Fontafie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fontafie
Fontafie
L'ancienne gare de Fontafie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Saint-Claud
Commune Genouillac,
Nieuil
Code postal 16270
Code commune 16070
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 54″ nord, 0° 32′ 37″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 15.svg
Fontafie

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 15.svg
Fontafie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Fontafie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Fontafie

Fontafie est une agglomération d'origine ouvrière du département de la Charente, dans la région Nouvelle-Aquitaine.

Située à l'est du département non loin de la Charente limousine et de Roumazières-Loubert, elle est à cheval sur les communes de Genouillac et Nieuil, et doit son existence à sa situation routière et ferroviaire entre Angoulême et Limoges et à l'implantation d'une importante tuilerie à la fin du XIXe siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Arrivée sur Fontafie en provenance d'Angoulême par la RCEA sud-ouest, en 2015.

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Fontafie est situé sur la route nationale 141, qui est aussi la route Centre-Europe Atlantique, route de Saintes à Clermont-Ferrand entre Angoulême et Limoges, à 37 km au nord-est d'Angoulême et 3 km au sud-est de Saint-Claud, le chef-lieu de canton.

Fontafie est plus précisément à 4 km à l'ouest de Roumazières-Loubert et 8 km au nord-est de Chasseneuil[1].

Fontafie est aussi le point de départ de l'ancienne route nationale 739 qui allait à Rochefort, renommée en D.739 et qui bifurque de la N.141.

Elle possédait aussi une halte sur la voie ferrée d'Angoulême à Limoges qui passe près de la tuilerie.

La D.86 relie aussi la route nationale au bourg de Genouillac, traverse la voie ferrée et desservait l'usine[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'agglomération de Fontafie est née de son industrie tuilière due aux voies de communication et à la présence d'argile (bassin de Roumazières).

La tuilerie Perrusson[modifier | modifier le code]

En 1880 Jean-Marie Perrusson crée à Fontafie la tuilerie Perrusson, peu après l'arrivée du chemin de fer. En 1900, le patron devient Dominique Audoin, maire de Genouillac, qui laisse la place à son fils Jean en 1937. En 1957, Philippe Audoin reprend la direction.

En 1963, la Grande tuilerie mécanique Perrusson (GTMP) s'associe avec les Grandes tuileries et briqueteries (GTB, de Guy Rohmer) à Loubert et devient d'abord la Sodima, puis la Céramique du Midi Perrusson-Rohmer (CMPR) en 1968. La production en 1972 était de 600 000 tonnes[3].

En 1988 la production est transférée à l'unité de Loubert et l'usine de Fontafie est fermée[4].

Économie[modifier | modifier le code]

  • Un élevage de visons, situé à Beauregard depuis les années 1980. La société actuelle Visons de Beauregard (SARL) est née en 1995, et comptait onze employés en 2007[5].
  • Une usine de fabrication d'agglomérés en béton, située en face de l'ancienne tuilerie[6].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire est située entre Fontafie et Genouillac. Elle comporte cinq classes et accueille les enfants de la maternelle au CM2. Le secteur du collège est Roumazières-Loubert[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Tuilerie CMPR de Fontafie », notice no IA00066279, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Catillus Carol, « Fontafie, terre d'histoire et d'argile », (consulté le 28 février 2013)
  5. La Charente Libre
  6. « Usine Fontafie Béton », notice no IA00066280, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 28 février 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]