Fonderie Valsuani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fonderie Valsuani
illustration de Fonderie Valsuani

Création 1908
Disparition 2016
Forme juridique SARL
Siège social 72 bis rue de la porte de Paris
78460 Chevreuse
Drapeau de France France
Activité Fonderie de métaux légers
Produits Bronze d'art
Site web airaindorvalsuani.com

La Fonderie Valsuani, ensuite rebaptisée Airaindor Valsuani ou Fonderie de Chevreuse, est une fonderie de bronze d'art française, située à Chevreuse, fermée en 2016.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Histoire de la Fonderie Valsuani commence par l'arrivée de Marcello Valsuani, émigré italien, en France. Son savoir-faire exceptionnel en fonte à la cire perdue et à la technique de la patine à chaud a immédiatement séduit l'un des plus importants fondeurs d'alors, Adrien-Aurélien Hébrard dont il intégra l'atelier en 1902.

Son fils, Claude Valsuani, héritier des techniques familiales, entreprit d’ouvrir sa propre fonderie à Paris en 1908 au 74 de la rue des Plantes. Son esprit novateur et ses amitiés du monde de l’art, à savoir le sculpteur Rembrandt Bugatti, ont permis au jeune fondeur de se forger rapidement une solide réputation d'artisan de qualité pour les sculpteurs contemporains d’alors.

Ses apports techniques tels que la potée à la bouse de vache ou la patine à chaud contribuent à sa notoriété en tant fondeur de bronze de grande qualité. Ami de l’art, « troisième main du sculpteur », Claude Valsuani ne va pas se doter d’une démarche commerciale offensive d’éditions comme nombre des grandes fonderies de l'époque. Il va entre autres choses être le premier à pratiquer la numérotation des pièces en indiquant le justificatif de tirage total, généralement sur dix.

Après la mort de son fondateur en 1923, son fils, Marcel Valsuani, lui succède en 1924. Proche des idéaux de son père, Marcel va continuer d’utiliser le même cachet et participer grandement à la pérennité de la marque «C. Valsuani Cire Perdue».

La récente renommée de François Pompon lui confère une aura internationale et des commandes importantes. Il va faire produire la majorité de ses bronzes animaliers dans les ateliers Valsuani dont le cachet restera lié à l'œuvre du sculpteur.

Marcel fut mobilisé en 1939, la production de la Fonderie va être brusquement interrompue pendant la Seconde Guerre mondiale. À la réouverture, de nombreuses fontes d’artistes contemporains importants tels que Germaine Richier, Maillol ou Cesar.


En 1973, le contremaître historique de la fonderie, Antoine Tamburro, est le premier gérant de l’atelier Valsuani ne portant pas le patronyme. La société va être vendue en 1976 et gérée par Jacques Sokolowsky qui a toujours été proche du milieu de l’édition d’art.

Après un dépôt de bilan en 1980, l’artiste sculpteur Leonardo Benatov, dit Benatov, fils du peintre russo-arménien Leonardo Bounatian Benatov, rachète le cachet et le fond Valsuani et crée la société Airaindor Valsuani. Fort de ses expériences passées, il dessine et bâtit une fonderie aux dimensions hors normes dans la commune de Chevreuse. Entouré par les artisans historiques de la rue des Plantes, le nouveau directeur contribuera grandement à la préservation des techniques d’enrobage et de patine au chalumeau propres au cachet C. Valsuani.


Inspiré par les maîtres fondeurs italiens, Leonardo Benatov n’a eu de cesse de développer sa technique de fonte de sculpture monumentale en un seul jet. Il pense et adapte l’infrastructure de sa fonderie pour lui permettre dans un premier temps de réaliser ses propres œuvres. La réputation de la qualité et le grandiose de ses fontes lui permettra de travailler sur d’importants projets comme le Colosse Nu Debout de Rembrandt Bugatti exposé dans le parc du Musée Olympique de Lausanne, le jardin de sculptures de la ville de Gravelines ou encore le Napoléon III inauguré au Tribunal de Commerce de Paris le .

Pendant près de trente-cinq années, les ateliers évolueront au gré du développement de la fonderie, l’équipe compte jusqu’à trente salariés, crée un pôle agrandissement des sculptures par l’usage de l’imprimante 3D dès les années 1990.

Le monde des fonderies d’art étant confidentiel, ce n’est qu’en janvier 2012 que la fonderie reçoit le label «Entreprise du Patrimoine vivant» des mains de Frédéric Lefebvre et de Valérie Pécresse et Benatov sera décoré deux ans plus tard, par Edith Cresson, Chevalier des Arts et des Lettres pour l’ensemble de sa carrière dans le milieu de la culture.

Le , le tribunal d’Ajaccio déclare la liquidation judiciaire de la fonderie.

Leonardo Benatov faisant la visite de la fonderie aux ministres Valérie Pécresse et Frédéric Lefebvre, 2012

Originalité des pratiques[modifier | modifier le code]

L’enrobage[modifier | modifier le code]

La technique de la fonte à la cire perdue suppose la retranscription d’un modèle en cire, en bronze. L’étape intermédiaire consiste à réaliser une empreinte intérieure et extérieure de la sculpture en cire qui se voit emprisonnée dans une matière réfractaire, c’est l’enrobage.

La technique du noyau à l’italienne et la potée à la bouse de vache que Marcello Valsuani va apporter en France permet un rendu de la sculpture d’une grande finesse. Il va créer un réfractaire naturel à base de couches successives d’un mélange de bouses de vache, de crottin de cheval, de glaise et de sable.

Dans ses recherches, Marcello désirait aboutir à un rendu au plus proche du modèle original de l’artiste. Par ailleurs le réfractaire était poreux et favorisait l’évacuation des gaz lors de la coulée du bronze réduisant ainsi les risques d’implosion de la matrice du modèle et favorisant l’écoulement du métal en fusion dans l’ensemble des motifs de la sculpture.

Si qualitativement cette technique était la plus avancée, elle était également la plus longue à réaliser. C’est pourquoi Claude Valsuani, propriétaire de sa propre fonderie était plus libre que son père dans les choix technique et a été probablement le seul fondeur français à l’utiliser.

Au cours du XXe siècle la bouse de vache a été abandonnée au profit du plâtre, moins onéreux et dont la prise est plus rapide. Dans ses recherches de fontes monumentales, Leonardo Benatov a fait face à la contrainte de la forte pression qu’exerce le bronze sur le réfractaire lors de la coulée. Il a développé une technique d’enrobage lui permettant de verser sans risque de perte du modèle plus d’une tonne de bronze. Cette technique lui permettait de minimiser l’intervention sur le bronze brute en limitant le nombre d’éléments à assembler par soudures.

La patine à chaud[modifier | modifier le code]

Le développement des techniques de patines du bronze à travers les siècles est un témoin de l’évolution scientifique et des avancées technologique de l’humain. Peintes ou émaillées, incrustées de pierres fines ou encore doré, le bronze a été paré de nombreuses façons en fonction des régions et coutumes.

A la renaissance on comprend mieux la matière et la «chaire» du bronze devient le support avec la naissance du travail d’oxydation simple du métal. Au XIXe siècle, l’âge d’or de la fonte au sable, les patines restes encore simplistes et se déclinent principalement en un vert bleuté et en brun.

Patine à chaud, au chalumeau, d'une sculpture en bronze.

L’apparition du chalumeau dans les fonderies d’art marque un tournant dans la technique de patine à chaud. Elle offre la possibilité d’incruster dans les pores du bronze divers oxyde. Le patineur dispose désormais de la liberté et du contrôle sur le nombre de couches, l’ordre d’application des oxydes et la concentration des produits utilisés.

Lorsque Marcello Valsuani entreprit ses travaux sur la patine du bronze, il apporta une gamme de coloris très riche valorisant l’œuvre sans détériorer la matière. Son «Noir Valsuani» est l’une de ses plus grandes réussites car il permet l’homogénéité de la patine tout en offrant un grand nombre de nuances, reliquat des couches successives appliquées lors du processus. En son temps, les autres fondeurs ne pouvaient égaliser la qualité de la technique de patine à chaud de Marcello car le conditionnement du bronze laissait des dépôts charbonneux dans la matière. La patine étant la signature esthétique du fondeur, chaque atelier conserve jalousement son secret de réalisation.

Principes du justificatif de tirage sur les bronzes[modifier | modifier le code]

La numérotation des bronzes est intervenue tardivement dans l’histoire de la sculpture, au début du XXe siècle. Cette pratique aujourd’hui obligatoire en Europe n’a pourtant pas fait l’unanimité à ses débuts. Les grands fondeurs du XIXe et début XXe siècle, Barbedienne, Susse Frère ou encore Hebrard étaient également éditeurs. La numérotation était perçue comme une contrainte commerciale qui limitait la valeur unitaire des tirages.

Justificatif de tirage d'un bronze pour une Epreuve d'Artiste , "EA I/IV"

Claude Valsuani était exécuteur et non commanditaire, sa vision déviait du système et il apportait un soin particulier à la qualité de ses bronzes. N’étant pas marchand, la numérotation ne représentait pas pour lui une limitation, au contraire, elle apportait une valeur et une originalité à chacune de ses fontes.

Claude a donc opté pour une numérotation enrichie d’un nombre fixe de tirage, généralement l’édition était limitée à 10 exemplaires plus deux exemplaires numérotés 0.

La législation en vigueur apporte des précisions sur la limitation du nombre de tirages pour un même modèle, pour qu’un bronze soit considéré comme original il doit être limité à douze exemplaires, huit en chiffre arabe et quatre éditions d’artistes en chiffres romain.


Femme aux bras levés de Benatov, modèle de 50 centimètres
Femme aux bras levés de Benatov, modèle de deux mètres

Agrandissement et impressions 3D[modifier | modifier le code]

Les sculpteurs du XIXe siècle, bien que renommés, n’avaient pas toujours beaucoup de moyens pour vivre. C’est pourquoi il était courant qu’une sculpture issue d’une commande publique soit déclinée en plusieurs autres modèles.

A l’époque les agrandissements ou réductions étaient réalisés grâce à un outil permettant de retranscrire précisément les détails d’un modèle sur un nouveau support dont la dimension était différente, le pantographe des sculpteurs aussi appelé machine à mettre au point.

Leonardo Benatov s’est intéressé très vite, en 1982, aux impressions 3D dans l’idée de transposer en taille monumentales ses propres sculptures. Il a réalisé sur commandes de nombreux agrandissement et copies d’œuvres originales le plus fidèlement possible afin de proposer des reproductions de sculptures iconiques lorsque les originales n’étaient pas accessibles au plus grand nombre.





Expositions et évènements[modifier | modifier le code]

- Inauguration Buste de Napoléon 1er L’aéroport d’Ajaccio, rebaptisé Aéroport Napoléon Bonaparte, a accueilli dans le cadre de la première Biennale Impériale le buste de l’empereur créé par Leonardo Benatov et fondu dans ses ateliers à la Fonderie Airaindor Valsuani L’inauguration a eu lieu le .

Le buste de Napoléon Bonaparte de Leonardo Benatov installé à l'aéroport d'Ajaccio.

- Rodin in Taichung Exposition de Bronzes monumentaux d'après Rodin en Chine de septembre à décembre 2007.

- Inauguration Buste Napoléon III

C’est dans le cadre du Bicentenaire du Code de Commerce que le sculpteur et fondeur Leonardo Benatov s’est vu commandé la création et la production en bronze d’un buste de Napoléon III par le Tribunal de Commerce de Paris. Il fut inauguré le lors d’une cérémonie présidée par Perette Rey, Présidente de Chambre au Tribunal de Commerce de Paris, en présence du Prince Charles Napoléon, Jean-Claude Magendie, premier Président de la Cour d’Appel.

Inauguration du Buste de Napoléon III au Tribunal de Commerce de Paris.

- Exposition à «Sculptures Monumentales des Maîtres du XXe siècle»

Exposition organisée au Musée Georges Braque à Saint-Dié-des-Vosges du 14 juillet au 10 octobre 2010.

- Kiev

Exposition en partenariat avec la ville de Kiev, la fonderie a exporté en 2009 le temps d’une exposition de nombreux bronze Monumentaux. L'exposition a connu un grand succès auprès des Ukrainiens qui se pressaient pour admirer la galerie exceptionnelle de chefs-d'œuvre de la sculpture moderne et contemporaine.

- Visite ministérielle et labélisation

Le , Benatov reçoit le label «Entreprise du patrimoine vivant» des mains de Frédéric Lefebvre, secrétaire d'État chargé du Commerce, de l'Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des Professions libérales et de la Consommation, et de Valérie Pécresse, alors porte-parole du gouvernement français. Lors de la visite, Leonardo Benatov a expliqué l’aspect unique et original des fontes qu’il réalise dans sa fonderie.

- Ordre des Chevalier des Arts et des Lettres

En avril 2014, Benatov reçoit des mains de la première femme Premier Ministre, Edith Cresson, l’insigne de Chevalier des Arts et des Lettres pour l’ensemble de sa carrière et son apport au monde de l'art et de la culture.

Artistes édités[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Lieux conservant des œuvres fondues par Airaindor Valsuani:

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fontes posthumes.
  2. Galina Stolyarova, Sensual sculpture: Rodin" St Petersburg Times (2012), (Issue # 1712).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Lebon, Dictionnaire des fondeurs de bronzes d'art, France 1890-1950, Marjon Éditions, 2003.
  • P.P. Dupont et C. Huberty, Les fonderies de bronzes, 1990.
  • Serge Gérard, Rodin, L'Homme d'Airain.
  • Armand Israël, Sculptures monumentales des Maîtres du xxe siècle, Éditions des Catalogues Raisonnés, 2010.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]