Forrest Taylor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Taylor.
Forrest Taylor
Description de cette image, également commentée ci-après
Forrest Taylor dans Les Cavaliers du destin
Nom de naissance Edwin Forrest Taylor
Naissance
Bloomington, Illinois
États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 81 ans)
Garden Grove, Californie
États-Unis
Profession Acteur

Forrest Taylor est un acteur américain, né à Bloomington en Illinois, le et mort à Garden Grove, Californie, le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Vétéran de la scène, il débute au théâtre dans les années 1910 avant de gagner Hollywood en 1915[1]. Cette année-là et la suivante, il va alterner westerns, drames et comédies dans des rôles de bandits, lords anglais ou médecins. Ainsi, on le trouve dans des rôles principaux de films tels que In the Sunset Country (1915) de Frank Cooley, True Nobility et The Abandonment (1916) de Donald MacDonald avant de rejoindre l'armée pendant la Première Guerre mondiale .

Il ne revient pas au cinéma avant 1926, apparaissant dans A Poor Girl's Romance aux côtés de Gertrude Short.

Au cours des années 1930, Taylor s'affiche dans de nombreux films de série B comme dans les « méchants » de : Les Cavaliers du destin en 1933 et The Oregon Trail en 1939, ou en tant que chef de police dans la série Shadow of Chinatown en 1936 puis, au fur et à mesure qu'il vieillit, il migre vers des compositions moins sombres comme le père de l'héroïne, un homme de loi ou un scientifique. Extrêmement efficace et polyvalent, Taylor est identifié dans environ 400 films, dont 325 films à partir de l'ère sonore et 201 westerns, mais avec le déclin du genre, il se dirige vers la télévision. Dans le début des années 1960, on le retrouve dans de nombreuses célèbres séries comme Au nom de la loi, Maverick, Lassie et Bonanza en 1962. Il s’éteindra 3 ans plus tard à Garden Grove en Californie[2].

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fascicule DVD Atlas, John Wayne N°18, pages 8
  2. IMDb