Forêt domaniale de Lyons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forêt domaniale de Lyons
La hétraie de Brotonne.
La hétraie de Brotonne.
Localisation
Position Seine-Maritime, Eure
Coordonnées 49° 26′ 06″ nord, 1° 25′ 13″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Géographie
Superficie 10 700 ha
Compléments
Statut domaniale
Essences Hêtre

Géolocalisation sur la carte : Normandie

(Voir situation sur carte : Normandie)
Forêt domaniale de Lyons

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Forêt domaniale de Lyons

La forêt domaniale de Lyons est une des plus vastes hêtraies normandes, aux environs de Lyons-la-Forêt. Elle s'étend sur environ 10 700 hectares à cheval sur le Nord-Est du département de l'Eure et le Sud-Est de la Seine-Maritime.

Localisation[modifier | modifier le code]

Autrefois domaine royal, elle s'étendait pratiquement jusqu'à Gisors et incluait les sept villes de Bleu[1] et la forêt de Bleu qui en a longtemps constitué une dépendance. Aujourd'hui, elle s'étend sur un espace délimité par les villages de Vascœuil à l'Ouest, Lisors au Sud, Neuf-Marché à l'Est et Beauvoir-en-Lyons au Nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le « Pays de Bleu » avait acquis, dès le XIIe siècle, des droits dont bénéficiaient les modestes riverains de la forêt. Ces privilèges, « Coutume(s) des sept villes  » furent précisés bien plus tard par le roi de France : faire paître les bêtes et utiliser le bois de la « Forêt des sept villes ». Dans deux chartes de 1305 dont les usages et coutumes vont rester en pratique jusqu'à la Révolution française, Philippe IV le Bel officialisa les droits des habitants de la forêt sans pour autant leur octroyer la propriété des terres qu’ils exploitaient.

La forêt qui subsiste aujourd'hui est le reliquat d'un massif forestier ancien bien plus étendu qui couvrait jusqu'au Xe siècle le Nord du Vexin normand. Puis l'exploitation du bois et le défrichage (essartage) entaillèrent irrémédiablement le massif forestier.

Le bois de hêtre, très recherché, était transporté par flottage sur la Lieure et l'Andelle jusqu'à la Seine où il était acheminé vers Paris ou Rouen. Utilisé sur place comme combustible, il permit également l'installation de verreries dès le XIIIe siècle. La dernière a fermé en 1878.

En 1790, elle est déclarée bien national et est livrée à la dévastation d'une exploitation anarchique. Vers 1800, elle est dans un état critique, la coupe d'arbres trop jeunes empêchant sa régénération. Ce n'est qu'en 1826 que l'administration forestière, reprenant l'initiative d'une exploitation sévèrement réglementée, redonnera à la forêt de Lyons l'aspect que nous lui connaissons aujourd'hui. En 1999, la tempête de 1999 l'a fortement touchée.

Une région verrière[modifier | modifier le code]

L’importance de la forêt de Lyons a permis de développer pendant des siècles des industries, dont le bois faisait partie de la matière première essentielle. C’est le cas pour les fours à chaux, poteries, briqueteries, verreries

Par les fouilles réalisées par l’abbé Cochet, il est possible de dire que les nombreux objets de verrerie usuelle, tirés du sol et des tombeaux, sont sortis de fours établis en Normandie à l’époque romaine.

L’activité verrière a été particulièrement intense dans la forêt de Lyons du XIVe siècle jusqu’à la fin du XIXe siècle. 70 verreries s’installent en Normandie entre 1300 et 1789. Le premier site d’activité attesté dans la forêt de Lyons est celui de la Fontaine du Houx à Bézu-la-Forêt, qui se déplace ensuite à La Haye, sur la même commune et fonctionne jusqu’en 1805. Un compte rendu au roi Philippe Le bel, daté de 1302, y fait référence. Elle était alors propriété du domaine royal, tout comme le château de la Fontaine-du-Houx dont elle dépendait. Philippe de Cacqueray [2] avait reçu de Philippe le Bel le privilège, plus tard étendu aux « Quatre Familles Verrières » de l’exclusivité de la fabrication du « Plast de Verre ». Quelques autres verreries :

  • Les Routhieux (Beauvoir-en-Lyons) : 1345-1808 ;
  • Le Landel (Bézancourt) : 1616-1886 ;
  • Martagny : 1436-fin XVIIe siècle ;
  • La Croix (Beauvoir-en-Lyons) : 1497-1634 ;
  • Le Bos (Neuf-Marché) : 1687-1788 ;
  • La Saussaye (Montroty) : début XVIIe siècle.

