Ford France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ford SAF)
Aller à : navigation, rechercher
Ford France

Création 1916
Fondateurs Henry Ford
Forme juridique SAS
Slogan Go Further (Allons plus loin)
Siège social Saint-Germain-en-Laye
Drapeau de France France
Direction Louis Carl Vignon
Actionnaires FordVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Constructeur automobile
Société mère Ford USA (officiellement Ford Motor Company)
Site web www.ford.fr
Action de la Ford S. A. Française en date du 21 juin 1929

Ford France est la filiale française de la Ford Motor Company. Elle porte ce nom depuis 1954.

Historique[modifier | modifier le code]

La création de la Société française des Automobiles Ford date de 1916, alors que l'usine de Bordeaux montait des châssis importés.

En 1929, la société est réorganisée et devient Ford Société Anonyme Française (Ford SAF) placée sous l'autorité de Ford Grande-Bretagne et assemble toujours des Ford Model A.

De 1932 à 1934, Ford SAF produisit la version française de la Ford V8 Model B (4 cylindres) ainsi que le modèle Y (d'origine britannique) sous la dénomination commerciale Ford 6 cv Aérodynamique. Cette dernière disposait d’un moteur Ford Sidevalve de 933 cm3, d’une puissance de 6 ch (8 HP). Ce fut la première Ford spécifiquement conçue pour les marchés hors des États-Unis, pour remplacer le modèle A en Europe. produite en Angleterre de 1932 à 1937 (Ford Model Y ou Ford 8), l'Y fut également assemblée en Allemagne (Ford Köln) de 1933 à 1936, de même qu'en Australie (où même une version coupé a été produite), au Japon, Lettonie (Ford Junior) et en Espagne (Ford Forito).

Jusqu'en 1934, Ford SAF était placée sous l'autorité de Ford Grande-Bretagne. Sous l'impulsion de Maurice Dollfus, au moment de l'association avec Mathis, qui donne naissance à Matford, la société dépend directement de Ford USA. Ford SAF reprend son indépendance vis-à-vis de Mathis en 1940, disposant désormais de sa propre usine de production ultra-moderne à Poissy.

Poissy produira des camions militaires puis civils ( Ford Cargo) ainsi que des voitures particulières à partir de 1946. Le premier modèle (F472) était une Matford 13CV F92A 1939 V8 modernisée disposant de freins hydrauliques, barres stabilisatrices puis changement de vitesses au volant.

En 1948, ce fut la Vedette à moteur V8 (2 158 cm³), basée sur une étude de Ford USA. Il s'agit d'une berline cossue deux volumes "à dos rond" qui fut remaniée fin 1952 pour être présentée en trois volumes avec un coffre proéminent, la Vedette 53.

En 1951, Ford SAF lança la Comète et en 1952, un coupé et un cabriolet, disponibles avec une boîte Cotal, étaient présentés. En 1954, Ford SAF lança la Monte-Carlo, un coupé de luxe de presque 4 litres de cylindrée et une Vedette haut de gamme, la Vendôme.

Les nouvelles Vedette 55 Trianon, Versailles, Régence ne portent rapidement plus le sigle Ford à la suite des accords avec Simca, qui reprend les usines de Poissy fin 1954. Ford SAF devient alors Ford France et importe les modèles du groupe.

Sponsoring[modifier | modifier le code]

Durant deux saisons (1965 et 1966), la marque sponsorise une équipe cycliste emmenée par Jacques Anquetil et remporte notamment le Tour de France 1966 par le biais de Lucien Aimar.

En 1983, trois Rondeau M482 roule sous les couleurs de Ford France en collaboration avec Jean Rondeau aux 24 Heures du Mans. Les moteurs, également préparés par Ford France connaissent des soucis de fiabilité et les trois voitures abandonnes avant la 14e heure[1].

Économie nationale[modifier | modifier le code]

Plan de restructuration[modifier | modifier le code]

En mai 2017, alors que Ford Monde annonce que près de 10 % de l'effectif mondial du groupe pourrait voir son emploi supprimé (soit 20.000 personnes), les salariés de l'usine de Ford à Blanquefort ont fait savoir leur inquiétude quant à cette perspective. L'usine de Ford à Blanquefort est spécialisée dans la production de boîtes de vitesses pour le marché européen.[2]

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) François Hurel, « The limpet! », le Mans Racing, no 73,‎ , p. 98
  2. « Ford prêt à supprimer des milliers d’emplois », sur Le Monde,

Liens externes[modifier | modifier le code]