Fontaine de Charonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trogneux.
Fontaine de Charonne
Fontaine Trogneux.jpg

Vue d'ensemble

Présentation
Type
Style
Architecte
probablement Jean Beausire[1]
Construction
construction entre 1719 et 1724
remontage entre 1806 et 1810
restauration en 1963
Destination initiale
adduction d'eau du faubourg Saint-Antoine
Destination actuelle
Propriétaire
Statut patrimonial
Bâtiment protégé par le PLU parisien (d)
Classé MH ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Situation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

La fontaine de Charonne, aussi appelée fontaine Trogneux, est une fontaine située à l'angle de la rue du Faubourg-Saint-Antoine et de la rue de Charonne dans le 11e arrondissement de Paris. La fontaine fait l'objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [2].

Historique[modifier | modifier le code]

Cette fontaine fait partie d'un plan de construction institué par une ordonnance de Louis XV et portant sur cinq fontaines pour le quartier Saint-Antoine. Seules restent en place aujourd'hui la fontaine Trogneux et la fontaine de la Petite-Halle. Ces constructions étaient confiées à Jean Beausire, Maître général, contrôleur et inspecteur des bâtiments de la ville de Paris. La fontaine Trogneux est construite de 1719 à 1721. Elle fut ensuite restaurée sous le Premier Empire.

Elle était alimentée par la pompe Notre-Dame puis par la pompe à feu de Chaillot. Elle devrait son nom de « Trogneux » à un brasseur du quartier[3].

Description[modifier | modifier le code]

Un des deux mascarons en tête de lion

La fontaine est construite dans l'alignement des immeubles, en coin de rue, sous la forme d'une imposante façade à pilastres et moulures d'une douzaine de mètres de hauteur surmontée d'un fronton triangulaire dans un pur style Louis XV. La décoration est faite de dauphins, volutes et encadrements moulurés. Près du sol, deux mascarons de bronze à tête de lion sont chargés de cracher l'eau qui s'écoule dans une grille du sol.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Georges Poisson, Histoire de l'architecture à Paris, Paris, Bibliothèque historique de la ville de Paris, Association pour la publication d'une histoire de Paris, , 765 p. (ISBN 2-85962-019-2), p. 189.
  2. Notice no PA00086558, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. Levadé et Marcouyeau, op. cit., p. 313.