Forces sous-marines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le USS Charlotte (SSN-766) en tête de file de quatre sous-marins participant à l'exercice RIMPAC 2014.

Les forces sous-marines, ou sous-marinade, sont les composantes de marine de guerre équipés de sous-marins militaires.

Leurs noms différent selon les armées, entre autres, la marine nationale française utilise le terme forces sous-marines, la Royal Navy et l'United States Navy celui de service sous-marin, cette dernière en autre comme d'autres marines n'ayant pas de commandement unifié pour ses escadres de sous-marins, et la marine argentine de forces de sous-marins.

Généralités[modifier | modifier le code]

Le premier sous-marin militaire allemand, le SM U-1 lancé en 1906.

Au XXe siècle, plus de 5 800 sous-marins militaires ont été construits, dont 1 109 par la Russie/URSS, soit 19 %[1]. La marine impériale allemande déploya un total de 375 Unterseeboot entre 1906 et 1918 et la Kriegsmarine en opéra 1 156 construits entre 1935 et 1945. L'United States Navy en a mis 675 en service entre 1900 et mi-2015

Au , un site spécialisé américain recensait 353 sous-marins militaires (hors sous-marins de poche) en service totalisant 1 669 118 tonnes et 97 autres en construction ou en commande totalisant 403 000 tonnes dans 39 marines de guerre[2].

En 2012, 42 marines de guerre à travers le monde possèdent un total d'environ 500 sous-marins militaires (y compris les sous-marins de poche et hors navires de recherche et d'exploration) à travers le monde. Six de ces marines ont des sous-marins nucléaires, celles des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et l'Inde dont trois emploient exclusivement ceux-ci, celles des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni. La flotte la plus importante numériquement est celle de la Corée du Nord mais il s'agit essentiellement de petits sous-marins de poche.

La majorité (62%) sont des sous-marins d’attaque à propulsion diesel, 20% de sous-marins nucléaire d'attaque et 8 % de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins. Leur répartition géographique est de 28 % dans l'océan Atlantique, 12 % en mer Méditerranée, 11 % dans l'océan Indien et 49 % dans l’océan Pacifique. L'Asie de l'Est étant depuis les années 2000 la zone ou l'augmentation du nombre de sous-marins est la plus importante[3].

Commandements de forces sous-marines[modifier | modifier le code]

Photo prise dans une cale sèche à l'arsenal naval de Kure le 19 octobre 1945. Il y a au moins quatre-vingts sous-marins de poche de la marine impériale japonaise de quatre types différents dont une grande majorité est de la classe Kōryū.
Sous-marin de la marine chinoise du Type 039A en service depuis 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Huan, « URSS-Russie Toujours plus... », Marines et forces navales, no 14H,‎ , p. 53 (ISSN 0998-8475)
  2. (en) Tim Colton, « World Fleets of Submarines », sur http://shipbuildinghistory.com, Shipbuilding and Shipping Statistics and Other Data, (consulté le 6 février 2011)
  3. « Dans le monde : 500 sous-marins », sur Marine nationale, (consulté le 23 septembre 2015).
  4. (es) « l'organisation du ministère de la défense espagnole en 2012 », sur Intelligence économique, (consulté le 24 septembre 2015).
  5. (en) « What is the Japan Maritime Self-Defense Force », sur Ministère de la défense du Japon (consulté le 24 septembre 2015).