Forêt sacrée de Kpassè

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Forêt sacrée de Kpassè
Image illustrative de l’article Forêt sacrée de Kpassè
Entrée de la forêt sacrée.
Géographie
Pays Drapeau du Bénin Bénin
Département Atlantique
Commune Ouidah
Arrondissement Tovè II
Quartier Tovè
Superficie 4 hectares
Localisation
Coordonnées 6° 21′ 53″ nord, 2° 05′ 45″ est
Géolocalisation sur la carte : Bénin
(Voir situation sur carte : Bénin)
Forêt sacrée de Kpassè

La forêt sacrée de Kpassè est un ilôt forestier situé à Ouidah – haut lieu du vaudou –, au sud du Bénin. Elle abrite plusieurs divinités autour desquelles s'organisent périodiquement de grandes cérémonies rituelles. C'est aussi un musée à ciel ouvert qui accueille de nombreux visiteurs.

Localisation[modifier | modifier le code]

La forêt se trouve dans le département de l'Atlantique, à l'est de la commune de Ouidah, dans l'arrondissement de Tovè II et le quartier de Tovè qui l'englobe entièrement. À l'origine elle s'étendait sur 30 hectares, mais avec l'extension des cités, elle ne compte plus que 4 hectares et se retrouve donc en pleine ville[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Également connue sous le nom de Kpassèzoun – la « forêt de Kpassè » –, elle doit sa sacralisation à un épisode mystérieux de la vie du roi Kpassè, deuxième roi de Savi et véritable fondateur du royaume houéda. Vers le milieu du XVIIe siècle, le roi aurait disparu, puis serait réapparu dans un pied d'iroko (Milicia excelsa) au cœur de la forêt. Siège d'un phénomène surnaturel, l'arbre est devenu sacré[2].

Statut[modifier | modifier le code]

Au Bénin, un arrêté interministériel de 2012 fixe les principes et les conditions de protection et de gestion des forêts sacrées, en mettant en œuvre des mesures de conservation, de mise en valeur et d’utilisation durable des ressources forestières du domaine sacré[3].

La forêt sacrée se définit comme «  un écosystème de petite superficie qui est maintenu même dans une zone où les forêts n’existent plus depuis très longtemps par les populations locales, pour diverses raisons ayant un caractère sacré et que les populations respectent beaucoup[4] ».

Le gouvernement béninois a sollicité l'appui technique et financier du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et du Fonds pour l'environnement mondial (FEM) pour élaborer le « Projet d'intégration des forêts sacrées (comme aires communautaires) dans le Système des aires protégées du Bénin (PIFSAP)[5] », lancé en juin 2011 pour une durée de quatre ans. Cependant ce projet ayant connu une phase de léthargie en 2014, un nouveau cycle a été envisagé pour 2014-2018[6].

Collections[modifier | modifier le code]

La forêt sacrée de Kpassè est aujourd'hui aussi un musée d'art contemporain[7],[8].

Patrimoine culturel et historique[modifier | modifier le code]

On y trouve des statues symbolisant des divinités vaudous comme :

  • Mami Wata (aussi appelée Yemendja par les Yorubas) ;
  • Gu (l'Ogoun des Yorubas), dieu de la guerre et des forgerons ;
  • Ogoun Zobla représentant l'intelligence pure et la réussite
  • Sakpata, dieu de la variole et plus généralement de la maladie, de la guérison et de la Terre ;
  • Hêbiosso (ou Hêvièsso), dieu de l'orage et de la foudre. Il est accompagné d'un nain ou d'un homoncule chargé de forger ses éclairs ;
  • Lègba, qui est l'intermédiaire et le messager des dieux. Il est assimilé, dans le vaudou syncrétiste haïtien, à saint Pierre, qui détient les clefs du paradis et de l'enfer. Il préside le lavage des mains d'eau et de rhum.
Le génie.

