits d'exercice de la haute, moyenne et basse justice, et de taxation des bateaux empruntant le fleuve (péage).

En 1305, Philippe le Bel rachète Fouras et le rattache à la couronne, puis concède à nouveau ce fief qui changera plusieurs fois de seigneur, jusqu'à Jehan II de Brosse, seigneur de L'Aigle en 1449 (1454 ?), qui a construit le donjon de 1480 à 1490. C'est la fin de la guerre de Cent Ans.

Durant les guerres de religion, la position stratégique de Fouras lui vaut d'échapper à la destruction ordonnée par Louis XIII pour toutes les places fortes après la prise de La Rochelle. Il en fait une forteresse royale.

Non loin de là, l'arsenal de Rochefort est construit, en 1666, par Colbert sur l'ordre de Louis XIV.

Durant la guerre de Hollande (1672 à 1678), Fouras protège l'arsenal en défendant l'embouchure de la Charente. Le donjon sert à observer les mouvements des navires et à envoyer des messages à la tour des signaux construite près du logis du chef d'Escadre.

De 1689 à 1693, sous la supervision de Vauban, François Ferry, ingénieur de Louis XIV, transforme l’ancienne demeure féodale en un "fort à la mer". Il épaissit les murs du donjon et crée, à 36 m au-dessus de la mer, une plate-forme de tir pour 9 canons. Il renforce le rempart médiéval et gagne sur la mer en construisant une fausse-braie destinée à porter le gros des canons.

En 1705, Ferry fit construire un casernement sur l’actuel parking. Il hébergeait la garnison et faisait office de rempart pour le donjon car, en cas de débarquement, les assaillants devaient franchir une première porte, puis une seconde donnant sur la caserne et une troisième ouverte dans le rempart médiéval[3].

Le fort sera doté de 50 canons répartis sur 3 niveaux de feu : la fausse-braie, la cour et le sommet du donjon, et disposera d'une garnison de 300 à 600 hommes. Sa forme évoque celle d’un navire de guerre : la structure en fer à cheval à l’avant (proue), la cour médiévale haute ( pont supérieur), le donjon (mât) et les remparts ( pont)[3].

Le fort de Fouras ne tirera pas un coup de feu, même lors des deux attaques britanniques de la rade, en 1757 et en 1809. Il sera maintenu en service jusqu’à la fermeture de l’arsenal en 1927.

Le fort et la citadelle ont été classés monument historique le [1].

Le donjon de Fouras, intégré dans le Fort-Vauban

Architecture[modifier | modifier le code]

Il présente le plus bel exemple de donjon de place forte seigneuriale des fortifications du littoral.

Il ne reste rien des premières constructions médiévales et le donjon actuel du XVe siècle constitue avec la muraille sud de la première enceinte la partie la plus ancienne. D'une hauteur de 30 mètres il forme quatre niveaux sur une crypte.

Il est entouré des fortifications du XVIIe siècle : plates-formes, courtines, tour massive, le tout en à pic sur la mer, constructions caractéristiques de l'architecture militaire de l'époque dues à Vauban.

Galerie[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Visites[modifier | modifier le code]

Accès payant, sur visite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fort Vauban, Fouras », notice no PA00104693, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Les guides touristiques parlent tout aussi improprement d'un fort Vauban à Alès.
  3. a et b Pas Si Secret, « Le Fort Vauban, une forteresse inutile ? », sur Pas Si Secret, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • N. Faucherre, Bastions de la mer : le guide des fortifications de la Charente-Maritime, Chauray, éditions Patrimoine Médias, , 72 p. (ISBN 2-910137-09-0)
    Description des projets, de la construction et des utilisations des différents forts du littoral charentais
  • N. Faucherre - P. Prost - A. Chazette - F. le blanc, Les fortifications du littoral : La Charente Maritime -, Éditions patrimoines et médias, , 220 p. (ISBN 2-910137-17-1)
    Livre répertoriant les différents fortifications du littoral charentais

Liens externes[modifier | modifier le code]