Fort Beauséjour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Nouvelle-France image illustrant l’Acadie
image illustrant le Nouveau-Brunswick image illustrant le domaine militaire
Cet article est une ébauche concernant la Nouvelle-France, l’Acadie, le Nouveau-Brunswick et le domaine militaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Fort Beauséjour
Beausejour2006.jpg

Fort Beauséjour aujourd'hui

Présentation
Type
Musée militaire (d), fort (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Construction
Destination initiale
Fort militaire
Propriétaire
État
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Province
Commune
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte du Nouveau-Brunswick
voir sur la carte du Nouveau-Brunswick
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Canada
voir sur la carte du Canada
Red pog.svg

Le Fort Beauséjour est situé dans le hameau du Lac (Aulac), à Pont-à-Buot, dans la province canadienne du Nouveau-Brunswick, près de la frontière avec la Nouvelle-Écosse. Le fort est un lieu historique national depuis 1920.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plan de la partie occidentale de l'isthme de Chignecto, montrant le fort de Beauséjour et ses environs (vers 1750)

Le fort a été construit dans une région contestée entre les Français et les Britanniques. En 1713, à la fin de la guerre de Succession d'Espagne, la France a cédé sa colonie d'Acadie à la Grande-Bretagne. Cependant, la frontière entre l'Acadie britannique (renommée la Nouvelle-Écosse) et la Nouvelle-France n'était pas claire. Les deux pays ont cherché à commander le territoire contesté qui s'étend autour du village de Beaubassin.

À l'automne 1750, les Britanniques ont construit le Fort Lawrence (nommé en l'honneur de Charles Lawrence) sur la rive sud de la rivière Mésagouèche. En réponse, le 8 novembre 1750, le gouverneur de la Nouvelle-France, Jacques-Pierre de Taffanel de La Jonquière a commandé à M. de Saint-Ours des Chaillons, le commandant des forces françaises à Chignectou, la construction d'une forteresse en forme d'étoile dans la région. Sous les ordres du lieutenant Gaspard-Joseph Chaussegros de Léry, la construction a commencé en avril 1751. Le travail était lent et la forteresse n'a jamais été finie complètement. Néanmoins, c'était une construction supérieure au Fort Lawrence, en raison de ses terrassements forts. Les Français ont également construit deux forts satellites, Gaspareaux et Menagoueche, pour renforcer leur défense de la région. Pendant quatre années, les forts Beauséjour et Lawrence ont été face à face à la frontière entre les territoires français et britannique sur l'isthme de Chignectou.

Le , le fort est attaqué par des Britanniques. Après deux semaines de résistance, les forces Françaises, dépassées en nombre, se rendent. Le Lieutenant-Colonel Robert Monckton a alors renommé la place forte « Fort Cumberland ».[1]

Article détaillé : Bataille de Fort Beauséjour.

En 1776, le Fort Cumberland a été attaqué par des forces américaines pendant la guerre d'indépendance américaine. Les Britanniques ont alors repoussé l'attaque.

Commandants[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Le fort Beauséjour est mentionné dans le recueil de poésie La terre tressée, de Claude Le Bouthillier[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) London Gazette: no. 9497. p. 1. 26 July 1755.
  2. Claude Le Bouthillier, La terre tressée : poésie, Tracadie-Sheila, La Grande Marrée, , 109 p. (ISBN 978-2-349-72276-8), p. 61

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :