Forces du pacte de l'Alternative démocratique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Forces du pacte de l’Alternative démocratique sont un rassemblement de différents partis politiques, associations et membres de la société civile comme les syndicats autonomes, associations, chercheurs universitaires, hommes de loi et écrivains, afin de trouver une alternative politique à la crise qui secoue l'Algérie depuis les manifestations de 2019 en Algérie.

La convention nationale qui prévoyait de réunir ces différents acteurs a été interdite deux fois de suite, en août[1] et en septembre[2]. Elle aura finalement lieu le 9 septembre 2019 au siège du RCD[3].

Ce pôle de démocrates algériens s'oppose à l'organisation d’élections présidentielles et appel à une période de transition pour la mise en place d'un État de droit[4], un processus constituant souverain, l'indépendance de la justice[3], l'ouverture des médias à la libre expression et la libération des détenus d'opinion du Hirak.

Membres[modifier | modifier le code]

On y retrouve la ligue algérienne des droits de l'Homme LADDH (avec Said Salhi), le parti du RCD avec Mohcine Belabbas à sa tête, le FFS (Ali Laskri, Ali Brahimi), l’UCP de Zoubida Assoul, le PLD (Parti pour la Laïcité et la Démocratie), le MDS de Fethi Ghares, le PT, le PST de Mahmoud Rechidi , RAJ (Hakim Haddad).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Opposition: une réunion de l'alternative démocratique interdite à Alger », sur TSA (consulté le 16 septembre 2019)
  2. « La wilaya dit non aux Forces », sur Huffpostmaghreb (consulté le 16 septembre 2019)
  3. a et b « Réunis hier au siège du RCD les Forces de l'Alternative démocratique rejettent l'agenda de la présidentielle » (consulté le 16 septembre 2019)
  4. « Rejet de l'agenda électoral du pouvoir », sur Liberté Algérie (consulté le 16 septembre 2019)