Il existait à la veille de la Révolution vingt-cinq verreries en Normandie. Après 1789, seules treize d'entre elles poursuivent, tant bien que mal, leur activité.

Une verrerie ne restait pas toujours au même lieu, car le bois et les fougères autour du lieu de production ne suffisaient plus après plusieurs années de travail à alimenter les feux pour la réalisation du verre. Le verrier demandait alors l’autorisation pour changer d’emplacement.

Trois éléments sont nécessaires à la fabrication du verre : un élément vitrifiant, un élément fondant, un élément stabilisant. Le bois sous forme de cendre, dans la forêt de Lyons du hêtre, la fougère et plus tard la soude de varech servent de fondant. Le sable provenant de la région de Forges-les-Eaux sert de vitrifiant. Le stabilisant se trouve être de la chaux, afin de rendre le verre non-soluble dans l’eau.

En 1685, « la plupart du verre de France se fait en Normandie dans la forest de Lions… »

Les familles verrières

Les verriers étaient obligatoirement des nobles, et ils devaient obtenir des lettres-patentes royales. Quelques familles ont dominé cette activité : les Vaillant, les Bongars, les Cacqueray, les Brossard, les de Bouju.

Les familles Vaillant, Cacqueray, Brossard et Bongars avaient le privilège de fabriquer le verre à vitre. Ils devaient fournir les vitriers de Paris et Rouen, mais en 1711, après le développement de l’activité sur Paris, il leur a été interdit sous peine d’amende.

Seuls les gentilhommes-verriers pouvaient souffler le verre. Ces familles, obligées de garder le secret de fabrication du verre entre eux étaient interdits de travailler à l’étranger. Des alliances se sont créées, par le jeu des mariages et de l’héritage, au point que ces grandes familles verrières sont toutes liées. La seule famille locale, les Bouju, maintient son activité jusqu’au XVIe siècle.

Loisirs et tourisme[modifier | modifier le code]

Vénerie[modifier | modifier le code]

L'art ancestral de la vénerie est encore présent dans ce massif grâce à deux équipages, l'un chassant dans la voie du cerf les mardis et samedis (l'équipage de Lyons sous le fouet de Michel et Marie-Françoise Le Page) et l'autre chassant dans la voie du chevreuil les mercredis et samedis (l'équipage des Pierres Cassées sous le fouet de Benoît Noblet).

Randonnée[modifier | modifier le code]

Réputée pour être une des plus belles hêtraies d'Europe, elle attire beaucoup de visiteurs et est parcourue par près de 300 km de chemins forestiers, des sentiers de randonnée et des sentiers équestres balisés. C'est une forêt claire avec un aspect cathédrale dû aux troncs élancés des hêtres centenaires qui laissent passer la lumière.

Elle possède de nombreux arbres remarquables et abrite l'arboretum des Bordins (8 ha, 13 000 arbres d'essences caractéristiques).

Des clairières, percées dès le Moyen Âge, ponctuent le massif forestier et accueillent des villages normands typiques comme Lyons-la-Forêt qui a obtenu le label Les plus beaux villages de France, ou à sa lisière, l'abbaye de Mortemer.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ambroise Milet, Histoire d'un four à verre de l'ancienne Normandie (1871) - [lire en ligne]
  • Conseil d'État, Arrêt du conseil d'État concernant les verreries de la forêt de Lyons et autres, Paris: Imprimerie royale, 1724. [lire en ligne]
  • Gilles Rossignol, Eure (Le guide), éd. La Renaissance du Livre, 2001 (ISBN 2-8046-0507-8)
  • Atelier Patrimoine. Les verreries du pays de Lyons. La Feuillie: collège la Hêtraie, 1996.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Amécourt, Tierceville, Saint-Denis-le-Ferment, Hébécourt, Heudicourt, Sancourt et Maineville.
  2. Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France : Cacqueray - Sur Google Books.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]