Fonderie G. Peignot & Fils

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fonderie G. Peignot et fils
logo de Fonderie G. Peignot & Fils
Fonderie de caractères typographiques G. Peignot et fils (1898-1923)

Création 1898
Disparition 1923
Fondateurs Pierre Leclerc, Gustave Peignot
Personnages clés Georges Peignot
Forme juridique Société en commandite
Siège social Paris
Drapeau de France France
Directeurs Georges PeignotVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Typographie, imprimerie
Produits Caractères typographiques

La Fonderie G. Peignot & Fils est une fonderie française de caractères typographiques, créée en 1898, et disparue entre 1919 et 1923, après une opération de fusion pour devenir la fonderie Deberny & Peignot. Dirigée par Georges Peignot (1872-1915), la fonderie G. Peignot & Fils est l'un des fleurons passés de la typographie française, une « maison d'élite », selon Louis Barthou[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La fonderie G. Peignot & Fils est née en 1898, après absorption de la fonderie Veuve Routier et Peignot (créée en 1867), elle-même issue de la fonderie Veuve Routier (créée en 1865) et de la fonderie de Pierre Leclerc (créée en 1842).

Fonderie de Pierre Leclerc (1842)[modifier | modifier le code]

En 1842, Pierre Leclerc, artisan mécanicien, crée une fonderie de blancs d'imprimerie (éléments de composition typographique en plomb qui couvrent tous les secteurs non imprimés de la page). « On peut le considérer comme le véritable créateur de la fonderie de blancs », dit de lui la revue La Fonderie typographique, en 1899[2]. Ces « blancs » entre les mots et les lignes, aux marges, etc., exigent une grande précision (cadratin, interligne, etc.).

Leclerc invente un procédé qui permet, au lieu de couper les blancs, de les couler dans des moules, ce qui accroît leur précision. En 1856[3], à la mort de Pierre Leclerc, la direction de l'entreprise est confiée à une amie de sa veuve, Clémentine Dupont de Vieux Pont, épouse Peignot (1815-1897)[4]. Cette dernière installe alors à côté d'elle son fils, Gustave Peignot (1839-1899), ingénieur des Arts et Métiers.

Fonderie Veuve Routier (1865) puis Veuve Routier et Peignot (1867)[modifier | modifier le code]

En 1865, la fonderie de Pierre Leclerc est vendue par adjudication aux Peignot. La nouvelle société est baptisée « Veuve Routier », nom de la bailleresse ayant rendu possible l’achat du fonds par Gustave Peignot. En 1867, celle-ci s’associe à Gustave Peignot par un acte où la société prend le nom de « Veuve Routier et Peignot ».


Publicité parue dans L'Imprimerie, en 1883, pour la Fonderie G. Peignot (1875-1898)


En 1869, l'entreprise déménage boulevard de Montrouge (futur boulevard Edgar-Quinet), aux nos 66-68, où un immeuble est construit (en étage pour la famille, au sol pour l'usine)[3]. En 1875, la dette envers la veuve Routier est apurée, et Gustave Peignot devient l'unique propriétaire de l'entreprise et de l'immeuble.

De 1875 à 1898, Gustave Peignot continue à dégager avec la fabrication des blancs d’importantes marges, non amputées cette fois-ci des remboursements à la veuve Routier. « Dans ce plomb il y a de l’or », lui avait dit sa mère en l’engageant[5]. Premier président de la Chambre syndicale des maîtres fondeurs typographes, il est reconnu dans la profession. Époux de Marie Laporte, il est père de 8 enfants.

Fonderie G. Peignot & Fils (1898)[modifier | modifier le code]

En 1898, Gustave Peignot fait donation de l'entreprise à ses enfants et distribue à chacun des parts égales dans une société en commandite, qui prend le nom de « G. Peignot & Fils ». Georges Peignot, son second fils, est choisi pour lui succéder[3], et est nommé co-gérant. Gustave Peignot meurt en 1899.

À partir de 1899, Georges Peignot oriente la fonderie de blancs vers la production de caractères, ce qui provoque une importante croissance du chiffre d'affaires. La qualité des alphabets met la fonderie G. Peignot & Fils au tout premier plan. En douze ans, Georges Peignot crée un grand nombre de caractères: Grasset, Auriol, Cochin, Garamond-Peignot, Bellery-Desfontaines, Naudin, Guy-Arnoux. Il publie également un Spécimen, catalogue de caractères encore aujourd’hui très recherché (600 pages, 2 tomes).

