Format 126

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Un chargeur 126

Le Format 126 est un format de pellicule photographique 35 mm à perforations spéciales monté dans une cartouche plastique, mis au point par l'ingénieur Hubert Derwin[1] et produit par Kodak de 1963 à 1999[2]. La dénomination "Kodapak" a également été utilisée mais le nom Instamatic plutôt prévu pour la gamme d'appareils s'est imposé. Les vues sont au format de 28 x 28mm.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le film fait 35 mm de largeur comme le format 135 ce qui évite tout changement au niveau production du film mais le système de perforation est changé : la double rangée de trous héritée du film cinéma disparaît au profit d'un seul trou par image ce permet la suppression du comptage des huit perforations par image nécessaire pour le 135 les appareils étant simplement munis d'un palpeur qui bloque l'avancement du film quand il tombe dans la perforation. D'autre part, avec une seule rangée de perforations la largeur de film disponible augment ce qui permet de passer à une largeur de 28 mm (contre 24 mm pour le 135). Les ingénieurs de Kodak firent également le choix d'un format carré ce qui réduisait la diagonale de l'image à 40 mm et, par la même, la focale standard[3].

Le film se présente sous la forme d'une cartouche en polystyrène contenant le film enroulé dans un papier protecteur au dos duquel sont imprimés les numéros de vues[3] .

Le conditionnement en cartouche protège la pellicule et supprime les manipulations du film par le photographe : le chargement se fait en plaçant la cassette dans l'appareil et, à la fin du rouleau il n'y a pas besoin de rembobiner, il suffit d'armer jusqu'à la disparition du papier protecteur de la fenêtre du compte-vues puis de retirer le chargeur de l'appareil et de l'envoyer au laboratoire. La cassette doit être cassée pour en extraire le film.

Il n'y a pas de presse film intégré à la cassette ce qui limite la planéité du film et a limité la montée en gamme des appareils au format 126[3]. Le compteur de vues, n'est qu'une fenêtre au dos de l'appareil permettant de voir les numéros imprimés sur le papier protecteur.

Le format a été créé pour les boîtiers grand-public Instamatic de Kodak : appareils photo simples, généralement sans réglage de mise au point ni d'ouverture, offrant un choix entre quelques valeurs de temps de pose. Plus de 50 millions d'appareils Instamatic ont été vendus entre 1963 et 1988 avec quelque 80 modèles de boîtiers Kodak au format 126 fabriqués durant cette période et dans le monde.

Il y eut également quatre appareils reflex à objectifs interchangables : le Contaflex 126 (en), le Ricohflex, le Rollei SL 26, et le Kodak Retina Reflex Instamatic[4] mais les problèmes de planéité du film, dissimulés par les objectifs bas de gamme, devenaient visibles avec de bons objectifs et préoccupants pour des appareil destinés à des amateurs avertis.

Agfa a également utilisé ce format avec sa série d'appareils Agfamatic.

Un négatif au format 126.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Kodak Instamatic camera turns 50 - Tom Tobin, USA Today, 29 mars 2013
  2. Ferrania a continué la production de pellicules 126 jusqu'en 2009, date à laquelle une pétition en ligne a été lancée afin que Ferrania reprenne la production.
  3. a b et c Patrice-Hervé pont, 100 appareils légendaires, Editions du Pécari, 2-912848-11-3, p. 173
  4. Le Retina Reflex Instamatic pouvait utiliser tous les objectifs des Retina Reflex 24 × 36.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cette pellicule était utilisée avec l'appareil photo Pif gadget n°166 (http://www.collection-appareils.fr/x/html/appareil-1118-Inconnue_Gadget%20Pif%20166.html)