Formation d'Aganane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Formation d'Aganane
Image illustrative de l’article Formation d'Aganane
Formation d'Aganane à Todhra
Localisation
Coordonnées 31,8° nord, 6,7° ouest
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Province Azilal, Ouarzazate
Informations géologiques
Période Jurassique
Âge 188–183 Ma
Province géologique Pliensbachien
Formation supérieure
Formation inférieure
Lithologie principale calcaire stromatolitique
Lithologie secondaire dolomitiques métriques à décamétriques séparés par des niveaux de marnes rouges
Géolocalisation sur la carte : Maroc
(Voir situation sur carte : Maroc)
Formation d'Aganane

La Formation d'Aganane est une formation géologique du Pliensbachien (Jurassique inférieur) dans la Province d'Azilal, centre du Maroc, connue surtout pour sa richesse en pistes (Jusqu'à 1350 pistes) dont des empreintes de Dinosaures Thyréophores, Sauropodes et Théropodes.[1] Cette Formation a été contrainte en âge au stade Pliensbachien du Jurassique inférieur, grâce à la découverte de l'ammonite Arieticeras cf. algovianum Indicateur du Domérien moyen=Pliensbachien supérieur) dans la zone supérieure, et la délimitation inférieure par les foraminifères Mayncina termieri & Orbitopsella praecursor (Indicateurs d'âge Carixien=Pliensbachien inférieur)[2]. Les sites à traces de dinosaures sont tous situés à quelques mètres sous la limite Pliensbachien-Toarcien, étant coévalents et connectés avec les couches les plus basses de la Formation d'Azilal continentale. La Formation d'Aganane était également coévalente avec la Formation de Jbel Taguendouft et la Formation de Tamadout 1, toutes développées le long d'un "sillon de plate-forme" local dans les montagnes du Moyen Atlas, qui agissent comme une barrière contrôlant la limite occidentale du Golfe jurassique de l'Atlas. [3] Les sections littorales, comprenant à la fois des plates-formes carbonatées et des faciès terrestres proches de la mer étaient situées sur un domaine interne isolé grâce au contrôle de la barrière, permettant à la Formation d'Aganane de se développer sous un climat chaud et humide, où un marais algaire local présentait des progradations intermittentes, intercalées avec une couche d'origine continentale terrigène[4].

La Formation d'Aganane est un membre de la section de faciès Pliensbachien de l'Atlas Central, qui sont distribués d'ouest en est : La Formation des Aït Chitachen à Demnate (continentale-fluviale, lagune côtière), l'Aganane elle-même à Azilal.[4] A Tazoult, une partie du profil d'Azilal entre en contact dans le fond avec la Formation de Talmest-Tazoult karstique, puis une section où l'Aganane elle-même indique une expansion du faciès carbonaté vers l'est, enfin, les strates les plus récentes du Pliensbachien appartiennent à la Formation d'Amezraï (Intertidale à marine côtière), ce dernier changement étant le résultat d'une transgression où l'on voit une avancée vers l'ouest du faciès pélagique d'Imilchil.[4]

A Tazoult, la présence d'un Diapir (la barrière de sel de Tazoult) est remarquable. Au Pliensbachien, cette zone commence par le dépôt de la Formation de Talmest-Tazoult, puis est envahie depuis l'ouest par la plate-forme carbonatée marine peu profonde de la Formation d'Aganane.[5] A cette époque, on détecte une diminution du taux de croissance du diapir par rapport au Sinémurien. En fait, avec l'extension vers l'est de la Formation d'Aganane, le mur de sel de Tazoult enregistre un changement majeur vers des faciès moins profonds, confirmant un relief diapirique plus élevé et une diminution de la profondeur d'eau vers cette zone pendant le Pliensbachien, n'excluant pas un arrêt complet de l'activité diapirique dans cet intervalle.[5]



Paléoenvironnement[modifier | modifier le code]

Plate-forme carbonatée du Lias moyen du Haut Atlas du Maroc avec des cycles régressifs autocycliques de premier ordre.

La Formation d'Aganane est caractérisée comme représentant une plate-forme carbonatée, la plus importante du Jurassique inférieur dans le Haut Atlas central, limitée à l'ouest à Demnat par la Formation des Aït Chitachen, qui représente des environnements allant du fluvial aux lagunes côtières, avec les résidus palynologiques Corollina quezelii & Corollina yvesi (Cheirolepidiaceae) comme dominants, indiquant un environnement aride, accompagné de Cupressacites oxycedroides & Diadocupressacites moghrebiensis, tous deux résidus palynologiques de Cupressaceae[6].

Les formations du Haut Atlas "Lias moyen" (Pliensbachien) ont généralement une faible bathymétrie. Elles montrent une évolution notable d'est en ouest d'un faciès lagunaire-marin à un faciès saumâtre. Au niveau de l'Atlas d'Azilal, le Lias moyen se présente de part et d'autre de la faille de Demnat: au sud-ouest de la faille, la Formation d'Aït Bazzi à faciès dolomitique et marneux rouge (faciès lagunaire et laguno-évaporitique), tandis qu'au nord-est se développent les faciès plus épais de la formation d'Aganane[7]. Dans cette région, les formations de ce stade commencent soit par des faciès conglomératiques associés aux marnes rouges, soit par des éboulis et des conglomérats associés à l'érosion locale, récupérant la même phase d'émersion du Pliensbachien inférieur observée dans l'Atlas de Beni-Mellal Atlas[7]. Vers le sud, le faciès "bassin" se termine au fond du golfe près de l'accident du Jbel Oukarde, à l'extrémité occidentale du synclinal de Tilougguit. La limite méridionale de ce bassin, cachée par les sédiments postérieurs, correspond au tracé actuel de la faille subméridienne Azilal-Anergui. Vers le sud, sur les bassins d'Amezraï et d'Aït Bouguemmez, une zone de plate-forme s'est installée au cœur du Haut Atlas central, constituée des formations de Jbel Choucht, d'Aganane, d'Assemsouk et d'Amezraï[7]. La Formation de Jbel Choucht est ici la localité type, caractérisée par un grand développement des faciès coralligènes. La Formation de Jbel Choucht est également présente vers le Haut Atlas Centre-Nord, mais sans aucun caractère récifal, étant plutôt riche en mégalodontes, tandis que la Formation d'Aganane présente à peu près les mêmes caractéristiques que celles décrites dans la Plate-forme de Beni-Mellal. A l'est, au niveau du Jbel Aroudane, l'épaississement et la polarité sédimentaire de la Formation de Jbel Choucht se produisent cette fois-ci en direction du sud, avec un bassin subsident W-E centré sur le Jbel Azourki et le Jbel Aroudane[7].

La Formation d'Aganane au Carixien terminal (biozone C2 du Lias dans le Haut Atlas du Maroc) plusieurs environnements sédimentaires se distinguent dans la plate-forme interne carbonatée. Ces environnements sont caractérisés par une sédimentation rythmique composée de séquences sédimentaires métriques analogues aux cycles actuels de "marnières"[8]. Lithologiquement, il existe deux unités sédimentaires juxtaposées qui représentent deux types d'environnements complexes : un premier ensemble qui comprend l'unité marlodolomitique de la Formation d'Aganane et la Formation d'Aït Bazzi; ces unités sont également équivalentes aux faciès lagunaires et laguno-évaporitiques[8]. Cet assemblage sédimentaire correspond à un environnement de plaine côtière supratidale carbonatée régulièrement recouverte de dépôts de marnes rouges d'origine continentale, que l'on peut comparer à la Sebkha moderne dans le Golfe Persique, mais dans un contexte climatique moins aride, car la présence fréquente de traces de dinosaures laisse supposer une importante couverture végétale dans l'arrière-pays, et donc des précipitations annuelles élevées, suggérant globalement des conditions tropicales rappelant le modèle de l'île d'Andros aux Bahamas[8]. Un second ensemble (une sous-unité calcaire-dolomitique gris clair) plus distal de la plate-forme interne, dans lequel l'environnement varie, de manière répétitive, de conditions subtidales à supratidales, de dépôts marins à des dépôts de plaine côtière, montrant parfois des intercalations terrigènes rouges, révélant la présence de cycles locaux évoluant du lagon temporaire à la "sebkha", tandis que dans la partie la plus externe de la plate-forme l'existence d'un lagon permanent peut être supposée[9]. Les faciès de cette lagune sont vaseux et fortement bioturbés, avec de nombreux organismes marins colonisant le substrat mou de la lagune: Lamellibranches, Gastéropodes, Brachiopodes, avec des algues calcaires (Palaeodasycladus, Solenopores, etc.) oncolithes et Foraminifères Lituolides. Ces niveaux à grands Lamellibranches (surtout "Lithiotidae") sont plutôt rares dans le Carixien[8].

Sebkha moderne d'Imlily, près de Dakhla. Certains secteurs de la Formation d'Aganane présentent des couches qui ressemblent à ce type d'écosystèmes.

Des endroits comme Ait Athmane retrouvent les récifs bivalves lithiotides méditerranéens typiques du Sinémurien-Pliensbachien, composés par agruppage de bivalves aberrants[10]. Ces « récifs » présentaient une forte zonation, à commencer par les bivalves Gervilleioperna et Mytiloperna, restreints aux faciès intertidaux et subtidaux peu profonds. Les Lithioperna se limitent aux faciès subtidaux lagunaires et même à certains milieux peu oxygénés. Enfin, Lithiotis et Cochlearites se trouvent dans les faciès subtidaux, construisant des buildups[11]. Localement, ces récifs se sont développés sous forme de floatstones à lit croisé dans les eaux subtidales peu profondes, ces dernières évoluant vers des couches présentant des signes d'exposition subaérienne, notamment des marnes lagunaires et des mudstones rouges bioturbées avec des traces de racines et du Calcrete[10]. Ces couches sont abondantes sur les bivalves aberrants Lithioperna et Cochlearites, ainsi que des coraux communs, des gastéropodes, le bivalve Opisoma et des oncoïdes, vivant tous dans une lagune abritée à l'intérieur de la plate-forme carbonatée locale, similaire à la Formation de Rotzo de la Plate-forme de Trente[10].

A Ait Bou Guemmez, la formation supérieure d'Aganane enregistre le développement d'un environnement lagunaire au sud de l'accident du Jbel Tizal- Jbel Azourki, qui évolue vers un environnement de plate-forme subtidale plus ou moins ouverte au nord de cet accident[12]. Le cortège transgressif local est marqué par la dominance de faciès subtidaux avec une microfaune de la biozone C1, alors que le cortège de haut niveau marin est représenté par une succession de calcaires dolomitiques intertidaux à supratidaux, son sommet est surmonté d'une importante discontinuité subaérienne matérialisée par des argiles rouges à paléosols et des racines végétales abondantes (par exemple à Tizi n'Terghist)[12]. Dans d'autres localités se trouvent principalement des calcaires biodétritiques, montrant à leur sommet des structures d'émersion (dolomitisation, fissures de boue, racines et restes végétaux, empreinte des pas des Dinosaures)[12].

Paléogéographie[modifier | modifier le code]

Détails de quelques cycles régressifs carbonatés de comblement liasiques pris dans deux coupes géologiques (rides sud-rifaines et Haut Atlas de Beni Mellal) distantes de 230 km.

L'évolution paléogéographique de notre région peut être décrite en trois étapes principales:

  • Le Pliensbachien inférieur ("Carixien"), qui suit le schéma paléogéographique typique du Sinémurien avec des estrans et des faciès d'émersions prolongées (paléosols, karsts et structures en forme de "tipi"), ces derniers étant surtout observés sur le versant sud du Haut Atlas central, évoluant sur la plate-forme subtidale du Sinémurien supérieur, avec les "Lithiotidae" colonisant pour la première fois les principales zones situées à l'aplomb des accidents actifs, notamment la faille située NE-SW, séparant le fossé de Tilougguit au SE de sa plate-forme limite au NW[7].
  • Le milieu marin du Pliensbachien "moyen" ("Carixien" - "Domérien" inférieur) se réinstalle progressivement le long de la bordure occidentale du bassin du Haut Atlas, avec une ouverture maximale des milieux de dépôt dans la transition Carixien-Domérien (sédimentation rythmique mamocalcaire dans le fossé de Tilougguit, faciès turbiditiques sur la bordure SE de la plate-forme de Beni-Mellal et lagunes subsidentes dans les autres secteurs). A la même époque, la faille de Demnat orientée NW-SE et la faille de l'Atlas Nord orientée N70 deviennent évidentes, tandis que la bordure sud du fossé de Telouet ne semble pas avoir changé de manière significative au cours du Lias moyen comme son homologue dans la partie nord de la chaîne, étant ici le site principal de la sédimentation peu profonde de la Formation d'Aganane[7]. Vers le méridien de Tincghir, on rencontre des faciès de pleine mer[7].
  • Les derniers faciès appartiennent au Pliensbachien supérieur (Domérien supérieur) où la paléogéographie du Haut Atlas central devient très contrastée, avec une émersion d'un vaste secteur de la plate-forme (At Demnat), entraînant le développement de paléosols et de karst et l'accumulation de dépôts de lignite en bordure de failles tectoniquement actives[7]. Parallèlement, on assiste à un remplissage du fossé de Tilougguit par une sédimentation carbonatée et terrigène, montrant des petits bassins comme Tamadout et Taquat N'Agrd avec une sédimentation à composante gravitaire, et des hauts-fonds (Jbel Taguendouft) avec des dépôts condensés[7]. Enfin une intensification de l'activité du Nord conduisant à l'approfondissement de la plate-forme centrale (création du nouveau bassin de Amezraï), à l'individualisation de zones fortement subsidentes à l'aplomb de cet accident (gouttière du Jbel Azourki-Jbel Aroudane) et à la naissance des premières rides au centre du bassin haut-atlasique[7].


Foraminifères[modifier | modifier le code]

Genre Espèce Position stratigraphique Matériel Habitude Notes Images

Everticyclammina[13]

  • Everticyclammina sp.
  • Aganane/Assit Bernai

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Un foraminifère de la famille des Everticyclamminidae. Il représente une espèce apparentée à E. virguliana, connue du Jurassique moyen du Maroc

Haurania[13]

  • Haurania amiji
  • Haurania deserta
  • Aganane
  • Aît Bou Guemez
  • An Blal
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid
  • Tadghouit
  • Wazzant

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Un foraminifère de la famille des Hauraniinae.

Lituosepta[13]

  • Lituosepta recoarensis
  • Lituosepta compressa
  • Aganane
  • Aît Bou Guemez
  • An Blal
  • Assit Bernai
  • Assit Lakhdar
  • Gorges de Taghia
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid
  • Nit Blal—Tacht
  • Tadghouit
  • Wazzant

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Un foraminifère de la famille des Mesoendothyridae.

Mayncina[13]

  • Mayncina termieri
  • Aganane
  • An Blal
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid
  • Wazzant

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Un foraminifère de la famille des Nezzazatoidea.

Mesoendothyra[13]

  • Mesoendothyra sp.
  • Aganane
  • An Blal
  • Assit Bernai
  • Wazzant

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Un foraminifère de la famille des Mesoendothyridae.

Orbitopsella[13]

  • Orbitopsella primaeva
  • Orbitopsella praecursor
  • Aganane
  • Alt Blal
  • Alt Bou Guemez
  • Assif Bernal
  • Assif Lakhdar
  • Assif Imejdag
  • Col d'Adoumaz
  • Col du R'nim
  • Col (Tizi) n-Toudat
  • Gorges du Makin
  • Gorges de Taghia
  • Jbel Choucht
  • Jbel Mahan
  • Jbel Rhat
  • Taclghouit
  • Jbel Tadaghas
  • Jbel Tafenfent
  • Jbel Tarkeddid
  • Wazzant

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Un foraminifère de la famille des Mesoendothyridae.

Pseudocyclammina[13]

  • Pseudocyclammina liasica
  • Alt Blal
  • Wazzant

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Un foraminifère de la famille des Pfenderinidae.

Pseudopfenderina[13]

  • Pseudopfenderina butterlini
  • Aganane
  • An Blal
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid
  • Wazzant

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Un foraminifère de la famille des Pfenderinidae.

Siphovalvulina[13]

  • Siphovalvulina sp.
  • Aganane
  • An Blal
  • Assit Bernai
  • Wazzant

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Un foraminifère de la famille des Pfenderinidae.

Algae[modifier | modifier le code]

Genre Espèce Position stratigraphique Matériel Habitude Notes Images

Boueina[8]

  • Boueina sp.
  • Aganane
  • An Blal
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid
  • Wazzant

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Une algue de la famille des Halimedaceae.

Cayeuxia[13]

  • Cayeuxia liasica
  • Aganane
  • An Blal
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid
  • Wazzant

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Une algue de la famille des Halimedaceae.

Paleodasycladus[13]

  • Paleodasycladus mediterraneus
  • Aganane
  • An Blal
  • Ait Athmane
  • Assemsouk
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid
  • Ibaqalliwn
  • Wazzant

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Une algue de la famille des Dasycladaceae.

Pseudolithocodium[8]

  • Pseudolithocodium carpathicum
  • Aganane
  • An Blal
  • Assit Bernai
  • Col du R'nim
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tadaghas
  • Jbel Tarkeddid
  • Wazzant

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Une algue de la famille des Thaumatoporellales.

Sestrosphera[13]

  • Sestrosphera liasina
  • Aganane
  • An Blal
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid
  • Wazzant

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Une algue rouge de la famille des Solenoporaceae. Ce genre est le type dominant d'algues fossiles retrouvées sur la biozone A (Lituosepta recoarensis).

Thaumatoporella[13]

  • Thaumatoporella parvovesiculifera
  • Thaumatoporella spp.
  • Aganane
  • An Blal
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid
  • Wazzant

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Une algue (Possible Chlorophyta) de la famille des Thaumatoporellales.

Invertébrés[modifier | modifier le code]

Ichnofossiles[modifier | modifier le code]

Genre Espèce Emplacement Matériel Type Fabriqué par Notes Images

Arenicolites[8],[13]

  • Arenicolites isp.
  • Aganane
  • Alt Blal
  • Alt Bou Guemez
  • Assif Bernal
  • Assif Lakhdar
  • Assif Imejdag
  • Col d'Adoumaz
  • Col du R'nim
  • Col (Tizi) n-Toudat
  • Gorges du Makin
  • Gorges de Taghia
  • Jbel Choucht
  • Jbel Mahan
  • Jbel Rhat
  • Taclghouit
  • Jbel Tadaghas
  • Jbel Tafenfent
  • Jbel Tarkeddid
  • Wazzant

Traces d'habitation

Domichnia

Marin, saumâtre ou d'eau douce Terriers non ramifiés en forme de U, d'orientation subverticale, avec ou sans revêtement et remplissage passif. Sont communs dans les environnements côtiers modernes.

Arenicolites bedding plane.jpg

Chomatichnus[8],[13]

  • Chomatichnus wegberensis
  • Aganane
  • Alt Blal
  • Alt Bou Guemez
  • Assif Bernal
  • Assif Lakhdar
  • Assif Imejdag
  • Col d'Adoumaz
  • Col du R'nim
  • Col (Tizi) n-Toudat
  • Gorges du Makin
  • Gorges de Taghia
  • Jbel Choucht
  • Jbel Mahan
  • Jbel Rhat
  • Taclghouit
  • Jbel Tadaghas
  • Jbel Tafenfent
  • Jbel Tarkeddid
  • Wazzant

Fodinichnie tubulaire

Fodinichnia

Interprété comme le terrier d'alimentation d'un animal se nourrissant de sédiments.

Chondrites[8],[13]

  • Chondrites isp.
  • Aganane
  • Alt Blal
  • Alt Bou Guemez
  • Assif Bernal
  • Assif Lakhdar
  • Assif Imejdag
  • Col d'Adoumaz
  • Col du R'nim
  • Col (Tizi) n-Toudat
  • Gorges du Makin
  • Gorges de Taghia
  • Jbel Choucht
  • Jbel Mahan
  • Jbel Rhat
  • Taclghouit
  • Jbel Tadaghas
  • Jbel Tafenfent
  • Jbel Tarkeddid
  • Wazzant

Fodinichnie tubulaire

Fodinichnia

Interprété comme le terrier d'alimentation d'un animal se nourrissant de sédiments. Une étude plus récente a trouvé que Scoloplos armiger et Heteromastus filiformis, présents dans la mer des Wadden allemande dans les parties inférieures des estrans, font des terriers qui sont homonymes avec de nombreuses traces fossiles de l'ichnogène[14].

Illustration de Chondrites bollensis

Rhizocorallium[8],[13]

  • Rhizocorallium parallelum
  • Rhizocorallium ispp.
  • Aganane
  • Alt Blal
  • Alt Bou Guemez
  • Assif Bernal
  • Assif Lakhdar
  • Assif Imejdag
  • Col d'Adoumaz
  • Col du R'nim
  • Col (Tizi) n-Toudat
  • Gorges du Makin
  • Gorges de Taghia
  • Jbel Choucht
  • Jbel Mahan
  • Jbel Rhat
  • Taclghouit
  • Jbel Tadaghas
  • Jbel Tafenfent
  • Jbel Tarkeddid
  • Wazzant

Fodinichnia tubulaire

Domichnia et/ou fodinichnia.

  • Crustacés
  • Annelidés
  • Poissons

Terrier d'habitation et d'alimentation d'un suspensivore ou d'un dépositivore, généralement associé à des eaux peu profondes.

Specimens
.

Skolithos[8],[13]

  • Skolithos isp.
  • Aganane
  • Alt Blal
  • Alt Bou Guemez
  • Assif Bernal
  • Assif Lakhdar
  • Assif Imejdag
  • Col d'Adoumaz
  • Col du R'nim
  • Col (Tizi) n-Toudat
  • Gorges du Makin
  • Gorges de Taghia
  • Jbel Choucht
  • Jbel Mahan
  • Jbel Rhat
  • Taclghouit
  • Jbel Tadaghas
  • Jbel Tafenfent
  • Jbel Tarkeddid
  • Wazzant

Terriers cylindriques à subcylindriques.

Domichnia

Ichnofossiles en forme de terrier, fabriqués par des organismes qui avancent sur la surface du fond. Puits très étroits, verticaux ou subverticaux, légèrement sinueux et non revêtus, remplis de boue. Interprétés comme des structures d'habitation d'animaux vermiformes ; plus précisément, le domichnion d'un ver suspensivore ou phoronidans.

Reconstruction d'un ichnofosil de Skolithos, avec une possible faune associée
.

Thalassinoides[8],[13]

  • Thalassinoides suevicus
  • Thalassinoides isp.
  • Aganane
  • Ait Athmane
  • Alt Blal
  • Alt Bou Guemez
  • Assif Bernal
  • Assif Lakhdar
  • Assif Imejdag
  • Col d'Adoumaz
  • Col du R'nim
  • Col (Tizi) n-Toudat
  • Gorges du Makin
  • Gorges de Taghia
  • Jbel Choucht
  • Jbel Mahan
  • Jbel Rhat
  • Taclghouit
  • Jbel Tadaghas
  • Jbel Tafenfent
  • Jbel Tarkeddid
  • Ibaqalliwn
  • Wazzant

Fodinichnie tubulaire

Fodinichnia

ichnofossiles de type terrier. Grands systèmes de terriers constitués d'éléments à parois lisses, essentiellement cylindriques. Les caractéristiques sédimentaires communes sont les traces fossiles de "Thalassinoides" dans les intervalles de marne fissile à argile.

Structures fouisseuses de Thalassinoides, avec une faune moderne apparentée, montrant la convergence écologique et la variété des animaux qui ont quitté cet Ichnogenus
.

Zoophycos[8],[13]

  • Zoophycos isp.
  • Aganane
  • Alt Blal
  • Alt Bou Guemez
  • Assif Bernal
  • Assif Lakhdar
  • Assif Imejdag
  • Col d'Adoumaz
  • Col du R'nim
  • Col (Tizi) n-Toudat
  • Gorges du Makin
  • Gorges de Taghia
  • Jbel Choucht
  • Jbel Mahan
  • Jbel Rhat
  • Taclghouit
  • Jbel Tadaghas
  • Jbel Tafenfent
  • Jbel Tarkeddid

Traces d'habitation

Domichnia & Fodinichnia

Elle a été reliée aux Echiuras, mais aussi à des vers polychètes qui se déplacent et se nourrissent.

Exemple de fossile de Zoophycos

Anthozoa[modifier | modifier le code]

Genre Espèce Position stratigraphique Matériel Notes Images

Ampakabastraea[10]

  • Ampakabastraea sp.
  • Ait Athmane

Morceaux de squelette calcifiés

Un corail de la famille Stylinidae.

Archaeosmilia[10]

  • Archaeosmilia beata
  • Archaeosmilia sp.
  • Ait Athmane

Morceaux de squelette calcifiés

Un corail de la famille Zardinophyllidae. Les coraux du Pliensbachien tardif de la formation d'Aganane se limitent principalement à Retiophyllia, Thamnasteria et Archaeosmilia.

Archaeosmiliopsis[10]

  • Archaeosmiliopsis sp.
  • Ait Athmane

Morceaux de squelette calcifiés

Un corail de la famille Archaeosmiliidae.

Oppelismilia[15]

  • Oppelismilia sp.
  • Assemsouk

Morceaux de squelette calcifiés

Un corail de la famille Oppelismiliidae.

Phacelostylophyllum[15]

  • Phacelostylophyllum sp.
  • Assemsouk

Morceaux de squelette calcifiés

Un corail de la famille Stylophyllidae.

Phacelophyllia[15]

  • Phacelophyllia sp.
  • Ait Athmane

Morceaux de squelette calcifiés

Un corail de la famille Dermosmiliidae.

Periseris[15]

  • Periseris sp.
  • Ait Athmane

Morceaux de squelette calcifiés

Un corail de la famille Latomeandridae.

Retiophyllia[10]

  • Retiophyllia zizensis
  • Retiophyllia spp.
  • Ait Athmane

Morceaux de squelette calcifiés

Un corail de la famille Reimaniphylliidae. Le genre phacéloïde de ce site est similaire au genre commun du Trias Retiophyllia.

Thamnasteria[10]

  • Thamnasteria cf. mettensis
  • Ait Athmane

Morceaux de squelette calcifiés

Un corail de la famille Thamnasteriidae.

Demospongea[modifier | modifier le code]

Genre Espèce Position stratigraphique Matériel Habitude Notes Images

Cladocoropsis[8]

  • Cladocoropsis mirabilis
  • Aganane
  • An Blal
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid
  • Wazzant

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Une éponge de la famille Cladocoropsidae. Les fossiles de ce genre et d'autres éponges non identifiées se trouvent couramment dans les dépôts récifaux, associés aux coraux.

Crustacea[modifier | modifier le code]

Genre Espèce Position stratigraphique Matériel Habitude Notes Images

Parafavreina[8]

  • Parafavreina thoronetensis
  • Parafavreina spp.
  • Aganane
  • Ait Athmane
  • Assemsouk
  • Col du R'nim

Coprolites

État marin ou lagon

Coprolites fossiles de Crustacés, assignés à l'ichnofamille des Favreinidae. Les coprolithes de crustacés sont plus abondants dans les dépôts lagunaires, où ils sont associés aux récifs. Possiblement des coprolithes de Thalassinidea

Mud lobster.jpg

Brachiopoda[modifier | modifier le code]

Genre Espèce Position stratigraphique Matériel Notes Images

Calcirhynchia[16]

  • Calcirhynchia moghrabiensis
  • Calcirhynchia spp.
  • Tizi n’Talrhemt
  • Telouet

Coquilles isolées

Un Cirpinae saumâtre (Brachiopode) Relativement abondant sur les dépôts de bord de mer. Il a été initialement identifié comme faisant partie du genre Rhynchonella

Hesperithyris[16]

  • Hesperithyris atlantis
  • Hesperithyris termieri
  • Hesperithyris reinerii
  • Aïn Kahla
  • Aïn Leuh
  • Almis du Guigou
  • Taïlilout
  • Tazioualt
  • Vallée d’Ounila

Coquilles isolées

Un Zeilleriidae saumâtre (Brachiopode)

Spiriferina[16]

  • Spiriferina betacalcis
  • Spiriferina mediterranea
  • Chebbout bou Hedli

Coquilles isolées

Un Spiriferinidae saumâtre (Brachiopode)

Tauromenia[16]

  • Tauromenia aretusa
  • Tauromenia polymorpha
  • Tauromenia itoensis
  • Tauromenia brevicostata
  • Col de Talrhemt
  • Ito
  • SW du Jbel Anremeur

Coquilles isolées

Un Zeilleriidae saumâtre (Brachiopode)

Bivalves[modifier | modifier le code]

Genre Espèce Position stratigraphique Matériel Notes Images

Arcomytilus[17],[15]

  • Arcomytilus furcatus
  • Assemsouk
  • Tazioualt

Coquilles isolées

Un Mytilidae saumâtre (Bivalve).

Cochlearites[10],[15],[18],[17]

  • Cochlearites loppianus
  • Cochlearites spp.
  • Aganane
  • An Blal
  • Ait Athmane
  • Assemsouk
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid

Coquilles isolées

Un Pterioida saumâtre (Bivalve). Un grand bivalve, avec une coquille subéquivalente, pouvant atteindre 60-70 cm de haut. C'est l'un des trois principaux bivalves retrouvés sur le Faciès Lithiotis, dont les accumulations recouvrent généralement des coquinas mégalodontides.

Eomiodon[17],[15]

  • Eomiodon serradensis
  • Eomiodon spp.
  • Aganane
  • An Blal
  • Ait Athmane
  • Assemsouk
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid

Coquilles isolées

Un Neomiodontidae saumâtre (Bivalve). Ce genre est considéré comme un suspensivore opportuniste de l'infaune peu profonde, et le genre marqueur des environnements saumâtres.[19]

Fimbria[17],[15]

  • Fimbria spp.
  • Assemsouk

Coquilles isolées

Un Lucinidae saumâtre (Bivalve).

Fimbria soverbii (from Reeve, 1873).png

Gervillioperna[17],[15]

  • Gervillioperna atlanta
  • Gervillioperna spp.
  • Ait Athmane
  • Assemsouk

Coquilles isolées

Un Malleidae saumâtre (Bivalve). Abondant le long des radicelles, indiquant un environnement lagunaire ou marécageux très peu profond et restreint

Liogryphaea[20],[17],[15]

  • Liogryphaea arcuata
  • Liogryphaea spp.
  • Ait Athmane
  • Assemsouk

Coquilles isolées

Un Gryphaeidae saumâtre (Bivalve). Ce genre développe un biostrome d'huître matérielle notoire à Aït Athmane, où se forme une couche discontinue, parcellaire, développée sous lithification sous-marine et un enrichissement relatif en matières terrigènes.[20]

Liogryphaea arcuata.jpg

Lithioperna[10],[18],[15]

  • Lithioperna scutata
  • Lithioperna spp.
  • Aganane
  • An Blal
  • Ait Athmane
  • Assemsouk
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid

Coquilles isolées

Un Pterioida saumâtre (Bivalve). Ce genre a été fondé pour être un bivalve avec un stade juvénile byssate qui a développé différents modes de vie à l'âge adulte selon la densité des individus et la fermeté du fond

Lucina[17],[15]

  • Lucina sp.
  • Assemsouk

Coquilles isolées

Un Lucinidae saumâtre (Bivalve).

Lucinidae - Lucina species.JPG

Mytiloperna[10],[18],[15]

  • Mytiloperna spp.
  • Aganane
  • An Blal
  • Ait Athmane
  • Assemsouk
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid

Coquilles isolées

Un Malleidae saumâtre (Bivalve).

Opisoma[10],[18],[15],[21],[20]

  • Opisoma menchikoffi
  • Opisoma excavatum
  • Opisoma spp.
  • Ait Athmane
  • Assemsouk
  • Bou Dahar
  • Grand Pic de l'Ouarsenis

Coquilles isolées

Un Astartidae saumâtre (Bivalve). Est considéré comme un genre qui a évolué à partir d'ancêtres fouisseurs peu profonds, devenant secondairement un semi-faune couché sur le bord adapté à la photosymbiose.[21]

Pachyrisma[18],[15],[20]

  • Pachyrisma crassa
  • Pachyrisma spp.
  • Aganane
  • An Blal
  • Ait Athmane
  • Assemsouk
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid

Coquilles isolées

Un Pachyrismatidae saumâtre (Bivalve).

Pecten[17],[15]

  • Pecten juhanus
  • Assemsouk

Coquilles isolées

Un Pectinoidae saumâtre (Bivalve).

Pectinidae - Pecten albicans.JPG

Pholadomya[17],[15]

  • Pholadomya scutata
  • Assemsouk

Coquilles isolées

Un Pholadomyidae saumâtre (Bivalve).

Pholadomya lirata Rombas - 13.JPG

Protodiceras[18],[15],[20]

  • Protodiceras pumilum
  • Protodiceras spp.
  • Aganane
  • An Blal
  • Ait Athmane
  • Assemsouk
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid

Coquilles isolées

Un Pachyrismatidae saumâtre (Bivalve).

Gasteropoda[modifier | modifier le code]

Genre Espèce Position stratigraphique Matériel Notes Images

Nerinea[17],[15]

  • Nerinea spp.
  • Ait Athmane
  • Assemsouk

Coquilles isolées

Un Nerineidae saumâtre (Escargot). Les spécimens locaux semblent avoir de la matière algale sur les coquilles, ce qui indique un environnement lagunaire restreint.

Fossiile teod (Nerinea).JPG

Scurria[17],[15]

  • Scurria spp.
  • Assemsouk

Coquilles isolées

Un Nerineidae saumâtre (Patellogastropoda). Scurria a été trouvée dans la structure d'Assemsouk sur une valve de Cochlearites et une excavation ovoïde peu profonde, similaire à la trace de repos d'une patelle, a été trouvée à l'intérieur d'un Lithiotis transporté.

Scurria ceciliana ceciliana 002.jpg

Ammonites[modifier | modifier le code]

Genre Espèce Position stratigraphique Matériel Notes Images

Arieticeras[2]

  • Arieticeras ceratitoïdes
  • Arieticeras cf. algovianum
  • Jbel Aït Abess
  • Midelt
  • Zawyat Ahançal

Coquilles isolées

Un Hildoceratidae saumâtre (Ammonitida). Arieticeras cf. algovianum cest indicateur du Domérien moyen (Pliensbachien supérieur) dans la zone supérieure

Fuciniceras[2]

  • Fuciniceras mellahense
  • Fuciniceras volubile
  • Beni-Mellal

Coquilles isolées

Un Hildoceratidae saumâtre (Ammonitida).

Seguenziceras[2]

  • Seguenziceras cf.algovianum
  • Tamsift

Coquilles isolées

Un Polymorphitidae saumâtre (Ammonitida).

Tropidoceras[2]

  • Tropidoceras cf. demonense
  • Tropidoceras spp.
  • Ifrane

Coquilles isolées

Un Polymorphitidae saumâtre (Ammonitida).

Uptonia[2]

  • Uptonia jamesoni
  • Uptonia spp.
  • Tazioualt

Coquilles isolées

Un Polymorphitidae saumâtre (Ammonitida).

Ammonite - Uptonia jamesoni.jpg

Annelida[modifier | modifier le code]

Genre Espèce Position stratigraphique Matériel Habitude Notes Images

Serpulidae[8]

Indet

  • Aganane
  • An Blal
  • Ait Athmane
  • Assemsouk
  • Assit Bernai
  • Gorges du Tisakht
  • Jbel Choucht
  • Jbel Rhat
  • Jbel Tarahalt
  • Jbel Tarkeddid

Squelette calcaire

État marin ou lagon

Une Sabellida de la famille des Serpulidae. Ces annélides se trouvent aussi bien dans les faciès récifaux que dans les dépôts lagunaires

Ver de la famille des Serpulidae à identifier.jpg

Pistes de dinosaures[modifier | modifier le code]

Theropoda[modifier | modifier le code]

Genre Espèce Emplacement Matériel Notes Images

Anchisauripus[1],[22],[23]

  • Anchisauripus isp.
  • Akourbi
  • Ansous
  • Assif-n-Sremt
  • Issil-n-Aït Arbi tracksite
  • Tabant
  • Talsnant

Empreintes de pas

Traces de théropodes, membres de l'ichnofamille Anchisauripodidae, incertade sedis à l'intérieur de Neotheropoda. Attribué aux dinosaures de type Coelophysidae

Les empreintes d'Anchisauripus appartiennent à un genre similaire à celui de Procompsognathus

Argoides[1],[22],[23]

  • Argoides isp.
  • Aït Blal
  • Assif-n-Sremt
  • Ibaqualiwn
  • Iskatafene

Empreintes de pas

Traces de théropodes, membres de l'ichnofamille Anchisauripodidae, incertade sedis à l'intérieur de Neotheropoda. Pris à l'origine pour des pistes de coelurosaur, ces spécimens ont des pes qui ressemblent à ceux des Noasauridés et autres Abelisauroïdes.[24] Comprend une piste pathologique avec des preuves de boiterie, ainsi que trois morphtypes : Didactyle, tridactyle et tétradactyle de théropodes.[1]

Les empreintes d'Argoides appartiennent à un genre similaire à celui de Velocisaurus

Carmelopodus[22],[23]

  • Carmelopodus isp.
  • Ibaqualiwn
  • Tizi-n-Aït

Empreintes de pas

Traces de théropodes, membres de la famille des ichnofibres Eubrontidae, incertade sedis à l'intérieur de Theropoda. Traces de cératosaures. Comprend la plus grande piste du Jurassique inférieur du Maroc.[24]

Les empreintes d'Carmelopodus appartiennent à un genre similaire à celui de Ceratosaurus

Eubrontes[25]

  • Eubrontes isp.
  • Aït Blal
  • Aït Kelelch
  • Assif-n-Sremt
  • Tizi-n-Aït
  • Waougoulzat

Empreintes de pas

Les traces de théropodes, membre type de l'ichnofamille Eubrontidae, incertade sedis à l'intérieur de Theropoda. Eubrontes est apparenté au genre Dilophosaurus, représentant un Néotheropode basal.

Cast of Eubrontes Gigantis track by Paul Olsen.jpg

Grallator[1],[22],[26]

  • Grallator tuberosus
  • Grallator variabilis
  • Grallator isp.
  • Akourbi
  • Aït Blal
  • Ansous
  • Assif-n-Sremt
  • Ibaqualiwn
  • Issil-n-Aït Arbi
  • Tabant
  • Sidi Moussa tracksite
  • Waougoulzat

Empreintes de pas

Les traces de théropodes, membre type de l'ichnofamille Grallatoridae, incertade sedis à l'intérieur de Theropoda. Attribué aux dinosaures de type Coelophysidae et Dilophosaurus

Rutgers University Geology museum prehistoric dinosaur named grallator.JPG

Megalosauripus[22],[23]

  • Megalosauripus isp.
  • Akourbi
  • Ibaqualiwn
  • Tizi-n-Aït

Empreintes de pas

Traces de théropodes, membres de la famille des ichnofibres Eubrontidae, incertade sedis à l'intérieur de Theropoda. Traces de tétanuriens, certaines avec une ressemblance avec les Allosauroïdes.[24]

Les empreintes d'Megalosauripus appartiennent à un genre similaire à celui de Allosaurus

Theropodipedia[1],[22],[26]

  • Theropodipedia ichnog. indéterminé
  • Akourbi
  • Aït Blal
  • Ansous
  • Ibaqualiwn
  • Iba Ziz
  • Issil-n-Aït Arbi
  • Tabant
  • Sidi Moussa
  • Waougoulzat

Empreintes de pas

Traces de théropodes d'affinité incertaine

Sauropodomorpha[modifier | modifier le code]

Genre Espèce Emplacement Matériel Notes Images

Brontopodus[22],[27]

  • Brontopodus isp.
  • Ibaqalliwn

Empreintes de pas

Traces de sauropodes, membre type de l'ichnofamille Parabrontopodidae, incertade sedis à l'intérieur de Sauropodomorpha. Comprend des traces avec des pes similaires à celles de Eusauropoda.

Les empreintes d'Brontopodus appartiennent à un genre similaire à celui de Cetiosaurus

Eosauropus[22],[27]

  • Eosauropus isp.
  • Assif-n-Sremt
  • Ibaqalliwn

Empreintes de pas

Traces de sauropodes, membre type de l'ichnofamille Parabrontopodidae, incertade sedis à l'intérieur de Sauropodomorpha. Comprend des traces avec des pes similaires à celles de Blikanasaurus.

Eosauropus cast fruita.jpg

Otozoum[28],[29]

  • Otozoum moodii
  • Otozoum isp.
  • Ibaqalliwn
  • Issil-n-Aït Arbi
  • Timit

Empreintes de pas

Traces de sauropodomorphes, membre type de l'ichnofamille Otozoidae, incertade sedis à l'intérieur de Sauropodomorpha. Comprend une gigantesque piste de 84 cm qui représente le plus grand Otozoum jamais décrit dans la littérature.[29]

Otozoum tracks cropped.jpg

Parabrontopodus[27]

  • Parabrontopodus isp.
  • Assif-n-Sremt
  • Aguerd
  • Ibaqalliwn
  • Tigharguenine
  • Tizi-n-Aït
  • Waougoulzat

Empreintes de pas

Traces de sauropodes, membre type de l'ichnofamille Parabrontopodidae, incertade sedis à l'intérieur de Sauropodomorpha. Comprend des traces avec des pes similaires à celles de Vulcanodon (peut-être laissées par Tazoudasaurus ?).