Patrimoine végétal[modifier | modifier le code]

La forêt sacrée est une forêt dense humide semi-décidue[9]. Elle abrite 36 espèces réparties dans 20 familles, dont les plus représentées sont les suivantes : Leguminosae (6 espèces, soit 16,67 %), Moraceae (4 espèces, soit 8,33 %), Apocynaceae et Rubiaceae (3 espèces, soit 8,33 %[10]).

  • Des arbres fétiches vénérés et des plantes médicinales comme Newbouldia laevis
  • Des fromagers et des essences consacrées, au pouvoir médicinal
  • Un grand iroko (Milicia excelsa) qui perdure encore depuis des siècles, symbole de la réincarnation du roi Kpassé disparu mystérieusement selon la légende

Patrimoine faunistique[modifier | modifier le code]

La faune comprend notamment des écureuils et des serpents comme le python et la vipère.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Plan d'aménagement et de gestion simplifié de la forêt sacrée de Kpassè, Institut d'application des méthodes de développement (IAMD), Projet d’Intégration des Forêts Sacrées dans le système des Aires Protégées (PIFSAP), , 44 p. (lire en ligne [PDF]), p. 18
  2. Plan d'aménagement et de gestion simplifié de la forêt sacrée de Kpassè, op. cit., p. 20
  3. Arrêté interministériel n° 021/MEHU/MDGLAT/DC/SGM/DGFRN/SA du 16 novembre 2012, portant cadre de gestion communautaire des forêts sacrées fixe les principes et les conditions de protection, de gestion des forêts sacrées.
  4. Plan d'aménagement et de gestion simplifié de la forêt sacrée de Kpassè, op. cit., p. 7
  5. Plan d'aménagement et de gestion simplifié de la forêt sacrée de Kpassè, op. cit., p. 17
  6. David Godonou Houinsa et Adam Sounon Kon'de, Évaluation finale du Projet d’Intégration des Forêts Sacrées au Système des Aires Protégées du Bénin (PIFSAP). Rapport final, décembre 2016, p. 26, [lire en ligne]
  7. « Forêt sacrée de Kpassé Zoun », sur monnuage.fr (consulté le 30 juin 2019)
  8. Christine M., « Les forêts sacrées au Bénin », ONG Shammesh, (consulté le 30 juin 2019)
  9. Plan d'aménagement et de gestion simplifié de la forêt sacrée de Kpassè, op. cit., p. 21
  10. Plan d'aménagement et de gestion simplifié de la forêt sacrée de Kpassè, op. cit., p. 24

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Juhé-Beaulaton et Bernard Roussel, « Les sites religieux vodun : des patrimoines en permanente évolution  », dans Marie-Christine Cormier-Salem, Dominique Juhé-Beaulaton, Jean Boutrais et Bernard Roussel (dir.), Patrimonialiser la nature tropicale. Dynamiques locales, enjeux internationaux, Paris, IRD, (lire en ligne), p. 415-438
  • Dominique Juhé-Beaulaton (dir.), Forêts sacrées et sanctuaires boisés. Des créations culturelles et biologiques (Burkina Faso, Togo, Bénin), Paris, Karthala, , 280 p. (lire en ligne)
  • Plan d'aménagement et de gestion simplifié de la forêt sacrée de Kpassè, Institut d'application des méthodes de développement (IAMD), Projet d’Intégration des Forêts Sacrées dans le système des Aires Protégées (PIFSAP), , 44 p. (lire en ligne [PDF])
  • Potentiel en diversité biologique de 19 forêts sacrées des départements de l’Atlantique, Littoral, Mono, Couffo, Zou, Collines, Alibori et du Borgou au Bénin, Cotonou, PIFSAP, , 163 p.
  • N. Sokpon, A. Ametepe et V. Akpo, « Forêts sacrées et conservation de la biodiversité au Bénin : 1. cas du pays Adja au Sud-Ouest du Bénin  », Annales des sciences agronomiques du Bénin, Cotonou, Université Nationale du Bénin,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :