Forêts côtières continentales de la Colombie-Britannique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forêts côtières continentales

de la Colombie-Britannique
Écorégion terrestre - Code NA0506[1]

Description de cette image, également commentée ci-après
Forêts de la vallée du fleuve Squamish.
Classification
Écozone : Néarctique
Biome : Forêts de conifères tempérées
Global 200[2] : Forêts pluviales tempérées du Pacifique
Géographie et climat
Superficie[3] :
137 750 km2
min. max.
Altitude[3] : 0 m 3 652 m
Température[3] : −12 °C 18 °C
Précipitations[3] : 16 mm 583 mm
Écologie
Espèces végétales[4] :
1 325
Oiseaux[5] :
221
Mammifères[5] :
78
Squamates[5] :
13
Espèces endémiques[5] :
0
Conservation
Statut[5] :
Critique / En danger
Aires protégées[6] :
17,4 %
Anthropisation[6] :
0,4 %
Espèces menacées[6] :
11
Ressources web :
Site du WWF

Localisation

Description de l'image British Columbia mainland coastal forests map.svg.

Les forêts côtières continentales de la Colombie-Britannique sont une écorégion terrestre nord-américaine du type Forêts de conifères tempérées du World Wildlife Fund[7]

Répartition[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, cette écorégion recouvre la zone côtière du continent de la Colombie-Britannique et une petite partie de l'état de Washington jusqu'à 150 km à l'intérieur des terres[7].

Climat[modifier | modifier le code]

Dans la partie sud, la température moyenne annuelle est d'environ 6,5 °C. Les températures estivale et hivernale moyennes sont d'environ 14 °C et −1 °C respectivement. Le taux de précipitations varie entre 1 500 mm en basse altitude et 3 400 mm en haute altitude[7].

Dans la partie nord, la température moyenne annuelle est d'environ °C. La température estivale moyenne est de 13 °C. La température hivernale moyenne varie entre −4,5 °C et −0,5 °C. Les températures sont encore plus basses dans le bassin de la rivière Nass dans l'extrême nord de l'écorégion. Le taux de précipitations varie entre 1 200 mm et 4 500 mm selon l'altitude[7].

Géomorphologie[modifier | modifier le code]

On trouve dans cette écorégion la partie nord de la chaîne des Cascades, les chaînons du Pacifique, les chaînons Kitimat, les chaînes Nass et le bassin du fleuve Nass. Les côtes sont découpées par une série de montagnes et de fjords[7].

Caractéristiques biologiques[modifier | modifier le code]

Les forêts en basse altitude se composent principalement de pruches de l'Ouest, de thuyas géants de Californie et de sapins gracieux. Les forêts des zones subalpines se composent de pruches subalpines, de sapins gracieux et de quelques cyprès de Nootka. Les zones alpines sont couvertes de prés dominés par le carex et d'affleurements rocheux couverts de lichens[7].

Conservation[modifier | modifier le code]

On estime que cette écorégion est intacte dans une proportion de 40 %. Les perturbations sont principalement causées par l'exploitation forestière en basse altitude[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) D. M. Olson, E. Dinerstein, E. D. Wikramanayake, N. D. Burgess, G. V. N. Powell, E. C. Underwood, J. A. D'Amico, I. Itoua, H. E. Strand, J. C. Morrison, C. J. Loucks, T. F. Allnutt, T. H. Ricketts, Y. Kura, J. F. Lamoreux, W. W. Wettengel, P. Hedao et K. R. Kassem, « Terrestrial Ecoregions of the World: A New Map of Life on Earth », BioScience, vol. 51, no 11,‎ , p. 935-938.
  2. (en) D. M. Olson, E. Dinerstein, R. Abell, T. Allnutt, C. Carpenter, L. McClenachan, J. D’Amico, P. Hurley, K. Kassem, H. Strand, M. Taye et M. Thieme, The Global 200 : A representation approach to conserving the earth's distinctive ecoregions, Washington DC, Conservation Science Program, World Wildlife Fund-US, (lire en ligne)
  3. a, b, c et d (en) World Wildlife Fund, « The Terrestrial Ecoregions of the World Base Global Dataset », sur http://worldwildlife.org (consulté le 29 septembre 2012). Disponible alternativement sur : Loyola RD, Oliveira-Santos LGR, Almeida-Neto M, Nogueira DM, Kubota U, et al., « Integrating Economic Costs and Biological Traits into Global Conservation Priorities for Carnivores », PLoS ONE, (consulté le 20 octobre 2012), Table S1. Les données de température et de précipitations sont les moyennes mensuelles minimales et maximales.
  4. (en) G. Kier, J. Mutke, E. Dinerstein, T. H. Ricketts, W. Küper, H. Kreft et W. Barthlott, « Global patterns of plant diversity and floristic knowledge », Journal of Biogeography, vol. 32,‎ , p. 1107–1116 (DOI 10.1111/j.1365-2699.2005.01272.x, lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  5. a, b, c, d et e (en)World Wildlife Fund, « WildFinder: Online database of species distributions », , données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  6. a, b et c (en) J. M. Hoekstra, J. L. Molnar, M. Jennings, C. Revenga, M. D. Spalding, T. M. Boucher, J. C. Robertson, T. J. Heibel et K. Ellison, The Atlas of Global Conservation : Changes, Challenges, and Opportunities to Make a Difference, Berkeley, University of California Press, (lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  7. a, b, c, d, e, f et g (en) « British Columbia mainland coastal forests (NA0506) », World Wildlife Fund,