Forêt de Villecartier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forêt de Villecartier
L'étang de Villecartier et son port miniature au sein de la forêt.
L'étang de Villecartier et son port miniature au sein de la forêt.
Localisation
Coordonnées 48° 28′ 26″ nord, 1° 33′ 29″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Géographie
Superficie 978 ha

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

(Voir situation sur carte : Ille-et-Vilaine)
Forêt de Villecartier

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Forêt de Villecartier

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Forêt de Villecartier

La forêt de Villecartier est une forêt domaniale située en Ille-et-Vilaine sur la commune de Bazouges-la-Pérouse. La forêt est constituée en grande partie de hêtres et de chênes. Elle compte 127 parcelles pour une surface totale de 978,56 ha.

Histoire[modifier | modifier le code]

Autrefois dans la forêt de Bazouges-la-Pérouse habitaient plusieurs sortes d'artisans : des charbonniers, des sabotiers, des fagotiers, ainsi que des scieurs. Quelques monuments rappellent cette époque.

La loge des sabotiers

Cette hutte de bois est une reconstitution de l’habitat traditionnel des ouvriers sabotiers qui ont vécu et travaillé en forêt de Villecartier. Cette population, de 400 habitants lors du recensement de 1840, a occupé une place importante dans l’histoire de Bazouges-la-Pérouse.

Le sabotier s’installait avec sa famille sur une coupe de bois et l’exploitait jusqu’à épuisement (18 mois à 2 ans). La loge était ensuite démontée et reconstruite sur une nouvelle coupe. Cette opération, qui prenait environ huit jours, était réalisée par un bûcheron[1].

Auge des sabotiers

Cette auge de bonnes dimensions et taillée dans la masse par les sabotiers nous rappelle que jusqu’au siècle dernier la forêt de Villecartier était peuplée de sabotiers. Elle servait à tremper des outils et aussi à abreuver les animaux domestiques[2].

Borne milliaire

Plusieurs voies romaines sillonnaient la région. Les bornes milliaires étaient placées au bord des voies tous les mille pas et guidaient les voyageurs. Une de ces bornes, d’un mètre cinquante de haut environ, se dresse en forêt de Villecartier, au centre d’un carrefour en étoile où convergent sept anciens chemins. L’un d’entre eux, appelé le Chemin montois était emprunté par les pèlerins du Moyen âge qui se rendaient au Mont-Saint-Michel[3].

Croix de Montauger

Cette croix de granit de 1625 de style simple et très élancée de 6 m de haut est composée d’un fût octogonal et d’un soubassement gravé : « Croix érigée par la famille Le Gallais et relevée au siècle dernier ». Elle est dédiée à la mémoire de l’écuyer Estienne Le Gallay, sieur de Challonge, lieutenant des Eaux et Forêts, tué en ce lieu par deux charbonniers. Cette croix est l’une des 130 croix présentes sur la commune[4].

Oratoire de Saint-Mathurin

Les ducs de Bretagne, propriétaires de la forêt, édifièrent à cet endroit un pavillon de chasse et la chapelle Saint-Nicolas, afin d’y faire leurs dévotions pendant les périodes de chasse à courre. Aujourd’hui, cette chapelle n’existe plus. Avec ses ruines a été édifié en 1692, l’oratoire que l’on peut toujours admirer dans le nord de la forêt. Il abrite la statue en bois de Saint Mathurin. Une superstition était attachée à cette statue. Les filles à marier venaient planter une épingle dans les pieds du Saint pour le supplier de leur trouver un mari. Si après avoir accompli le rituel, elles entendaient la fauvette au-dessus de la fontaine, alors leur prière était exaucée dans l’année. En période de sécheresse, on venait également voir le saint pour qu’il fasse tomber la pluie. L’original de la statue ayant été volée, des artistes locaux sculptèrent au XXe, d’après des photographies anciennes, l’actuelle statue[5].

Colonne des chouans

En forêt, cette colonne édifiée en 1826, rappelle qu’en ces lieux, Henri Baude de la Vieuville, officier chouan, fut fusillé le lundi de Pâques 1796. Le même jour, le vicomte Bernardin de Sérent tombait lui aussi, au village des Loges, sous les coups des républicains[6].

Croix Sainte-Anne

Jean Lelièvre, Prieur de Bazouges édifia à cet emplacement une chapelle en 1662. Elle fut abattue par ordre de la Maîtrise des Eaux et Forêts (1665). Elle fut remplacée par cette croix érigée en 1869 rappelant le souvenir de Sainte Anne qui se manifesta en ce lieu par plusieurs miracles[7].

Arbres remarquables[modifier | modifier le code]

  • Chêne des Pétils

Chêne rouvre remarquable, âgé de 250 ans, d’une circonférence de 4,75 m, mesurant 25 mètres de haut[8].

  • Hêtre royal

Hêtre remarquable, le hêtre royal a un tronc de 3,65 m de circonférence de 30 mètres de haut, et est âgé d'environ 200 ans[9].

  • Fayard de la Mothe-Bertier

Le fayard de la Mothe-Bertier âgé de plus de 150 ans et d’une circonférence de 2,5 m mesure plus de 35 m de haut[10]

Notes et références[modifier | modifier le code]