Forces armées de la République de Corée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forces armées de la République de Corée
대한민국 국군 (大韓民國國軍)
Fondation
Branches
Quartier-général Séoul
Commandement
Commandant en chef Moon Jae-in
Ministre de la défense Song Young-moo
Chef d'état-major Général Jeong Kyeong-doo
Main-d'œuvre
Âges militaires 19 - 35 ans
Disponibles au service militaire 12 483 677 hommes
Atteignant l'âge militaire chaque année 344 943  hommes
Actifs 625 000 (2016)[1]
Déployés hors du pays 1 453 soldats
Réservistes 3 200 000 (2010)
Budgets
Budget 38 842,1 milliards de wons (2016)[1]
Pourcentage du PNB 2,62 %
Industrie
Fournisseurs nationaux [réf. nécessaire]
Fournisseurs étrangers Drapeau du Canada Canada
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau d’Israël Israël
Drapeau de la Russie Russie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Articles annexes
Histoire Guerre de Corée (depuis 1950)
Guerre du Viêt Nam (1964-1973)
Guerre du Golfe (1991)
Guerre contre le terrorisme (depuis 2001)

Les Forces armées de la République de Corée (en coréen écrit en hangul 대한민국 국군, écrit en hanja 大韓民國國軍) sont les forces militaires de la Corée du Sud. Elles sont responsables du maintien de la souveraineté et l'intégrité territoriale du pays, mais sont souvent engagées dans des opérations humanitaires et de secours aux sinistrés à l'échelle nationale. Plus récemment, tout en reconnaissant son rôle et ses responsabilités en tant que 15e puissance économique mondiale en termes de PIB, la Corée du Sud a participé à diverses opérations de maintien de la paix et d'opérations antiterroristes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Soldat sud-coréen du Corps des Marines armé d'un Daewoo K2 en 1998. Un AAV-7A1 est visible au second plan.
ROKS Munmu the Great (DDH 976) de la Marine de la République de Corée.

Les Forces armées sud-coréennes sont créées en 1948 à la suite de la partition de la Corée à partir d'une force de gendarmerie de 25 000 hommes créer par le Gouvernement militaire de l'armée des États-Unis en Corée. Soutenues par les États-Unis, elles participent activement à la guerre de Corée entre 1950 et 1953 contre les puissances communistes (URSS, République populaire de Chine et Corée du Nord) dans le cadre de la guerre froide. Plus de 325 000 hommes ont également été déployés au Sud-Viêt Nam lors de la guerre du Viêt Nam entre 1965 et 1973 afin de lutter contre le Viêt Cong. Considérée comme très efficace dans ce conflit, elle y perd environ 5 100 hommes.

L'armée sud-coréenne a participé à de nombreuses missions sous mandat de l'ONU, notamment en Somalie et au Sahara occidental. En 2003, membre de la Coalition, elle est impliquée dans la guerre d'Irak dans une mission de reconstruction, lors de laquelle elle envoie au total 20 000 hommes dans le cadre de la Coalition militaire en Irak jusqu'en décembre 2008. Les forces sud-coréennes co-organisent avec les forces américaines l'exercice Ulchi Freedom Guardian[2].

Composantes[modifier | modifier le code]

L'armée sud-coréenne est divisée en 4 branches :

Personnel[modifier | modifier le code]

Il s'agit, dans les années 2010, de l'une des armées les plus importantes du monde en termes d'effectifs : 655 000 personnels actifs et 4 500 000 réservistes soit un potentiel de 5 155 000 soldats en 2013[3]). Le nombre d'actifs atteint 653 000 en 2010[réf. nécessaire] et 625 000 en 2016[1].

Plusieurs systèmes militaires de pointe sont par ailleurs actuellement utilisés[4].

Les relations homosexuelles constituent un délit pénal dans le code militaire, donnant lieu à une peine maximale de deux ans de prison, qu’elles soient consenties ou non, et aient lieu ou non dans les unités de l’armée[5].

Budget[modifier | modifier le code]

29,5 milliards de dollars américains[Combien ?] en 2010, soit 2,62 % du PNB[réf. nécessaire]. Le budget atteint 38 842,1 milliards de wons en 2016[1].

Déploiements internationaux[modifier | modifier le code]

1 453 soldats sont au total déployés en dehors du pays en 2012[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « 국방백서 2016 »,‎
  2. http://www.avionslegendaires.net/2017/08/actu/ulchi-freedom-guardian-lexercice-exaspere-pyongyang/
  3. Rapport de forces sur la péninsule de Corée sur Ria Novosti, citant le rapport The Military Balance 2012 de l'IISS de Londres.
  4. (en) http://www.globalbearings.net/2011/11/north-vs-south-korea-military_06.html, consulté le 31 janvier 2012
  5. « South Korea Military Is Accused of Cracking Down on Gay Soldiers », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  6. (ko) 한국군 해외파견 현황입니다.(2012.12.14 기준), consulté le 17 avril 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]