Institut FMES

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'institut FMES
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Domaine d'activité
Siège social
Pays
Organisation
Personnes clés

Président : Vice-amiral (2s) Benoit le Masne de Chermont

Directeur exécutif : Jean-Claude Richard
Site web

L'institut FMES est une association loi de 1901 qui a succédé en à la Fondation Méditerranéenne d’Études Stratégiques (FMES). C'est un organisme de formation, de conseil et d'études (think tank) dont le siège est à Toulon.

La FMES avait été créée en 1989 afin d'œuvrer pour la sécurité et la stabilité de l'espace méditerranéen et pour le développement des pays du sud de la Méditerranée.

Evolution de l'institut[modifier | modifier le code]

L’institut FMES est né d’une prise de conscience de la nécessité de mieux faire connaître les enjeux et perspectives de la zone euro-méditerranéenne et de son environnement géopolitique aux cadres des secteurs publics et privés, des entreprises, des collectivités et des administrations. Depuis près de 30 ans il poursuit sa mission de développement en France et à l’étranger avec ses cycles d’enseignement de haut niveau, ses séminaires thématiques, ses colloques, ses publications, ses travaux de recherche, ses études et ses activités de conseil.

Aujourd’hui centre de ressources stratégie et emploi-formation de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur[1], spécialisé sur les questions militaires et industrielles, l’institut FMES participe au développement territorial de l’économie de défense à travers les actions coordonnées et complémentaires de ses trois pôles opérationnels :

  • le Centre Méditerranéen des Etudes Stratégiques ;
  • le Centre Méditerranéen Innovation et Economie de Défense ;
  • le Centre Méditerranéen Enjeux et Stratégies Maritimes.

Formations[modifier | modifier le code]

Les responsables d’aujourd’hui sont confrontés à un monde de plus en plus complexe qui connaît une mutation perpétuelle des risques, des enjeux et donc des stratégies à mettre en place pour prospérer. L’Institut FMES, conscient des difficultés rencontrées par les entreprises et par les institutions, propose plusieurs types formations.

Chaque année, l’Institut organise les sessions méditerranéennes des hautes études stratégiques (SMHES). Ce cycle de formation de 200 heures d’enseignement, se compose de sept séminaires et de deux missions d’étude à l’étranger lors desquels les auditeurs participent à des conférences-débats de haut niveau et réalisent des visites en lien étroit avec le thème développé au cours de la session. Cette formation s’adresse à des cadres des secteurs public et privé, à des chefs d’entreprise, à de hauts fonctionnaires et autres personnalités représentatives des différents secteurs d’activité.

La session « Enjeux et stratégies maritimes » est également un cycle de conférence s’organisant autour de séminaires en France et à l’étranger. Elle est organisée par l’IHEDN[2] avec le concours de l’Institut FMES et veille à sensibiliser les auditeurs aux enjeux maritimes, en particulier en matière de défense et de sécurité.

Outre ces cycles de formation, l’Institut FMES organise également des formations thématiques à la demande des entreprises et des institutions. Selon les besoins exprimés, l'institut FMES est en mesure de proposer des formations intra- et inter-entreprise, dans des domaines tels que la cybersécurité et la cyberdéfense, la gestion des enjeux socio-économiques dans les pays Arabo-musulmans et l’organisation de l’intelligence économique dans une PME. Cette énumération n'est pas exhaustive.

Etudes et conseil[modifier | modifier le code]

L’Institut FMES vise à fournir aux dirigeants d’entreprises, d’administrations et de collectivités des informations et propositions pour la définition d’un programme de résolution des problématiques de l’espace euro-méditerranéen et de son environnement géopolitique ne trouvant pas de solution formalisée.

Les travaux d’étude et de conseil menés reposent sur une analyse des risques et des menaces. Ils consistent à déterminer leurs spécificités en identifiant les scénarios possibles dans une zone ou pour une thématique déterminée (activité, pays, région) afin d’en estimer les conséquences probables à court, moyen et long terme ainsi que les mesures nécessaires pour y faire face.

Une équipe pluridisciplinaire détermine les situations potentielles les plus probables compte-tenu de l’existant et estime leurs conséquences sur la pérennité des activités identifiées par le demandeur.

Cet audit est conduit en étroite collaboration avec le prescripteur. Des entretiens sont menés avec les responsables managériaux des fonctions cibles. Une hiérarchisation des différents scénarios est réalisée à partir d’une matrice d’opportunité définie selon la vraisemblance des sources d’information et des effets possibles.

L'approche de l'institut FMES se base sur une expertise de qualité dans une démarche pragmatique et opérationnelle, tout en garantissant discrétion et confidentialité[3].

Actualités[modifier | modifier le code]

L'institut FMES publie quotidiennement une brève sur l'actualité dans le bassin euro-méditerranéen.

Historique[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

À la fin des années 1980, François Trucy, sénateur-maire de Toulon, et Daniel Colin, député du Var, désiraient transformer la ville de Toulon et valoriser celle-ci sous toutes ses formes. Il était nécessaire d'avoir le support d'industriels et pour attirer ceux-ci, trois éléments étaient à leurs yeux indispensables[réf. nécessaire] :

  • créer à Toulon des écoles d'ingénieurs,
  • passer un accord avec la Direction générale de l'Armement (DGA), très présente à Toulon,
  • et créer un pôle européen spécialiste de la géopolitique en Méditerranée.

C'est ainsi que prit naissance en 1989 la Fondation méditerranéenne d'études stratégiques, en tant qu'association de préfiguration à une fondation, de type loi de 1901. Elle comptait parmi ses membres fondateurs le Secrétariat général de la Défense nationale (SGDN), devenu aujourd'hui le Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale (SGDSN), l'Institut des hautes études de Défense nationale (IHEDN), le Centre des hautes études de l'Armement (CHEAr), la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, le département du Var. L'Ambassadeur de France Francis Gutmann fut désigné comme premier président de la Fondation et François Charollais, initiateur de cette création, vice-président exécutif.

Les premières actions de la FMES furent d'implanter une antenne à Paris, de constituer un réseau d'organismes algériens, marocains et tunisiens similaires à la Fondation et de mettre sur pied les Sessions méditerranéennes des Hautes études de l'armement (SMHEAr) dont la première promotion d'auditeurs réunit d' à une trentaine d'auditeurs. Outre la connaissance de l’espace méditerranéen dans ses multiples dimensions, ce type de formation permettait aux auditeurs de mieux se connaître et d’apprendre à travailler ensemble.

Étendant cette ambition à la Méditerranée occidentale, la FMES créa, avec le concours de l’Union européenne, l’association « Stratégie Développement Méditerranée » (Strademed) dont l’objectif était de donner cette capacité à travailler ensemble aux cadres du nord et du sud de la Méditerranée. Des cycles d'études communs pour les décideurs des pays européens et méditerranéens eurent lieu à Madrid en 1997, à Milan en 1999 et Alger en 2002.

En , l’Amiral Jacques Lanxade, ancien chef d’état-major des armées et ancien ambassadeur de France en Tunisie, succéda à l’Ambassadeur de France Francis Gutmann.

La FMES concentra alors son action sur les sessions devenues depuis Sessions méditerranéennes des hautes études stratégiques. Celles-ci continuèrent à accueillir, chaque année, une trentaine d’auditeurs tandis que les sessions « Strademed » étaient suspendues.

À partir de 2014, la FMES a organisé chaque année un séminaire à thème maritime alternativement au Sénat et à l'Assemblée nationale.

En , le Vice-amiral (2S[Quoi ?]) Benoit le Masne de Chermont est élu à la présidence de l'institut FMES en remplacement de l'Amiral Jacques Lanxade, nommé président d'honneur de la FMES.

En , la Fondation méditerranéenne d'études stratégiques change d'appellation pour se dénommer Institut FMES. Le nouvel Institut étend son périmètre d'études stratégiques qui s'élargit à l'ensemble des pays de civilisation musulmane du pourtour de la Méditerranée, du Moyen-Orient et de l'Afrique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Centres Ressources de la Région », sur www.maregionsud.fr (consulté le 14 décembre 2018)
  2. « Formation enjeux et stratégies maritimes (Espace maritime - Marine marchande) | Institut des hautes études de défense nationale », sur www.ihedn.fr (consulté le 14 décembre 2018)
  3. « Etudes et conseils », sur FMES (consulté le 14 décembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]