Fonds français Muskoka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Fonds français Muskoka[1] a pour objectif de réduire la mortalité maternelle[2],[3], néonatale et infantile et d'accélérer l'atteinte des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) 4 et 5.

Historique[modifier | modifier le code]

À travers le Fonds français Muskoka, créé à la suite du sommet du G8 tenu à Muskoka au Canada en 2010, la France s'est engagée à fournir une contribution complémentaire totale de 500 millions d'euros jusqu'en 2015, en faveur de la santé des femmes et des enfants, et de la promotion des droits sexuels et reproductifs.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le Fonds français Muskoka est mis en œuvre par l’Agence française de développement (AFD) et par quatre organismes des Nations unies - l'Organisation mondiale de la Santé[4], Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF)[5], Le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA)[6] et ONU Femmes[7].

95 millions d'euros sont investis à travers les quatre organisations onusiennes[8],[9], qui sont actives dans le cadre du Fonds français Muskoka, dans dix pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée, Mali, Niger, République démocratique du Congo, Sénégal[10], Tchad, Togo) et à Haïti.

Ces quatre agences de l'ONU mettent en œuvre sur le terrain des interventions stratégiques[11] dites à haut impact dans quatre domaines :

  • Santé sexuelle et de la reproduction des jeunes et adolescents

Une évaluation conjointe des interventions du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International et de l’Agence Française de Développement en matière de santé maternelle et infantile pour mettre en œuvre les engagements pris par la France à Muskoka a été effectuée en Avril 2015.

Références[modifier | modifier le code]