En 1904, pour faire face au développement de ses ventes, la fonderie G. Peignot & Fils construit une nouvelle usine au coin de la rue Cabanis et de la rue Ferrus. En 1911-1912, Georges Peignot envoie ses deux cadets, Lucien et Rémy, en Amérique du Sud chercher des distributeurs[6]. L’entreprise est à son apogée.

Mais la Première Guerre mondiale éclate en 1914. Volontaire pour le front, l’adjudant Georges Peignot est tué d'une balle au front, à la tête de sa section, le 28 septembre 1915, près de Givenchy. Ses quatre autres frères meurent également (dont l'aîné de maladie).

L'héritage de Georges Peignot est pris en otage par des querelles intestines : en 1919, sa propre mère, Marie Laporte-Peignot, impose à ses enfants ou à leurs veuves le versement sous la forme d’augmentation de capital d'une somme importante (1 million de francs) à son concurrent et beau-frère, la fonderie Deberny (fondée par Balzac en 1826), appartenant à Charles Tuleu (héritier d’Alexandre de Berny, et mari de Jane Peignot-Tuleu)[7].

En 1923, la fonderie G. Peignot et Fils disparaît, victime d'une fusion opérée entre la fonderie Deberny (2,6 millions, dont le million de subsides Peignot) et G. Peignot & Fils (4,1 millions). Le nom de la nouvelle entreprise met le nom Peignot au second plan : la nouvelle entité est en effet baptisée « Deberny et Peignot », mais couramment appelée « Deberny ». Contre toute logique (le gérant est généralement choisi par l'actionnaire majoritaire), c'est le gérant du minoritaire Deberny, Robert Girard, sous les ordres duquel la vieille fonderie Deberny avait périclité, qui prend les rênes de la nouvelle entité.

Créations typographiques[modifier | modifier le code]

La Fonderie G. Peignot & Fils est à la source de créations typographiques importantes, parmi lesquelles :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Centre d’études et de recherches typtographiques (CÉRT, ouvrage collectif), De plomb, d’encre et de lumière. Essai sur la typographie et la communication écrite, Paris, Imprimerie nationale, , 343 p. (ISBN 2-11-080781-4).
  • Jean-Luc Froissart, L’Or, l’âme et les cendres du plomb : L’épopée des Peignot, 1815-1983, Paris, librairie Tekhnê, , 400 p. (ISBN 2952283605).
  • Alan Marshall, Du plomb à la lumière. : La Lumitype-Photon et la naissance des industries graphiques modernes, Paris, Maison des sciences et de l’homme, , 432 p. (ISBN 978-2735110094).
  • Lydia Michalitsianos, Peignot : The Typeface, UMBC Advanced Type Press, (lire en ligne [PDF]).
  • Georges Peignot, Specimen, Paris, Fonderie de G. Peignot et Fils, , In-4 (237 × 156 mm).
  • Gustave Peignot, Spécimen, Paris, Fonderie spéciale de blancs et de filets, , In-8 (245 × 160 mm) ; huit parties : filets, divers, caractères pour le labeur, caractères pour journaux, caractères variés, fantaisies diverses, vignettes et coins, affiches.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Gazette du Bon Ton, composée en Cochin.
  • Rue des Quatre-Frères-Peignot à Paris, dans le prolongement de la rue Gutenberg, nommée ainsi pour faire mémoire à la fratrie de Georges Peignot, quatre frères qui perdirent la vie au cours de la Première Guerre mondiale.

Archives[modifier | modifier le code]

La Bibliothèque Forney administre le Fonds Peignot qui contient tous les originaux sauvegardés par la famille (comptes-rendus des assemblées, journal de Marie Laporte, correspondance des quatre frères André, Lucien et Rémy à Georges, etc.).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Barthou, « Lettres à un jeune Français. XXV. La contagion sublime », Les Annales, no 1727,‎ .
  2. « Gustave Peignot », La Fonderie typographique, no 7,‎ .
  3. a b et c Jane Tuleu, Souvenirs de famille, Paris, Deberny, , 77 p.
  4. « L'épopée de la famille Peignot », Bulletin de la Société historique & archivistique du XVe arrondissement de Paris, no 28.
  5. Jean-Luc Froissart, L’Or, l’âme et les cendres du plomb : L’épopée des Peignot, 1815-1983, Paris, librairie Tekhnê, , 400 p. (ISBN 2952283605).
  6. Marie Laporte-Peignot, Souvenirs, manuscrit, Fonds Peignot, Bibliothèque Forney (Paris).
  7. Marie Laporte-Peignot, op. cit.