Fontaine de Saint-Bieuzy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fontaine de Saint-Bieuzy
Fontaine Bieuzy.JPG
Présentation
Type
Construction
XVIe siècle
Propriétaire
Privée
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Rue de KervenVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Morbihan
voir sur la carte du Morbihan
Red pog.svg

La Fontaine de Saint-Bieuzy est située rue de Kervern, à Bieuzy dans le Morbihan[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Selon la légende, les deux missionnaires gallois et écossais Bieuzy et Gildas le Sage séjournent en 538 dans une grotte située sur les bords du Blavet. Bieuzy se charge plus particulièrement de l'instruction des habitants du pays et devient réputé comme saint guérisseur de la rage appelée « mal de saint Bieuzy ». Selon l'hagiographe Guy Autret de Missirien, saint Bieuzy est l'auteur d'un curieux miracle vers 570 : un valet venu à son office religieux lui demande d'interrompre sa messe pour aller guérir la meute des chiens de son seigneur atteinte de rage mais Bieuzy refuse. Le seigneur du Garo, furieux, vient lui fendre le crâne avec une hache (ou un couteau voire un glaive selon d'autres versions), le coup étant si violent que l’outil y reste planté. Bieuzy aurait fini la messe et trouvé la force de parcourir à pied 80 kilomètres pour se rendre à l’abbaye de Rhuys où il meurt sous la bénédiction de son maître saint Gildas[2]. Au cours de son trajet jusqu'à l'abbaye, Bieuzy aurait passé une nuit à Bieuzy-Lanvaux (ancienne trève de Pluvigner) avec la hache toujours enfoncée dans le crâne. La fontaine de Bieuzy-Lanvaux est depuis cet événement sous la protection du saint guérisseur de la rage et des migraines. La source de la fontaine de Saint-Bieuzy, par analogie, guérirait de la rage les chiens qui viennent d'être mordus et aussi de la rage de dent des hommes, à condition que ces derniers fassent trois fois le tour de l'édicule la bouche pleine d'eau[3].

La fontaine fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Architecture[modifier | modifier le code]

La fontaine, protégée par un enclos dallé avec entrée au sud bordée de piliers, est un édicule de type à pignon et de style gothique flamboyant construit au milieu du XVIe siècle pour les Rimaison dont le blason figure sur la base du fleuron et sur la base de la niche. Cet édicule en pierre de taille abrite une niche ornée d'une coquille Saint-Jacques qui abritait la statue du saint disparue depuis 1974, tout comme les statuettes qui surmontaient les colonnettes d'angle. L'ouverture est encadrée par une archivolte et est coiffée par un arc à cintre surbaissé sous accolade ornée de choux, de crochets reposant sur des masques humains et amortie par un fleuron aujourd'hui disparu. Les rampants du fronton portent des crosses sculptées. À l'extérieur au sud se trouvent un lavoir et trois petites auges destinées à abreuver les animaux[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fontaine de Saint-Bieuzy », notice no PA00091036, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Alain Dag'Naud, Lieux insolites et secrets de toutes les Bretagne, Éditions Jean-paul Gisserot, (lire en ligne), p. 24
  3. Albert Poulain, Bernard Rio, Fontaines de Bretagne. Histoire, légendes, magie, médecine, religion, architecture, Yoran Embanner, , p. 31
  4. Joseph Danigo, Églises et chapelles du pays de Baud, Cahiers de l'Umivem, , p. 48

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]