Fondue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fondue
Image illustrative de l’article Fondue
Fondue moitié-moitié.

Lieu d’origine Drapeau de la Suisse Suisse[1],[2]
Place dans le service Plat principal
Ingrédients Fromage, vin blanc, ail, souvent du kirsch

Une fondue est une spécialité culinaire suisse consistant à plonger des aliments dans un récipient de liquide chaud[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La plus ancienne recette connue de la forme moderne de la fondue au fromage provient d'un livre publié en 1699 à Zurich, sous le nom de Käss mit Wein zu kochen (« cuire le fromage avec du vin »)[4], où il est question de faire fondre du fromage râpé ou coupé avec du vin et d'y tremper du pain.

Toutefois, jusqu'à la fin du XIXe siècle, le nom de « fondue au fromage » désignait un plat composé d'œufs et de fromage, comme dans la Fonduë de Fromage, aux Truffes Fraiches de Vincent La Chapelle en 1735[5],[6] ; il s'agissait d'un plat intermédiaire entre les œufs brouillés au fromage et le soufflé au fromage[7]. Brillat-Savarin écrit en 1825 que ce n'est « rien d'autre que des œufs brouillés au fromage[8] ». Les variantes incluent la crème (« à la genevoise ») et les truffes (« à la piémontaise ») en plus des œufs, ainsi que ce qu'on appelle aujourd'hui la raclette (« fondue valaisanne »)[9].

La première recette connue de la fondue au fromage moderne sous ce nom, avec du fromage et du vin mais sans œufs, a été publiée en 1875, et était déjà présentée comme un plat national suisse[10]. Malgré ses associations modernes avec la vie rustique en montagne, il s'agissait d'un plat de citadin des plaines de la Suisse romande : le fromage riche comme le gruyère était un article d'exportation précieux que les paysans ne pouvaient pas se permettre de manger[11],[12].

Avec l'introduction de l'amidon de maïs en Suisse en 1905, il est devenu plus facile de faire une émulsion lisse et stable du vin et du fromage, ce qui a probablement contribué au succès de la fondue[13].

La fondue a été popularisée en tant que plat national suisse par l'Union suisse du fromage (Schweizerische Käseunion) dans les années 1930 afin d'augmenter la consommation de fromage. L'Union suisse des fromages a également créé des recettes pseudo-régionales dans le cadre de la « défense spirituelle de la Suisse »[14],[15]. Après la fin du rationnement de la Seconde Guerre mondiale, l'Union suisse des fromages a poursuivi sa campagne de marketing en envoyant des ensembles à fondue aux régiments militaires et aux organisateurs d'événements dans toute la Suisse. La fondue est désormais un symbole de l'unité suisse[16].

Entre-temps, la fondue continue à faire l'objet d'une promotion agressive en Suisse, avec des slogans comme « La fondue crée la bonne humeur » et (1981, en suisse allemand : Fondue isch guet und git e gueti Luune), abrégé en figugegl[16].

La fondue a été présentée aux Américains dans le restaurant alpin du pavillon suisse au New York World's Fair en 1964[17]. L'extension du nom « fondue » à d'autres plats servis dans un chaudron commun date des années 1950 à New York. Konrad Egli, un restaurateur suisse, a introduit la fondue bourguignonne dans son restaurant Chalet Suisse en 1956. Au milieu des années 1960, il a inventé la fondue au chocolat dans le cadre d'une promotion pour le chocolat Toblerone[18]. Une sorte de mousse au chocolat ou de gâteau au chocolat avait aussi parfois été appelée « fondue au chocolat » à partir des années 1930[19].

Préparation[modifier | modifier le code]

Un service à fondue au fromage complet en Suisse. En plus des morceaux de pain à tremper dans le fromage fondu, il y a des accompagnements de kirsch, d'ail cru, de cornichons, d'oignons et d'olives.

La fondue au fromage consiste en un mélange de fromages, de vin et d'assaisonnement, bien qu'il existe de nombreuses variantes, comme l'utilisation de bière plutôt que de vin[20]. Traditionnellement, le caquelon est frotté avec une gousse d'ail coupée, le vin blanc est ajouté et chauffé avec de la fécule de maïs, puis le fromage râpé est ajouté et remué doucement jusqu'à ce qu'il soit fondu, bien qu'en pratique tous les ingrédients puissent être combinés et chauffés ensemble en même temps. On ajoute souvent un peu de kirsch. La fondue est très facile à préparer, même en grande quantité[21], mais il existe encore de nombreux mythes autour de sa préparation réussie. Par exemple, les femmes en période de menstruation sont censées se tenir à l'écart de sa préparation sous peine de « tourner la fondue[22] ». La fécule de maïs ou autre amidon stabilise et épaissit le mélange. On peut ajouter du vin si la fondue est trop épaisse ; son acide et son éthanol diminuent la viscosité de la fondue. Une fondue peut cailler si les protéines se séparent de la graisse, ce qui est généralement le résultat d'un manque de liquide dans le mélange et d'un mélange insuffisamment acide, c'est pourquoi on ajoute parfois du jus de citron[23].

Composition traditionnelle d'après la géographie[modifier | modifier le code]

En Suisse on dénombre parmi les recettes originales de fondue un mélange vacherin et gruyère pour le canton de Fribourg, un mélange Sbrinz, Gruyère et Emmental pour la Suisse centrale, un mélange Gruyère et Appenzeller pour le canton de Glaris et un mélange Tilsit et Appenzeller pour la Suisse orientale[24].

Différents types[modifier | modifier le code]

Fondues au fromage[modifier | modifier le code]

Dans une fondue au fromage on trempe des morceaux de pain ou de légumes dans du fromage fondu. Il en existe plusieurs variantes :

Fondues à la viande ou au poisson[modifier | modifier le code]

Dans une fondue à la viande on trempe des morceaux de viande dans un liquide chaud. Il en existe plusieurs variantes :

  • la fondue bourguignonne, morceaux de viande de bœuf cuits dans de l’huile bouillante ;
  • la fondue bressane ou fondue paysanne, morceaux de viande de dinde trempés dans du jaune d'œuf puis dans la panure pour enfin cuire le morceau dans un bouillon d'huile ;
  • la fondue chinoise, fines tranches de bœuf et légumes cuits dans un bouillon :
  • la fondue japonaise ou sukiyaki, morceaux de viande de bœuf cuits avec des légumes ;
  • la fondue mongole, fondue chinoise en y ajoutant des poissons et des fruits de mer ;
  • la fondue sichuannaise, fondue chinoise à la sauce rouge de piments ;
  • la fondue vigneronne, morceaux de viande de bœuf et/ou de volaille cuits dans du vin blanc et des épices ;
  • la fondue au vin rouge ou fondue Bacchus, morceaux de viande de bœuf cuits dans du vin rouge avec des légumes.

Fondue au chocolat[modifier | modifier le code]

  • La fondue au chocolat consiste à tremper des morceaux de fruits ou de gâteau dans du chocolat fondu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fondue », sur collinsdictionary.com (consulté le ).
  2. « brief history of cheese fondue », sur theculturetrip.com (consulté le ).
  3. « Fondue », sur linternaute.fr, L'Internaute (consulté le ).
  4. Cité dans Kochbuch der Anna Margaretha Gessner (1699) par Albert Hauser, dans Vom Essen und Trinken im alten Zürich et par Isabelle Raboud-Schüle dans Comment la fondue vint aux Suisses, Annales fribourgeoises 72:101–112 (2010).
  5. Trésor de la langue française, « Fondue ».
  6. « Fondre section étymologie section B.3.a ».
  7. Prosper Montagne, Larousse Gastronomique, (lire en ligne), p. 483.
  8. Jean Anthelme Brillat-Savarin, Physiologie du goût, (lire en ligne), Ce n'est autre chose que des œufs brouillés au fromage.
  9. Joseph Favre, Dictionnaire universel de Cuisine, Paris, .
  10. Louis Favre, L'habitation--​le vêtement--​les aliments. Manuel d'économie domestique à l'usage des écoles secondaires et primaires supérieures, Neuchâtel, .
  11. Fabian Muhieddine, La fondue: un coup marketing de 1930! (lire en ligne).
  12. Raboud-Schüle 2010, p. 4-5.
  13. Raboud-Schüle 2010, p. 5.
  14. Isabelle Raboud-Schüle, « History of Cheese Fondue » (consulté le ).
  15. (en) National Public Radio, « The Fondue Conspiracy », sur Planet Money 575, .
  16. a et b Raboud-Schüle 2010, p. 7.
  17. (en) Lawrence R. Samuel, End of the Innocence: The 1964-1965 New York World's Fair, p. 153.
  18. (en) Sylvia Lovegren, Fashionable Food: Seven Decades of Food Fads, p. 240-242.
  19. (en) Barry Popik, The Big Apple (lire en ligne).
  20. (de-CH) German, « Bierfondue », sur swissmilk.ch.
  21. Protection civile suisse, « Recettes de cuisine », sur protection-civile.ch, .
  22. « Ceci est du sang simplement », sur La Gruyère.
  23. (en) Pascal Bertsch, Laura Savorani et Peter Fischer, Rheology of Swiss Cheese Fondue, vol. 4, , 1103–1109 p. (PMID 31459386, PMCID 6648832, DOI 10.1021/acsomega.8b02424).
  24. Tribune de Genève, La Suisse, fondue de fromage, 31 octobre 2022, la rédaction.
  25. « Fondue valdôtaine », sur fontina-valledaosta.it, Coopérative des producteurs de Fontine (consulté le ).
  26. « Fondue valdôtaine », sur marieclaire.fr (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Isabelle Raboud-Schüle, Comment la fondue vint aux Suisses, Annales fribourgeoises 72:101-112, (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Fondue.