Fort Saint-Sauveur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fort Saint-Sauveur
Fort du Réduit
Fort et chapelle du réduit, Lille - 2012-04-04.JPG

Vue du fort depuis l'Hôtel de ville

Présentation
Type
Fort (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Style
Construction
Destination initiale
Fort
Destination actuelle
Bâtiments affectés au ministère chargé de la défense
Propriétaire
Etat
Statut patrimonial
Logo monument historique Classé MH (1910, chapelle)
 Inscrit MH (1946, fort)
Géographie
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
20 square RuaultVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Nord
voir sur la carte du Nord
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lille
voir sur la carte de Lille
Red pog.svg

Le fort Saint-Sauveur, ou fort du Réduit, est un ancien fort situé rue du Réduit à Lille, dans le département du Nord, en France. Sa chapelle a été classée monument historique en 1910 et le reste du fort inscrit en 1946[1].

Ce site est desservi par la station de métro Lille Grand Palais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plan du fort après les travaux ordonnés par Vauban

Le fort Saint-Sauveur tire son nom de la paroisse dans laquelle il est installé. Il existait déjà lors de l'époque espagnole, sous le nom de Fort Campi[2]. Il est profondément remanié à partir de 1674 sur les ordres de Vauban dans le cadre du renforcement du dispositif de défense de la ville avec, notamment, l'intégration de bastions au périmètre fortifié.

C'est l'un des cinq réduits établis par Vauban et l'un des trois, avec ceux de Strasbourg et de Besançon, construits dans une ville avec citadelle.

Inscrit dans les remparts de la ville, le fort Saint-Sauveur est la seule partie à être bastionnée à la fois vers la campagne, mais aussi vers la ville. De fait, Louvois écrit à Vauban, dans une lettre du 4 janvier 1673[3] : « Le Roy croyant que rien n'est si important à son service que de mettre les bourgeois des villes nouvellement conquises hors d'estat de pouvoir rien entreprendre dans quelque conjoncture que ce puisse estre contre son service, Sa Majesté a resolu de faire travailler incessament à l'Isle à fermer le bastion de Saint-Sauveur, du costé de la ville et à y faire un rempart capable de porter du canon, qui puisse battre la ville, s'il estoit nécessaire (...) »

Les travaux achevés, Vauban décrit le fort comme une mini citadelle pouvant servir de point d'appui aux forces de l'ordre en cas de sédition du quartier populaire de Saint-Sauveur. Il écrit à son sujet[4] : « Ce fort est accommodé de tous le bâtiments nécessaires et rempli de toutes les munitions de guerre et de bouche, ayant de plus une petite garnison particulière et un commandant, comme la Citadelle. Du côté de la campagne, il ne fait que l'office d'un grand bastion, mais très bien placé par les deux qui l'avoisinent. Il ne sert pas peu à contenir les émotions de ce quartier fort peuplé de menus gens qui n'ont rien à perdre et qui, par conséquent, a toujours été le plus séditieux de la ville. »

Constamment militarisé depuis sa création, le fort est affecté en totalité au service du génie en 1820. La déclassification des fortifications qui entourent le fort à la suite de l'extension de la ville de 1858 conduit, dans les années 1860, au démantèlement de l'enceinte et à la disparition des fossés et remparts. L'espace dégagé permet la création du square Ruault aujourd'hui remplacé par l'Hôtel de ville. Les bâtiments situés dans l'enceinte du fort sont en revanche préservés. Modernisés au sortir de la seconde guerre mondiale, ils accueillent encore aujourd'hui les bureaux de l'établissement du Génie de Lille et le gouverneur militaire de Lille.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le Fort Saint-Sauveur a été déclassé en 1859 et il ne comprend plus aujourd'hui que quatre bâtiments d'origine et une chapelle de style classique sur une surface d'environ 8 000 m².

La chapelle est construite en pierre de Lezennes entre 1674 et 1707, date à laquelle elle est consacrée par Joseph-Clément de Bavière, archevêque de Cologne. Sa façade est organisée en trois travées et trois niveaux. Les deux premiers sont percés de baies en plein cintre. Au premier niveau, des pilastres ioniques portent un entablement dont la frise est sculptée d'une alternance de fleurs de lys et de monogrammes du roi. Le portail est surmonté d'une clé ornée d'une tête d'angelot. Au deuxième niveau, une baie centrale est encadrée de pilastres corinthiens réunis par des chutes de feuilles et des rubans. Les pilastres soutiennent deux tympans courbes qui portent les armes royales entourées de laurier. Au troisième niveau, dans un bas-relief carré, deux femmes drapées à l'antique lèvent les pans d'un voile pour découvrir deux écus couronnés. L'ensemble est surmonté d'un fronton courbe encadré de deux volutes et, en retrait, d'un petit clocher hexagonal.

À l'intérieur de la chapelle, seul l'encadrement du tableau d'hôtel a été préservé. Le retable en pierre sculptée comprend, sur les côtés, deux grands pilastres à chapiteaux corinthiens supportant un entablement cintré surmonté d'une figure de Dieu le père sculptée en bas relief. Au-dessous, dans un cartouche, se détache une colombe aux ailes déployées figurant l'esprit saint. La chapelle présente également une mezzanine et une charpente remarquable.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00107585, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Le patrimoine des communes du Nord, Flohic éditions, Tome II, 2001, p 987
  3. Victoria Sanger, Un pouvoir partagé : le projet militaire et civil de Vauban à Lille et les tensions franco-lilloises in Denise Turrel (dir.), Villes rattachées, villes reconfigurées, Presses universitaires François-Rabelais, 2003, p. 143-160
  4. Cité dans Le patrimoine des communes du Nord, Flohic éditions, Tome II, 2001, p 987

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]