Forêt-noire (gâteau)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forêt Noire.
image illustrant la cuisine <adjF>
Cet article est une ébauche concernant la cuisine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Gâteau Forêt-noire
Image illustrative de l'article Forêt-noire (gâteau)

Lieu d’origine Rhénanie-du-Nord-Westphalie
Créateur Josef Keller
Date 1915
Place dans le service Dessert
Température de service Frais
Ingrédients - Farine
- Cacao
- Levure chimique
- Sucre
- Œuf
- Cerise au marasquin
- Kirsch
- Crème chantilly
- crème fraiche 30%
- fécule de maïs
- copeaux de chocolat
- sucre glace
- mascarpone

La forêt-noire, en allemand Schwarzwälder Kirschtorte, littéralement « gâteau à la cerise de la Forêt-Noire », est un gâteau monté à partir de génoise au cacao, parfumée au kirsch, et fourrée de cerises au sirop et de crème chantilly. Elle est recouverte de crème chantilly et décorée de copeaux de chocolat.

Histoire[modifier | modifier le code]

Si les desserts à base de cerises et de crème sont très anciens en Forêt-Noire, la version moderne du gâteau date de 1915 quand le pâtissier Josef Keller de Bad Godesberg la prépara pour la première fois.

Le costume traditionnel des habitants de la Forêt-Noire se compose de noir, rouge et blanc, couleurs que l'on retrouve dans le gâteau: cerises rouges, chantilly blanche et génoise au cacao noire.

Il est toutefois incertain si le nom du gâteau se rapporte vraiment à ce costume traditionnel, appelé Bollenhut. D’autres théories existent quant à son origine.

• Les copeaux de chocolat noir qui décorent le gâteau lui auraient donné son nom car ils font penser à une forêt sombre comme la Forêt-Noire.

• Le nom pourrait faire référence au kirsch qui entre dans la composition du gâteau et qui est fabriqué essentiellement en Forêt-Noire

• Il existerait une version plus ancienne sous le nom de Schwarzwaldtorte, littéralement « gâteau de la Forêt-Noire ». Cependant, celle-ci ne serait pas originaire de Forêt-Noire, mais de Suisse.

Les premières traces de cette combinaison d’ingrédients remontent probablement au 19ième siècle quand, en Forêt-Noire du sud, on mélangeait cerises, chantilly et kirsch, non pas pour en faire un gâteau, mais un dessert. Des cerises confites étaient servies avec de la crème et, parfois, avec un peu de kirsch. Il est possible que la Schwarzwaldtorte ait été un modèle puisqu’elle était composée d’une génoise, de cerises et de noix, souvent avec de la crème, mais sans kirsch.

Le pâtissier Josef Keller, né à Riedlingen en Souabe (1887-1981), revendique la paternité du gâteau de Forêt-Noire et dit l’avoir créé pour la première fois en 1915 au Café Agner, qui n’existe plus, dans la ville de Bad Godesberg, devenue aujourd’hui un district de la ville de Bonn en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Selon une recette rédigée par Josef Keller en 1927, le gâteau était fait avec une pâte sablée et ne comportait qu’une seule couche, contrairement à la version courante d’aujourd’hui. Les caractéristiques communes étaient le mélange cerises-chantilly-chocolat ainsi que la chantilly aromatisée au kirsch[1]. D’après Udo Rauch, archiviste municipal à Tübingen, c’est plutôt le pâtissier Erwin Hildenbrand, originaire de cette ville, qui aurait « inventé » le gâteau au printemps 1930[2].

C’est en 1934 que le gâteau de Forêt-Noire est mentionné pour la première fois dans un écrit (« 250 Konditorei-Spezialitäten und wie sie entstehen » de J.M. Erich Weber, Radebeul 1934)[3]. Dans la recette, la génoise au cacao est remplacée par une pâte sablée aux noisettes, recouverte d’abord de confiture de cerises, puis d’une couche de noix aromatisée au kirsch et au sucre. Par-dessus, deux couches de crème au beurre et un ensemble fait de chantilly et de cerises (œufs, sucre, lait, gélatine, crème, amandes, cerises cuites). La couche finale était composée à nouveau de noix. Comme aujourd’hui, la surface légèrement voûtée était faite de crème chantilly et de copeaux de chocolat, saupoudrée de sucre glace. Dans les années 1930, le gâteau était connu surtout à Berlin et dans les pâtisseries des grandes villes allemandes, autrichiennes et suisses. Avant cette date, les gâteaux à la crème étaient peu répandus car il n’existait qu’un nombre limité de réfrigérateurs électriques pour les conserver. De ce fait, en 1949, le gâteau de Forêt-Noire n’occupait que la 13e place des 15 gâteaux les plus connus en Allemagne.

À partir de là, son ascension a été fulgurante. Il est aujourd’hui le gâteau préféré des Allemands et un emblème de la pâtisserie allemande connu dans le monde entier. Toutefois, dans de nombreux pays, certains de ses ingrédients sont remplacés par des produits locaux ou alors il est préparé sans alcool.

Depuis 2006, il existe un festival du gâteau de Forêt-Noire qui a lieu tous les deux ans à Todtnauberg, un quartier de la ville de Todtnau en Forêt-Noire, lors duquel des pâtissiers amateurs et professionnels s’affrontent dans deux catégories d’épreuve avec leurs créations faites maison[4].

Variantes[modifier | modifier le code]

De nombreux fabricants de produits alimentaires utilisent la notion « gâteau de Forêt-Noire » pour divers aliments, comme les gâteaux roulés, les yaourts ou les crèmes glacées. Ils se réfèrent à différentes formes du mélange chocolat-cerises, en abandonnant tout ou partie des autres ingrédients (génoise, crème chantilly, kirsch).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Staatsanzeiger, 8 août 2008, p.28
  2. Communiqué de presse de la ville de Tübingen du 22 janvier 2007
  3. (de) Johannes Martin Erich Weber, 250 Konditorei-Spezialitäten und wie sie entstehen. Der praktische Unterricht in 580 Bildern von Werdegängen aus 24 Fachabteilungen bei kleinster Massenberechnung, Radebeul-Dresden, Weber, , 368 p.
  4. (de) « Schwarzwälder Kirschtortenfestival | Liebenswertes Todtnauberg - Urlaub im Schwarzwald », sur www.todtnauberg.de (consulté le 25 février 2017)