Fort Chambray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fort Chambray
Image illustrative de l’article Fort Chambray
Le fort Chambray depuis le sud
Type Fortification côtière
Début construction 1749
Fin construction 1758
Destination initiale fortification militaire
Destination actuelle complexe touristique
Site web www.fortchambray.comVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées 36° 01′ 21″ nord, 14° 17′ 40″ est
Pays Drapeau de Malte Malte
Région historique Gozo
Localité Għajnsielem
Géolocalisation sur la carte : Malte
(Voir situation sur carte : Malte)
Fort Chambray

Le fort Chambray est une fortification côtière située sur un promontoire dominant le port de Mġarr. Il porte le nom du chevalier français de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, Jacques-François de Chambray, qui finança sa construction au XVIIIe siècle.

Le projet architectural[modifier | modifier le code]

L'idée d'un fort protégeant la baie de Mġarr remonte à la fin du XVIe siècle. En 1714, un projet est dessiné par l'architecte français Jacob de Tigné, mais il n'est pas mené à bien, faute de moyens[1].

En 1749, Le chevalier Jacques-François de Chambray est nommé gouverneur de l'île de Gozo par le grand maître Manoel Pinto da Fonseca. Il décide alors de reprendre le projet pour mieux défendre la baie de Mġarr qui est le principal accès à l'île. Le projet retenu est celui d'un fort dominant la baie, situé sur un promontoire dont le territoire appartient aujourd'hui à la commune de Għajnsielem. Chambray finance la construction sur ses propres deniers, versant 40 000 scudi. Le fort est achevé en 1758, deux ans après sa mort, le fort porte son nom[1].

Le projet initial est très ambitieux. La partie fortifiée devant être la première étape avant la construction de toute une ville alentour, reproduisant à Gozo ce qui avait été fait à La Valette. Mais ce projet ne put jamais aboutir, notamment à cause de la présence de pirates barbaresques qui inquiétaient les habitants de Gozo, chez qui le souvenir de l'invasion et la razzia de 1551 était toujours vivace. Finalement les populations gozitaines se sentiront plus en sécurité à l'intérieur des terres[1].

Activité militaire[modifier | modifier le code]

Sous les Chevaliers[modifier | modifier le code]

Le fort est construit vers la fin de la présence des chevaliers à Malte. Leurs ennemis ottomans étaient alors sur leur déclin militaire et le fort n'eut jamais à subir d'assaut de leur part.

En 1798, les troupes napoléoniennes conquièrent les îles maltaises en quelques jours. La brève résistance des soldats de l'Ordre est la seule brève aventure militaire du fort[2]. Le chevalier Pierre-Antoine-Charles de Mesgrigny de Villebertain (1747-1828), gouverneur de Gozo, résista dans le fort, quelques heures seulement, aux forces françaises[3].

Sous les Britanniques[modifier | modifier le code]

Le fort est occupé par les troupes britanniques dès 1800[2].

Depuis 1830, il possède un petit hôpital militaire, qui n'est souvent occupé que par un ou deux malades. Trop petit pour accueillir les troupes blessées de la guerre de Crimée, l'hôpital est délocalisé en mars pour La Valette avant d'être agrandi et relocalisé à Fort Chambray en , où il peut accueillir alors 200 blessés. Mais les constructions temporaires ne sont pas adaptées au climat et se révèlent inconfortables. Entre le et le , 49 décès sont enregistrés dont 13 par le choléra[4].

Le fort sera à d'autres occasions également utilisé comme hôpital militaire, notamment durant la guerre anglo-égyptienne en 1882 et la Première Guerre mondiale[2].

Il sera profondément touché par le Séisme du [5].

Hôpital[modifier | modifier le code]

Le fort abandonne sa vocation militaire après la Première Guerre mondiale pour devenir un hôpital psychiatrique civil entre 1934 et 1983, ainsi qu'une léproserie de 1937 à 1956[2].

Centre touristique[modifier | modifier le code]

À partir de la fin des années 1980, un projet de transformation du fort en complexe touristique est initié. De nombreuses parties des fortifications sont démolies. Les ossements du cimetière hospitalier autour du fort sont exhumées puis ré-ensevelis à Ix-Xewkija[2]. La transformation du fort en hôtel de luxe s'est étalée sur de nombreuses années, le centre est ouvert depuis 2013[6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) « Fort Chambray », sur Fort Chambray (consulté le 20 juin 2015) : site web du complexe touristique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « History of Fort Chambray », sur Fort Chambray (consulté le 20 juin 2015)
  2. a b c d et e (en) « Fort Chambray - Gozo », sur Malta Family History (consulté le 20 juin 2015)
  3. (en) Thomas Freller, Malta : The Order of St John, Malte, Midsea Books ltd, coll. « Malta's Living Heritage », (ISBN 978-99932-7-298-4)
  4. (en) « Malta Garrison 1855 », sur Regimental Surgeons of the Malta Garrison (consulté le 21 juin 2015)
  5. (en) Pauline Galea, « Seismic history of the Maltese islands and considerations on seismic risk », Annals of Geophysics, vol. 50, no 6,‎ , p. 735 (lire en ligne)
  6. (en) « Fort Chambray Phase 3 finally in sight », sur Times of Malta (consulté le 20 juin 2015)