Forgues (Haute-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forgues.

Forgues
Forgues (Haute-Garonne)
Église "Notre Dame de l'Assomption" et son clocher
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Muret
Canton Cazères
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Garonne
Maire
Mandat
William Larrieu
2014-2020
Code postal 31370
Code commune 31189
Démographie
Gentilé Forgais, Forgaises
Population
municipale
208 hab. (2016 en augmentation de 9,47 % par rapport à 2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 25′ 58″ nord, 1° 02′ 47″ est
Altitude Min. 203 m
Max. 328 m
Superficie 5,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Forgues

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Forgues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Forgues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Forgues
Liens
Site web mairieforgues.wordpress.com/

Forgues est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Forgais. & Forgaises

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans le Savès à 48 km au sud-ouest de Toulouse, 23 km au sud-ouest de Muret et 6 km de Rieumes, aux confins des terrasses de la Haute Garonne et des coteaux du Gers. La commune est limitrophe avec le département du Gers.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Forgues est limitrophe de six autres communes dont deux, dans le département du Gers.

Carte de la commune de Forgues et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Forgues[1]
Lahage
Saint-Loube
(Gers)
Forgues[1] Rieumes
Laymont
(Gers)
Monès Plagnole

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par la ligne de partage des eaux entre Garonne et Save.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 524 hectares ; son altitude varie de 203 à 328 mètres[2].

Commune à l'ouest d'une ligne de crêtes boisées, limite d'une "terrasse", le long de laquelle passait la Garonne, voilà un million d'années.

Transports et communications[modifier | modifier le code]

Accès par les routes départementales D28 (Rieumes - Samatan) et D58 (Saint-Thomas-Savères).

Transports scolaires vers les écoles, collèges et lycées.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En gascon Forgues se dit " Horgos".

Histoire[modifier | modifier le code]

Extrait de Quelques Jalons pour l'Histoire de Forgues N.D 1980.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des haches de pierre ont été découvertes à Forgues. Les plus anciens peuples cités sont les Ligures. Puis les Aquitains, qui s'y trouvaient au temps de César : Ce n'était pas des Gaulois ; nos ancêtres étaient frères de race des Espagnols et devaient parler une langue parente du basque.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Vers 300 avant JC : Les Volques Tectosages sont un peuple Gaulois qui envahit l'actuel Languedoc. Une de leurs tribus , les Tolosates, fondent Toulouse et étendent leur influence jusqu'à notre région. Forgues est alors sur la frontière entre Gaulois et Aquitains. C'est peut être à cette époque que fut introduite à Forgues la métallurgie du fer, qui au temps des Romains a donné son nom au lieu (Forgues, latin « fabricas » - forges).

Vers 106 avant J.-C. : Les romains organisent une expédition punitive contre les Tolosates

Vers 56 avant J.-C. : César bat les Aquitains (Tessons d"amphore découverts dans les années 1960 au chemin des Bouchars, Tegulae trouvées en 1976 Établissement Gallo - Romain ?)

Entre 300 et 400 : La langue aquitaine a disparu, remplacée par le latin. Premiers messages chrétiens.

En 407 : Passage des Vandales, des Alains et des Suèves.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1120 : Le territoire du comte de Comminges s'étale vers le nord et englobe Forgues; Muret en devient la Capitale.

En 1209 : Le comte de Toulouse envahit le Comminges.

En 1249 : Le comté de Toulouse tombe dans le domaine royal à la mort du comte Raymond VII

En 1270 : Création de la Sénéchaussée de Toulouse. Le roi gouverne, par son sénéchal un vaste territoire dont Forgues fait partie.

En 1317 : Création de l’Évêché de Lombez. Le diocèse comporte cent paroisses dont Forgues.

En 1347 et suivantes : Peste noire - Guerre de cent ans.

En 1364 : Les grandes Compagnies pillent et incendient la région Le Castéra de Forgues est construit

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle : Le minutier de Maître Dubarat notaire à Forgues donne de précieux détails sur la région (1583-1584)

Les seigneurs de Forgues- Lahage habitent au château de Lahage,

Catherine de Touges, dame de Forgues donne à la Commune, en 1585, les terrains communaux de Longue Fougère

De 1775 à 1776 : Terrible épizootie. Presque tout le bétail est détruit Les loups affamés attaquent les gens.

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Le 20 Février 1790 , création du département de la Haute Garonne, suppression de l'évêché de Lombez

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle :

La commune se dépeuple : 1836 -388 habitants ; 1975 - 72 habitants (exode rural)

Vers 1846 : Déplacement du cimetière.

En 1879 : Construction du monument à la mémoire des ancêtres de la Famille Soulé. Transformé en monument aux morts vers 1920

18 Novembre 1873 : Ouverture d'un débit de tabacs

En 1874: Ralliement de Forgues au Gers (Route de Saint-Loube)

En 1885-1898 : Reconstruction des murs Est, Sud et Ouest de l'église

15 Décembre 1900 : Ouverture de la ligne de chemin de fer de Toulouse à Boulogne-sur-Gesse

02 juin 1901 : Affectation d'un facteur /Receveur de la Poste sur la Commune

Première Guerre mondiale : 11 morts

En 1936 : Construction du réseau de distribution électrique par le Syndicat d'électrification de Forgues

Seconde Guerre mondiale 1939-1945 : 1 mort

31 décembre 1949 : Fermeture de la ligne de chemin de fer

En 1955 : Démolition du clocher mur; Construction du clocher actuel - Fabien Castaing Architecte

En 1967 : Fermeture de l'école communale; Création du réseau de distribution d'eau potable par le Syndicat des eaux des coteaux du Touch

En 1969-1972 : Restauration de l'église; Remplacement de la toiture; Démolition de la chapelle de la Vierge-

En 1982 : Construction de l'ensemble mairie - salle des fêtes.

En 1992 : Fermeture de l'épicerie, café , débit de tabacs.

Entre 1992 et 1998: Urbanisation du village; Giratoire du Padouenc- Création de la place de la mairie- Ouverture des chemins de randonnée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[3],[4].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes Cœur de Garonne, et du canton de Cazères

(avant le redécoupage départemental de 2014, la commune de Forgues faisait partie de l'ex-canton de Rieumes) et avant le 1er janvier 2017 elle faisait partie de la communauté de communes du Savès.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2014 En cours William Larrieu   Fonctionnaire
mars 2001 2014 Guy Berges   Professeur de collège
mars 1989 2001 Denis Aragon   Chef d'entreprise
mars 1965 1989 Roger Soulan   Agriculteur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 208 habitants[Note 1], en augmentation de 9,47 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
325301320363355388371363348
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
347368355306287287305270272
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
237231219178173152151151131
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
122907275120152178182191
2016 - - - - - - - -
208--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 463 462 484 431 409 397 401 397
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie est basée sur l'agriculture principalement de céréales (maïs, blé, tournesol ...) qui ont encore une place très importante mais tendent à diminuer en faveur de zones résidentielles liées à la proximité de l'agglomération toulousaine puisque étant dans son aire urbaine.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Forgues fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture[modifier | modifier le code]

Animations diverses par le Foyer rural (Fonctionne depuis 1948), bibliothèque municipale, fête locale (mi-juin)

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Chasse, pétanque, randonnées pédestres,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets ménagers et assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement sont une compétence de la Communauté de communes Cœur de Garonne.

Il existe une déchetterie située sur la Commune de Rieumes, 1400 route de Poucharramet; accueil@cc-coeurdegaronne.fr

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sylvain Augier, présentateur de télévision
  • Jules Pigasse 1880-1952; avocat au barreau de Toulouse; Mainteneur des Jeux Floraux 1935-1952 ; Ancien Maire de la commune 1927-1932

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livre terrier ( Cadastre) 1715

Découverte d'un souterrain refuge au lieu-dit « La Cassagne » Comte BEGOUEN 1939

Un oracle gascon dans une bouteille Avril 1956

Quelques Jalons pour l'Histoire de Forgues Noël Descadeillas 1980

Notes sur Forgues et son Histoire Foyer Rural de Forgues Guy Bergès - Alain Costes Juillet 1996

Le patrimoine des Communes de la Haute Garonne FLOHIC Editions

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.