Fondation pour la mémoire de la Shoah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne pas confondre avec le Mémorial de la Shoah.

La Fondation pour la mémoire de la Shoah est une institution française reconnue d'utilité publique[1] dont la vocation est de soutenir des projets ayant trait à :

  • l’histoire et la recherche sur la Shoah (bourses, aides à la recherche…)
  • la pédagogie (voyages scolaires, formation des professeurs…)
  • la mémoire et à sa transmission (réhabilitation des lieux de mémoire, documentaires, publications…)
  • la solidarité envers les survivants de la Shoah (programmes médico-sociaux)
  • la culture juive (manifestations culturelles, éducation…)
  • la lutte contre l'antisémitisme et au dialogue interculturel (actions éducatives, publications, films...).

Elle apporte un soutien permanent au Mémorial de la Shoah à Paris et à Drancy.[2]

Création[modifier | modifier le code]

La Fondation pour la mémoire de la Shoah a été créée en 2000, sur les recommandations de la Mission d'étude sur la spoliation des Juifs de France présidée par Jean Mattéoli. Créée en 1997, cette commission fut chargée d'étudier les différentes formes de spoliation intervenues à l'encontre des Juifs de France pendant la Seconde Guerre mondiale ainsi que l'étendue et les effets des mesures de restitution adoptées après la guerre[3].

Les fonds en déshérence résultant de la spoliation et conservés par les administrations de l’État et les établissements financiers français ont été reversés à la Fondation et constituent sa dotation. Cette dernière s'élève à 393 millions d'euros[4].

La Mission Mattéoli a également institué une Commission d'indemnisation des victimes de spoliations dont l'objet est d'étudier les nouvelles demandes d'indemnisation émanant de victimes ou de leurs ayant droit.

Organisation[modifier | modifier le code]

Avec les produits financiers de sa dotation, la Fondation subventionne le Mémorial de la Shoah et soutient de nombreux projets.

Les projets présentés à la Fondation sont soumis à des expertises indépendantes puis examinés par six commissions thématiques (Solidarité, Histoire de l’antisémitisme et de la Shoah, Mémoire et transmission, Enseignement de la Shoah, Culture juive, Lutte contre l'antisémitisme et dialogue interculturel), composées de personnalités qualifiées bénévoles.

Les recommandations des commissions sont ensuite soumises au bureau et au conseil d’administration de la Fondation qui décident des projets à soutenir et des aides à leur apporter. Des représentants ministériels siègent au conseil d'administration aux côtés de représentants des institutions juives et de personnalités qualifiées.

La commission financière, présidée par un magistrat de la Cour des comptes, veille à la préservation de la valeur de la dotation et au bon emploi de ses revenus [5].


Présidents[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Décret du 26 décembre 2000 portant reconnaissance d'utilité publique », Journal officiel de la République française,‎ (lire en ligne)
  2. Source : Fondation pour la mémoire de la Shoah
  3. Jean Mattéoli, Rapport général de la Mission d'étude sur la spoliation des Juifs de France, La Documentation française, , 205 p. (lire en ligne)
  4. Selon les statuts de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, ont contribué à cette dotation : l’État pour 224 816 566 euros ; la Caisse des dépôts et consignations pour 45 734 705 euros ; la Banque de France pour 10 854 370 euros ; l'Association française des établissements de crédit et des entreprises d'investissement pour 100 000 000 euros et la Fédération française des sociétés d'assurance pour 10 671 431 euros. Ces statuts, mis à jour à la date du 13 mai 2009, sont consultables à la Préfecture de Paris et d’Île-de-France, Section Fondations.
  5. Source : Fondation pour la mémoire de la Shoah
  6. Source : Fondation pour la mémoire de la Shoah

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]