Fondremand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fondremand
Fondremand
Château de Fondremand.
Blason de Fondremand
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Intercommunalité Communauté de communes du Pays riolais
Maire
Mandat
Jean-Charles Hanriot
2020-2026
Code postal 70190
Code commune 70239
Démographie
Population
municipale
201 hab. (2019 en augmentation de 9,24 % par rapport à 2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 32″ nord, 6° 01′ 38″ est
Altitude Min. 254 m
Max. 431 m
Superficie 16,43 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Rioz
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Fondremand
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Fondremand
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fondremand
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fondremand

Fondremand est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Elle bénéficie du label de Cité de Caractère de Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le site de Fondremand est caractérisé à la fois par un rocher en rebord de plateau et la source de la Romaine.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la D 5 qui relie Champlitte à Moncey en passant par Rioz ; ainsi que par la D 33.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fondremand est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 312 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (66 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (65,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (66 %), zones agricoles hétérogènes (23,9 %), terres arables (7,1 %), prairies (3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes du Pays riolais.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Rioz[8]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton s'accroît et passe de 27 à 52 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Pays riolais, créée le .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995[9] 2014 Bernard Jacquin    
2014[9] En cours
(au 26 octobre 2015)
Jean-Charles Hanriot    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Gentilé : Romanifontains, Romanifontaines. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2019, la commune comptait 201 habitants[Note 3], en augmentation de 9,24 % par rapport à 2013 (Haute-Saône : −1,52 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
611579631563610616646594563
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
426431439415385371323294262
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
282266266208196190170163132
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
138129132135153161193196174
2014 2019 - - - - - - -
186201-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évènements[modifier | modifier le code]

En juillet (autour du 14), les journées artisanales et artistiques sont reconnues comme l'une des plus grosses manifestations d'artisanat d'arts de la région[13]. De même, le feu d'artifice de Fondremand rassemble environ 7 000 personnes. Il est reconnu comme l'un des plus beaux du département voire de la région, comparable à celui de Besançon, capitale régionale[réf. nécessaire].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Fondremand fait partie des Cités de Caractère de Bourgogne-Franche-Comté et des sites inscrits de la Haute-Saône par la DREAL[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Fondremand Blason
Parti: au 1er de gueules à la bande d'argent, au 2e de sable à trois branchettes d'éperon d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amédée Richardet, Monographie de Fondremand, Grasse : imprimerie Louis Carestia, 1942, 202 p.
  • Jean Richardet, Contribution à l'histoire de Fondremand, s.l., 1975, 67 p. Tapuscrit (1ère partie : Les origines et l'histoire des seigneurs et du fief de Fondremand ; 2ème partie : Ce que l'on sait des habitants de Fondremand ; 3ème partie : Ce que l'on sait du vieux Fondremand ; Annexes : plan de Fondremand, listes des seigneurs et des curés de Fondremand).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Besançon », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. a et b « Premier mandat pour Jean-Claude Hanriot », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Après 3 mandats et 19 ans passés au service de la commune et de ses administrés, Bernard Jacquin a procédé pour la dernière fois à l’ouverture de la séance du conseil municipal de vendredi dernier qui allait installer la nouvelle municipalité ».
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  13. « Fondremand : les 39e journées artisanales sont ouvertes : Plus de 50 artisans des arts et des saveurs ont trouvé refuge dans les granges et les dépendances mis à disposition par les habitants du village. La cour du château et le donjon du XIe siècle sont exceptionnellement ouvert au public pour ce rendez-vous, 39e du nom, qui se prolonge jusqu'à mardi soir. », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  14. http://www.donnees.franche-comte.developpement-durable.gouv.fr/infos_geo/fiches_cartes/sites/SIT00176.HTM
  15. « Le château », notice no PA00102163, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Moulin à huile, puis moulin à farine (battoir), puis ferme, actuellement moulin à huile », notice no IA70000362, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Le moulin dans son jus », L'Est républicaine,‎ (lire en ligne) « Comme le précise Tonio : « Ici, on aime travailler la matière. Les fruits coupés en quartiers sont réduits en compote avec notre meule. Puis ils sont pressés lentement dans nos presses en pierre datant de XVIIe et XIXe siècle. Le contact permanent des fruits avec des matériaux naturels garantit au jus le vrai goût des fruits ».
  18. « Ancienne huilerie », notice no PA70000016, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Des noix dans tous leurs états », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  20. « Le moulin change de mains », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Petit rappel historique de cet édifice qui compte plus de six siècles d’existence liés à la « Chatellerie » de Fondremand (depuis 1201). Ce lieu a subi une destruction de matériel, mécanisme, canal, parce que trop peu productif, le 15 août 1874. Ce symbole féodal et médiéval fait, à retardement, les frais de la Révolution française. Voué volontairement à l’oubli parce que l’on appelle « la sagesse populaire », devenu simple ferme puis entrepôt ».
  21. « L'église », notice no PA00102164, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. https://www.la-haute-saone.com/index.php?IdPage=fondremand
  23. « Les habitants au fond du trou : Un vaste choix de produits dérivés de la noix que les visiteurs pouvaient déguster et acheter », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  24. « Le presbytère », notice no PA70000084, base Mérimée, ministère français de la Culture.