Aller au contenu

Fontaine du marché des Blancs-Manteaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 2 juin 2018 à 13:56 et modifiée en dernier par Herr Satz (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.
Fontaine du marché des Blancs-Manteaux
Présentation
Destination initiale
adduction d'eau
embellissement
Architecte
Construction
1819
Propriétaire
ville de Paris
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris

La fontaine du marché des Blancs-Manteaux est située au 8 rue des Hospitalières-Saint-Gervais, dans le 4e arrondissement de Paris.

Historique

En 1813, l'empereur Napoléon ordonne la création d'un marché dans l'emplacement de l'ancien hospice Saint Gervais situé rue Vieille-du-Temple, en face de celle des Blancs-Manteaux. Cet emplacement qui appartient aux hospices sera acheté par la ville de Paris.

Pour des raisons d'hygiène, la boucherie est installée dans une halle séparée, édifiée de l'autre côté de la rue des Hospitalières-Saint-Gervais, elle est inaugurée le 5 juin 1823. La façade de cette halle de la boucherie est décorée de deux fontaines dont l'eau se déverse dans des bassins, par deux têtes de taureaux en bronze de style assyrien antique, dues au sculpteur Edmée Gaulle[1]. Aujourd'hui le pavillon fut transformé en école communale après la fermeture du marché en 1910. Les têtes de bovidés sont conservés à titre purement décoratif.

Description

Les vestiges de l'ancienne fontaine du Marché des Blancs-Monteaux sont constitués des deux têtes de bœufs en bronze ornées pour le sacrifice, réalisées en 1819 par Edmée Gaulle. Les deux fontaines sont composées d'une table saillante en forme de stèle, surmontée d'un petit fronton triangulaire. Les têtes de bœufs ont les cornes et joues décorées de fruits et de pendentifs. L'eau s’échappait à l'époque du mufle des têtes de bœuf, situées dans le tympan des frontons, en s'écoulant dans les deux bassins aujourd'hui disparus.

Galerie

Notes et références

  1. Levadé 2006, p. 133.

Annexes

Bibliographie

  • Marie-Hélène Levadé (photogr. Hughes Marcouyeau), Les Fontaines de Paris : L'eau pour le plaisir, Paris et Bruxelles, Éditions Chapitre Douze, , 592 p. (ISBN 978-2-915345-05-6)

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes