Forastero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le forastero est l'un des cacaoyers les plus cultivés. Il est originaire d'Amérique centrale et du Mexique. Il représente 80 % de la production mondiale.

Description[modifier | modifier le code]

Il se distingue par ses cabosses jaunes à violet foncé (selon la maturité), de forme ronde à la peau lisse, ainsi que des graines aplaties de couleur pourpre et au goût amer[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Il s'agit, à ce jour, du cacaoyer le plus robuste et le plus facile à cultiver, car il résiste bien aux maladies. Il offre également l'avantage d'avoir des rendements également plus importants que la variété concurrente, le trinitario. Les cabosses de cacao ont un arôme plus fort, plus acide aussi, et le cacao forastero est souvent appelée « cacao en vrac », car il donne au chocolat un arôme typique[2].

Cultivé en Afrique occidentale, Brésil et Équateur, représentant 80 % de la production mondiale, il est originaire d'Amazonie et donne des fruits à cabosse jaune et à l'amande pourpre-violette. Chaque cabosse contient entre trente et quarante fèves.

Variétés[modifier | modifier le code]

Nacional[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nacional (cacao).

Le forastero de l'Équateur est considéré[Par qui ?] de « haute qualité », tout comme le criollo, contrairement au reste des forasteros. Celui-là, soit le meilleur cacao équatorien, était destiné uniquement à l'exportation, constituant une essence à part entière, désignée sous le nom d'« arriba », puis de nacional. Ce cacao a été cultivé sur les rivages du rio Guayas, près de sa source (rio Arriba). Au cours des décennies, le nom est devenu synonyme de qualité[réf. nécessaire].

Autres variétés[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cacaoyer.

Les deux autres types de cacao sont le criollo, qui pèse seulement 1 à 5 % de la production mondiale, et le trinitario, qui représente 10 à 20 % de la production mondiale[3]. Un genre ancien de cacao était appelé « Theobroma », ce qui signifie « nourriture des dieux » en latin, était présent aux débuts de l'empire espagnol en Amérique latine. Cette appellation a été retenue pour l'ensemble des cacaos, Theobroma désignant un genre de petits arbres sud-américains, Theobroma cacao désignant les cacaoyers[réf. nécessaire].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Ingrédient de base de la plupart des chocolats, il peut représenter jusqu'à 80 % d'un mélange de cacao[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « ¿Cómo conocer los diferentes tipos de materiales de siembra? », sur Cacaomovil (consulté le 5 septembre 2017).
  2. a et b Fou de chocolat 2015.
  3. « The three grand cocoa varieties », sur www.barry-callebaut.com (consulté le 21 juillet 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]