Les empreintes d'Parabrontopodus appartiennent à un genre similaire à celui de Vulcanodon

Pseudotetrasauropus[28]

  • Pseudotetrasauropus isp.
  • Issil-n-Aït Arbi

Empreintes de pas

Traces de sauropodomorphes, membre type de l'ichnofamille Otozoidae, incertade sedis à l'intérieur de Sauropodomorpha.

Les empreintes d'Pseudotetrasauropus appartiennent à un genre similaire à celui de Leonerasaurus

Sauropodomorphidia[28],[26]

  • Sauropodomorphidia ichnog. indéterminé
  • An
  • Assif-n-Sremt
  • Jbel Azourki
  • Ibaqalliwn
  • Iba'ziz
  • Issil-n-Aït Arbi
  • Tabant
  • Tizi-n-Aït
  • Tigharguenine
  • Timit tracksite

Empreintes de pas

Traces de sauropodomorphes d'affinité incertaine.

Sauropodina[22],[23]

  • Sauropodina ichnog. indéterminé
  • Ait Waggown
  • Ansous
  • Tizi-n-Aït
  • Tabant
  • Timit
  • Iba'ziz
  • Tigharguenine
  • Waougoulzat

Empreintes de pas

Traces de sauropodes d'affinité incertaine

Traces métriques de dinosaure sauropode géant, au sommet d'un cycle carbonaté "shallowing upward" émersif

Ornithischia[modifier | modifier le code]

Genre Espèce Emplacement Matériel Notes Images

Euryopdipida[30]

Indet.

  • Ansous

Empreintes de pas

Traces de thyréophores, membre type de l'ichnofamille Euryopdipida, incertade sedis à l'intérieur du Neornithischia. Est considéré comme synonyme de l'ichnogène Anomoepus. Les pistes décrites ressemblent aux pieds basaux des Thyreorphora. Les traces liées au genre sont vinculées avec des genres tels que Scelidosaurus, dont les fossiles ont été trouvés dans les strates du Pliensbachien en Angleterre.

Les empreintes d'Euryopdipida appartiennent à un genre similaire à celui de Scelidosaurus

Bois fossile[modifier | modifier le code]

Genre Espèce Position stratigraphique Matériel Habitude Notes Images

Protopodocarpoxylon[31],[32],[33]

  • Protopodocarpoxylon lamtharii
  • Mibladen, Midelt
  • Branches isolées
  • Branches isolées
  • Les restes de souche

Arbustive et probablement une végétation pionnière sur de nouveaux sols, extrêmement tolérante à la salinité élevée, aux feux de forêt et aux sols secs.

Bois fossile de conifère apparenté aux Hirmeriellaceae à l'intérieur des Voltziopsida. Peut appartenir au genre Brachyoxylon.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]



Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) Shinobu Ishigaki et Martin G. Lockley, « Didactyl, tridactyl and tetradactyl theropod trackways from the Lower Jurassic of Morocco: evidence of limping, labouring and other irregular gaits », Historical Biology, vol. 22, nos 1–3,‎ , p. 100–108 (ISSN 0891-2963, DOI 10.1080/08912961003789867, S2CID 129632881, lire en ligne)
  2. a b c d e et f G. Dubar et R. Mouterde, « Les formations a ammonites du Lias Moyen dans le Haut Atlas du Midelt et du Tadla », Notes & M. Servo Geo/. Maroc, vol. 274, no 4,‎ , p. 77
  3. A. Michard, « Nouveaux guides géologiques et miniers du Maroc/New Geological and Mining Guidebooks of Morocco, volume 7: Haut Atlas occidental, Haut Atlas central nord-ouest », Notes & M. Servo Geo/. Maroc, vol. 562, nos 1–3,‎ , p. 70–76 (lire en ligne, consulté le )
  4. a b et c J.A. Jossen, « Carte geologique du Maroc au 11100 000: Feuille Zawyat Ahancal », Notes & M. Servo Geo/. Maroc, vol. 335, no 4,‎ , p. 23–31
  5. a et b J.D. Martín, J. Vergés, E. Saura, M. Moragas, G. Messager, V. Barqués et D.W. Hunt, « Diapiric growth within an Early Jurassic rift basin: The Tazoult salt wall (central High Atlas, Morocco) », Basin Research, vol. 36, no 1,‎ , p. 2-32 (lire en ligne, consulté le ).
  6. B. Courtinat et A. Le Barrec, « New palynological data on the "Red Beds" (Middle Jurassic) of the Region of Mednat (High Atlas, Morocco) [Nouvelles données palynologiques sur les "Coaches Rouges" (Jurassique Moyen) de la Region de Demnat (Haut-Atlas,Moroc)] », Bulletin de l'Institut Scientifique, Rabat, vol. 10, no 2,‎ , p. 15-20 (lire en ligne, consulté le ).
  7. a b c d e f g h i et j A. Souhel, « Le Mésozoïque dans Haut Atlas de Beni-Mellal (Maroc). Stratigraphie, sédimentologie et évolution géodynamique », Strata : Série 2, Mémoires, vol. 27, no 6,‎ , p. 1-227 (lire en ligne, consulté le ).
  8. a b c d e f g h i j k l m n o et p Septfontaine, « Environnements de dépôt et foraminifères (Lituolidae) de la plate-forme carbonatée du Lias moyen au Maroc », Revue de Micropaléontologie, vol. 28, no 4,‎ , p. 265-289 (lire en ligne, consulté le ).
  9. A. Milhi, M. Ettaki, E. H. Chellai et M. Hadri, « The lithostratigraphic formations of moroccan jurassic central High-Atlas: Interelationships and paleogeographic reconstitution », Revue de Paleobiologie, vol. 21, no 4,‎ , p. 241-256.
  10. a b c d e f g h i j k et l H. M. R. Brame, R. C. Martindale, N. P. Ettinger, I. Debeljak, R. Vasseur, B. Lathuilière et S. Bodin, « Stratigraphic distribution and paleoecological significance of Early Jurassic (Pliensbachian-Toarcian) lithiotid-coral reefal deposits from the Central High Atlas of Morocco », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, vol. 514, no 2,‎ , p. 813–837 (DOI 10.1016/j.palaeo.2018.09.001, Bibcode 2019PPP...514..813B, S2CID 135361516, lire en ligne, consulté le ).
  11. M. Franceschi, J. Dal Corso, R. Posenato, G. Roghi, D. Masetti et H.C. Jenkyns, « Early Pliensbachian (Early Jurassic) C-isotope perturbation and the diffusion of the Lithiotis Fauna: Insights from the western Tethys », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, vol. 410, no 4,‎ , p. 255–263 (DOI 10.1016/j.palaeo.2014.05.025, Bibcode 2014PPP...410..255F, lire en ligne, consulté le ).
  12. a b et c F. El Bchari et A. Souhel, « Stratigraphie séquentielle et évolution géodynamique du Jurassique (Sinémurien terminal-Aalénien) d’Ait Bou Guemmez (Haut Atlas central, Maroc) », Estudios geológicos, vol. 64, no 2,‎ , p. 151-160 (lire en ligne, consulté le )
  13. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t H. M. R. Septfontaine, « Biozonation (a l'aide des foraminifères imperfores) de la plate-forme interne carbonatée liasique du Haut Atlas (Maroc) », Revue de Micropaléontologie, vol. 27, no 3,‎ , p. 209-229 (DOI 10.1016/j.palaeo.2018.09.001, Bibcode 2019PPP...514..813B, S2CID 135361516, lire en ligne, consulté le )
  14. G. Hertweck, A. Wehrmann et G. Liebezeit, « Structures de bioturbation des polychètes dans les environnements marins modernes peu profonds et leurs analogues aux traces des groupes de Chondrites », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, vol. 245, nos 3-4,‎ , p. 382-389 (DOI 10.1016/j.palaeo.2006 .09.001, Bibcode 2007PPP...245..382H, lire en ligne, consulté le ).
  15. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t C.W. Lee, « Bivalve mounds and reefs of the central High Atlas, Morocco », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, vol. 43, no 1,‎ , https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/0031018283900524
  16. a b c et d G. Dubar, « Études paléontologiques sur le Lias du Maroc. Brachiopodes. Térébratules et Zeilléries multiplissées », Notes et Mémoires du Ser vice Géologique du Maroc, vol. 57, no 1,‎ , p. 1-103.
  17. a b c d e f g h i j et k N.M. Fraser, D.J. Bottjer et A.G. Fischer, « Dissecting "Lithiotis" Bivalves: Implications for the Early Jurassic Reef Eclipse », PALAIOS, vol. 19, no 1,‎ , p. 51–67 (DOI 10.1669/0883-1351(2004)019<0051:DLBIFT>2.0.CO;2, Bibcode 2004Palai..19...51F, lire en ligne, consulté le )
  18. a b c d e et f S. Elmi, « The Pliensbachian pelecypods assemblages of North Africa », 6th International Symposium on the Jurassic, Universities of Palermo and Torino, vol. 6, no 1,‎ , p. 54–56 (lire en ligne, consulté le )
  19. R. Posenato, D. Bassi et M. Avanzini, « Bivalve pavements from shallow-water black-shales in the Early Jurassic of northern Italy: A record of salinity-and oxygen-depleted environmental dynamics », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, vol. 369, no 2,‎ , p. 262–271 (DOI 10.1016/j.palaeo.2012.10.032, Bibcode 2013PPP...369..262P, lire en ligne, consulté le )
  20. a b c d et e M. Wilmsen et F. Neuweiler, « Biosedimentology of the Early Jurassic post‐extinction carbonate depositional system, central High Atlas rift basin, Morocco », Sedimentology, vol. 54, no 4,‎ , p. 773-807 (lire en ligne, consulté le )
  21. a et b R. Posenato, « Opisoma excavatum Boehm, a Lower Jurassic photosymbiotic alatoform-chambered bivalve », Lethaia, vol. 46, no 2,‎ , p. 424–437 (DOI 10.1111/let.12020, lire en ligne, consulté le )
  22. a b c d e f g h et i S. Ishigaki et J.A. Jossen, « Les empreintes de Dinosaures du Jurassique inférieur du Haut Atlas central marocain », Notes et mémoires du Service géologique, vol. 334, no 1,‎ , p. 79–86 (lire en ligne, consulté le )
  23. a b c d et e J. Jenny et J.A. Jossen, « Découverte d'empreintes de pas de Dinosauriens dans le Jurassique inférieur (Pliensbachien) du Haut-Atlas central (Maroc) [Discovery of dinosaur footprints in the Lower Jurassic (Pliensbachian) of the central High Atlas (Morocco)] », Comptes Rendus de l'Académie des Sciences de Paris, Série II, vol. 294, no 1,‎ , p. 223–226 (lire en ligne, consulté le )
  24. a b et c Molina-Pérez, R. & Larramendi, A., Dinosaurs Facts and Figures : The Theropods and Other Dinosauriformes, Princeton University Press, , 264 p. (ISBN 9780565094973)
  25. H. Plateau, G. Giboulet et E. Roch, « Sur la présence d'empreintes de Dinosauriens dans la région de Demnat (Maroc) [On the presence of dinosaur tracks in the Demnat region (Morocco)] », Comptes Rendus sommaires dela Société géologique de France, vol. 7, no 16,‎ , p. 241-242
  26. a b et c Masrour Moussa, Félix Pérez-Lorente, M. Boutakiout, L. Ladel et I. Díaz-Martínez, « Nuevos yacimientos de icnitas domerienses en Ibaqalliwn (Aït Bou Guemez, Alto Atlas Central. Marruecos) [New Domerian dinosaur footprint sites from Ibaqalliwn (Aït Bou Guemez, Central High Atlas, Morocco)] », Geogaceta, vol. 48, no 1,‎ , p. 91–94 (lire en ligne, consulté le )
  27. a b et c J. Nouri, « La paléoichnologie des empreintes de pas de dinosauriens imprimées dans les couches du Jurassique du Haut-Atlas Central. », Université Mohamed, vol. 1, no 1,‎ , p. 1–125 (lire en ligne, consulté le )
  28. a b et c M. Masrour, L. Ladel et F. Pérez-Lorente, « New theropod and prosauropod ichnites from Issil-n-Aït Arbi (Lower Jurassic, Central High Atlas, Morocco) », Geogaceta, vol. 57, no 1,‎ , p. 55–58 (lire en ligne, consulté le )
  29. a et b Masrour Moussa et Félix Pérez-Lorente, « Otozoum trackway in Issil-Aït-Arbi (Lower Jurassic, Central High Atlas, Morocco) », Geogaceta, vol. 56, no 1,‎ , p. 107–110 (lire en ligne, consulté le )
  30. Masrour Moussa, Félix Pérez-Lorente et M. Boutakiout, « Icnitas tireóforas y terópodas en Ansous (Pliensbachiense, Alto Atlas Central, Marruecos) [Thyreophoran and theropod prints from Ansous (Pliensbachian, Central High Atlas, Morocco)] », Geogaceta, vol. 55, no 1,‎ , p. 75–77 (lire en ligne, consulté le )
  31. F. Gazeau, « Sur quelques structures de bois Mésozoïques du Maroc », Notes, Mém. Serv. Géol. Maroc, vol. 210, no 3,‎ , p. 93-120.
  32. Y. Attims et F. Crémier, « Etude de quelques bois fossiles du Mésozoïque du Maroc », Notes Serv. Géol. Maroc, vol. 210, no 4,‎ , p. 19-92.
  33. M. Philippe, M. Bamford, S. McLoughlin, L. S. R. Alves, H. J. Falcon-Lang, S. Gnaedinger et A. Zamuner, « Biogeographic analysis of Jurassic–Early Cretaceous wood assemblages from Gondwana », Review of Palaeobotany and Palynology, vol. 129, no 3,‎ , p. 141-173 (lire en ligne, consulté le ).