Fort Coteau-du-Lac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fort Coteau-du-Lac
Coteau-du-Lac Vestiges du fort.jpg
Présentation
Site web
Localisation
Pays
Province
Municipalité
Coordonnées
Localisation sur la carte du Canada
voir sur la carte du Canada
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Québec
voir sur la carte du Québec
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la région métropolitaine de Montréal
voir sur la carte de la région métropolitaine de Montréal
Red pog.svg

Le fort Coteau-du-Lac est un poste militaire construit en 1813 au Bas-Canada pour protéger les habitants d'une invasion américaines. Il servit jusqu'en 1845.

Historique[modifier | modifier le code]

La guerre de 1812 força les Britanniques à construire des fortifications. Certaine fortification ont survécu au temps, d'autres comme le fort Coteau-du-Lac ne l'ont pas.

Les remparts du fort de Coteau-du-Lac sont faits de terre, ce qui n'est pas contraire à l'art militaire de l'époque. Le fort est fait sur forme d'étoile. Les canons sont placés en hauteur des étoiles. Le bastion original était sous forme de trèfle. Cette pointe saillante s’avançait tout près des rapides. On hérissa de longs pieux aiguisé horizontalement à la moité de la hauteur de son escarpement pour protéger le fort. On fait construire un canal qui passa directement à travers le fort. Autour de la sortie est du canal, on dressa une palissade de pieux aiguisés[1].

Au nord du fort, du côté de la terre ferme, on creusa un profond fossé qui offrit une protection accrue et fournit une bonne partie des matériaux servant à élever les remparts. Un pont enjambait ce fossé et menait à une entrée de dix pieds de large (3 m) qui perçait le talus. Une solide porte appuyée à des poutres de bois fermait l'entrée. Non loin de là, un corps de garde, comprenant cinq cachots et un local pour "la police" du fort, contrôlait la circulation entre l'enceinte et l'extérieur[1].

À l'apogée de son existence, le fort de Coteau-du-Lac pouvait loger convenablement sur pied d'alerte, un officier supérieur, deux capitaines, quatre-cent-soixante hommes, et disposait de dix-neuf stalles pour les chevaux. Les activités du canal, et celles du fort, couvrent plus de cent ans d'histoire[1].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c George Ingram, “A history of Coteau-du-Lac” (1967). PAC, p. 116.