Fort Vredenburgh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Fort-Vredenburgh)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fort Vredenburgh
Tekening, prent met Engels en Nederlands fort, uit Smith - Komenda - 20375512 - RCE (cropped).jpg
Présentation
Type
Fort (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Statut patrimonial
Ghana’s material cultural heritage (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial
Identifiant
Critère
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le fort Vredenburgh est un fort néerlandais de la Côte-de-l'Or néerlandaise, établi en 1682 sur la rive gauche de la rivière Komenda. Sur le même site un poste de traite fut établi par les Hollandais vers 1600, mais il fut abandonné peu de temps après. En 1687, le fort anglais de Komenda fut construit sur la rive droite de la rivière. Le fort a été occupé entre 1781 et 1785 par les Britanniques. En 1872, le fort fut cédé au Royaume-Uni, avec l’ensemble de la Gold Coast néerlandaise.

Il est, depuis 1979, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO dans l'ensemble des « Forts et châteaux de Volta, d'Accra et ses environs et des régions centrale et ouest ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fort fait partie d'une série de comptoirs commerciaux fortifiés, fondés entre 1482 et 1786 qui s’étendent le long des côtés ghanéennes entre Keta à l’est et Beyin à l’ouest[1]. Depuis la moitié du XVIIe siècle, l’État de Komenda, également connu sous le nom d’Eguafo, était un lieu de concurrence acharnée entre des commerçants anglais, néerlandais, danois, brandebourgeois et français. Cette concurrence entre les puissances européennes a été aggravée par la concurrence entre les États africains de la région, qui ont conclu des alliances changeantes avec les différentes puissances européennes.

Les Néerlandais avaient exploité de façon intermittente un poste à Komenda, qu’ils avaient transformée en fort en 1682. Ils ne purent néanmoins empêcher Jean-Baptiste du Casse d’établir un poste français à Komenda en 1687. Du Casse avait noué des relations amicales avec le puissant commerçant local John Cabess, mais son poste de traite fut détruit par les alliés des Néerlandais d’Elmina et d’Eguafo environ un mois après sa création. En 1689, les Hollandais étendirent leur fort, mais constatèrent que leur influence était sérieusement diminuée car ils avaient offensé Cabess en chassant les Français.

Au tournant du XVIIIe siècle, Komenda fut le théâtre de plusieurs « guerres de Komenda » , auxquelles participèrent les Hollandais, les Anglais et leurs alliés locaux respectifs. En 1694, les Anglais construisirent un fort dans les limites du fort Vredenburgh sur la rive droite de la rivière Komenda avec l’aide de John Cabess.

La rivalité était à la fois une rivalité au sein de l’État d’Eguafo et une rivalité entre les puissances européennes. En fait, à l’époque des guerres de Komenda, la Grande-Bretagne et les Provinces-Unies formaient une union personnelle, les deux États étant dirigés par Guillaume III.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert van Dantzig, Forts and Castles of Ghana, Accra, Sedco Publishing, , 96 p. (ISBN 9789964720100).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]