Fontaine du Fellah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fontaine du Fellah
Fontaine du Fellah.jpg

La fontaine.

Présentation
Destination initiale
Fontaine
Destination actuelle
Fontaine
Style
Éclectisme égyptien (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Créateurs
Construction
1806
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Arrondissement
Adresse
Coordonnées

La fontaine du Fellah est une fontaine située au no 42 de la rue de Sèvres dans le 7e arrondissement de Paris, juste à côté de l'entrée du métro Vaneau. C'est un bel exemple du style néo-égyptien, en vogue en France après la campagne d'Égypte de Bonaparte. Son nom évoque le fellah égyptien, mais la statue représenterait plutôt Antinoüs, le favori de l'empereur Hadrien, elle est très visiblement inspirée de la statue antique découverte en 1739 dans la fastueuse villa de l'empereur, près de Tivoli, et conservée au musée du Vatican.

Historique[modifier | modifier le code]

La statue d'Antinoüs en Osiris, découverte dans la Villa Hadriana.

Elle est édifiée en 1806, et, tout comme la fontaine de Mars, ses plans sont de l'ingénieur François-Jean Bralle et les décors sculptés réalisés par Pierre-Nicolas Beauvalet, un élève d'Augustin Pajou. La statue actuelle est une copie réalisée par Jean-François Gechter de la statue de Beauvalet[1].

La fontaine, sous le nom de « fontaine égyptienne », fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [2].

Description[modifier | modifier le code]

C'est une fontaine en applique sur un mur. Dans une niche, une statue grandeur nature de style égyptien porte à chaque main une amphore d'où s'échappe l'eau. Recueillie dans une vasque semi-circulaire, l'eau s'écoulait ensuite sur le sol dans un puisard à partir d'un mascaron de bronze en tête de lion. Au fronton de l'édicule, un aigle aux ailes déployées rappelle l'Empire. Depuis 2005, la fontaine n'est plus en eaux à cause d'infiltrations constatées dans la station de métro Vaneau. Des travaux étaient annoncés en cours d'année 2006[3], mais six ans plus tard, en 2012, la fontaine était toujours arrêtée.[Passage à actualiser]

Une réplique de la statue à l'échelle 1:1 est visible dans la cour de l'immeuble du 18 bis, rue Henri-Barbusse, où Jean-François Gechter avait son atelier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Hélène Levadé et Hugues Marcouyeau, Les Fontaines de Paris. L'eau pour le plaisir, p.  229.
  2. Notice no PA00088690, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. Le Journal du Septième, no 4, janvier 2006.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Hélène Levadé et Hugues Marcouyeau, Les Fontaines de Paris. L'eau pour le plaisir, Paris, Éditions Chapitre Douze, 2008, 592 p. (ISBN 978-2915345056).
  • Daniel Rabreau, Paris et ses fontaines. De la Renaissance à nos jours, Paris, Délégation à l'action artistique de la ville de Paris, 1997, 318 p. (ISBN 9782905118806).

Sur les autres projets Wikimedia :