Forge-Philippe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forge-Philippe
Le frêne remarquable
Le frêne remarquable
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Thuin
Commune Momignies
Code postal 6596
Zone téléphonique 060
Démographie
Population 220 hab.
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 58′ N 4° 15′ E / 49.967, 4.2549° 58′ Nord 4° 15′ Est / 49.967, 4.25
Superficie 1 300 ha = 13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

Voir sur la carte administrative de Hainaut
City locator 14.svg
Forge-Philippe

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Forge-Philippe

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Forge-Philippe

Forge-Philippe (en wallon Foidje-Filipe) est une section de la commune belge de Momignies, située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

Le village est situé dans la Thiérache belge, au bord de la Wartoise (qui y marque la frontière française), à l'extrême sud de la province de Hainaut.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

L’église de la Sainte-Vierge (XVIIIe siècle).

Histoire[modifier | modifier le code]

La Forge Philippe est citée pour la 1ère fois en 1549 dans les ordonnances de Philippe II de Croÿ. En 1606, le besogné — ou liste des biens — de Chimay mentionne la Wartoise avec le fourneau de la veuve Philippe de la Lys. En 1622, on trouve encore la mention du vivier de la forge Philippe avec 4 maisons.

Il semble que la délimitation de la frontière sud de l’Entre-Sambre-et-Meuse — depuis Oignies, pratiquement à la limite de la Meuse, jusqu’ici — date du traité de Verdun en 843 lors du partage entre les petits-fils de Charlemagne : une bonne douzaine de cours d’eau dessine cette limite qui n’a plus changé depuis.

C’est la loi du 10 août 1903 qui rend cette commune autonome, détachée de Seloignes et augmentée d’une portion de territoire de la ville de Chimay. L’ancienne maison communale, au n° 11, construite en 1906, sauf erreur, conserve en façade une pierre portant le nom des membres du 1er conseil communal, de l’architecte et de l’entrepreneur.

L’économie est tournée essentiellement vers l’élevage.

En 1921, 21 % des habitants provenaient de la région de Verviers, 20 % du village, 15% de la région de Chimay, 4 % étaient Français et 2 % Hollandais; les autres, soit 38 %, étaient issus de toutes les régions du pays.

L‘église, dédiée à la Vierge, porte la date de 1786 et les armoiries de Philippe d’Alsace, prince de Chimay.

Le village est connu pour son monument — la Victoire terrassant le monstre nazi — qui commémore l’entrée des 1ères troupes américaines en Belgique le 2 septembre 1944 à 9 h 30.

Source : André Lépine : voir Bibliographie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Delahaye, 2 septembre 1944. Cendron. Liberté (entité de Momignies), Fondation belgo-américaine, Monceau-Imbrechies, 2009, 149 pages.
  • André Nicolas & André Depienne, Cendron 1944, Chez les auteurs à Forge-Philippe, 1994, 205 pages. (concerne également Seloignes et Villers-la-Tour)
  • André Lépine, Forge-Philippe - Notes d’histoire, Cahier du Musée de Cerfontaine n° 266, 32 pages, 2003 — avec les inscriptions (monuments divers), les combattants de la 1ère guerre, les prisonniers de guerre de 1940, des notes sur la population, les délibérations des conseils communaux, la liste des électeurs de 1921…

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]