Football Leaks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Football Leaks
Publication Voir et modifier les données sur Wikidata
Éditeurs clés European Investigative Collaborations, Der Spiegel et MediapartVoir et modifier les données sur Wikidata
Objet Évasion fiscaleVoir et modifier les données sur Wikidata
Personnes et entités impliquées Personnalités du monde du football

Les Football Leaks désignent la fuite de plus de 18,6 millions de documents confidentiels, obtenus par Der Spiegel et traités par l'European Investigative Collaborations en collaboration avec plusieurs médias européens, concernant des contrats, des transferts, des commissions et de l'évasion fiscale dans le monde du football. Selon Mediapart, il s'agit de la « plus grande fuite d’informations de l’histoire du sport ». Le traitement des documents s'opère en plusieurs temps : une première partie en novembre 2016 et une deuxième, communément dénommée Football Leaks 2 , en novembre 2018.

Contexte[modifier | modifier le code]

Lancé en 2015 et dirigé par des administrateurs portugais, épaulés par une communauté de bénévoles, le site footballleaks2015.wordpress.com est à l'origine de plusieurs fuites de documents confidentiels, tels que des contrats de footballeurs ou encore les modalités de plusieurs transferts. L'un de ses administrateurs, un dénommé « John », communique au journal allemand Der Spiegel environ 1,9 téraoctet de données (soit environ 18,6 millions de documents) qui seront traitées pendant 7 mois par un groupe de médias européens autour de l'European Investigative Collaborations et divulguées progressivement à partir du 2 décembre 2016[1],[2].

Les différentes thématiques soulevées[modifier | modifier le code]

L'évasion fiscale[modifier | modifier le code]

Jorge Mendes, homme d'affaires portugais et agent sportif très influent dans le monde du football, met en place un système d'évasion fiscale basé sur des sociétés écrans et des comptes offshores, situés notamment en Irlande, aux îles Vierges britanniques, au Panama et en Suisse, et à destination de joueurs et d'entraîneurs de football, principalement portugais[3] mais pas seulement[4].

Personnalités concernées[modifier | modifier le code]

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le , le fisc espagnol déclare qu'il va « réaliser les inspections opportunes » notamment pour Cristiano Ronaldo, qui aurait dissimulé 150 millions d'euros en Suisse, aux îles Vierges britanniques ou encore, dans une moindre mesure, au Luxembourg et cela depuis 2008[9],[10].

De son côté, la société portugaise Gestifute de Jorge Mendes, qui gère la carrière de plusieurs grands footballeurs et entraîneurs, et qui est accusée d'avoir élaboré un système de dissimulation fiscale pour ses clients (notamment avec l'aide de fiscalistes comme l'Espagnol Julio Senn[10]), nie les accusations dont elle fait l'objet, et publie sur son site web des communiqués accompagnés de documents administratifs pour défendre Cristiano Ronaldo et José Mourinho[11].

Les contrats de footballeurs[modifier | modifier le code]

Des clauses particulières[modifier | modifier le code]

Le droit à l'image[modifier | modifier le code]

Les transferts[modifier | modifier le code]

Les agents[modifier | modifier le code]

Football Leaks 2[modifier | modifier le code]

Le 2 novembre 2018, une nouvelle enquête concernant les Football Leaks est publiée[12]. Elle vise à mettre en évidence notamment les relations entre les grands clubs et l'UEFA, alors dirigée par Michel Platini et Gianni Infantino[13], tant sur des problématiques de lutte d'influence autour de la Ligue des Champions[14] que de tentatives de contournement des règles du fair-play financier.

Le joueur Sergio Ramos est par ailleurs accusé de dopage, ce qu'il nie[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ce que l’on sait des « Football Leaks » », sur lemonde.fr, (consulté le 4 décembre 2016)
  2. « EIC, "John" et film d'espionnage : les dessous de l'incroyable enquête des Football Leaks », sur eurosport.fr, (consulté le 4 décembre 2016)
  3. Renaud Février avec AFP, « Ronaldo, Mourinho… Des journalistes dévoilent un vaste scandale financier sur le football » sur L'Obs, 2 décembre 2016
  4. « Football Leaks : La France «n'est pas exclue» », sur lequipe.fr, (consulté le 4 décembre 2016)
  5. « 150 millions dans les paradis fiscaux pour Cristiano Ronaldo ? », sur ledauphine.com, (consulté le 4 décembre 2016)
  6. « Mesut Özil a subi un redressement fiscal de 2 millions d'euros, selon Football Leaks », sur lequipe.fr, (consulté le 4 décembre 2016)
  7. « L'entreprise de Paul Pogba est basée dans un paradis fiscal », sur AMP, (consulté le 9 décembre 2016)
  8. « Football Leaks : Angel Di Maria "a toute la confiance du Paris SG", assure Emery », eurosport.fr, 10 décembre 2016.
  9. AFP, « Le fisc espagnol examinera le cas de Ronaldo, accusé d'évasion fiscale », sur lapresse.ca, (consulté le 5 décembre 2016)
  10. a et b David Marques, « Football Leaks : CR7 et son compte à la BIL », sur lequotidien.lu, (consulté le 5 décembre 2016)
  11. « «Cristiano Ronaldo et José Mourinho respectent leurs obligations fiscales», selon Gestifute, la société de Jorge Mendes », sur lequipe.fr, (consulté le 5 décembre 2016)
  12. Yann Philippin et Donatien Huet, « Dopage financier: Platini et Infantino ont couvert la fraude du PSG », sur www.mediapart.fr, Médiapart, (consulté le 3 novembre 2018).
  13. A. C., « Football Leaks 2 : quand Platini et Infantino couvrent le "dopage financier" du PSG », sur ledauphine.com, Le Dauphiné Libéré, (consulté le 2 novembre 2018).
  14. Y. So., « Football Leaks - Barça, Bayern, Real Madrid, Juventus : comment les plus gros clubs européens font pression sur l'UEFA », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 3 novembre 2018).
  15. « Football Leaks: Sergio Ramos se défend après les soupçons de dopage », lesoir.be, 25 novembre 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

[1]