Fondation anti-corruption

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Foundation anti-corruption
Logo de l'organisation
Situation
Région Russie
Création 2011
Dissolution 2020
Type Association à but non lucratif
Organisation non gouvernementale
Siège Moscou, Russie
Langue Russe
Organisation
Directeur Ivan Jdanov
Directeur exécutif Vladimir Achourkov

Site web fbk.info

La Fondation anti-corruption (en russe : Фонд борьбы с коррупцией - Fond Borby s Korruptsieï ou FBK) est une ONG d'origine russe ayant pour principale vocation la lutte contre la corruption du gouvernement. Elle a été établie par Alexeï Navalny en 2011. Son financement provient de dons privés. Sa dissolution est annoncée en juillet 2020.

Mission[modifier | modifier le code]

Sa mission est d'enquêter sur la corruption des autorités russes.

Budget[modifier | modifier le code]

La FBK est financé uniquement par dons. En 2014 le budget a été 28,5 millions de roubles[1],[2].

En 2017, la FBK a reçu des dons de 30 000 personnes pour un montant total de 80 millions de roubles[2].

Procédures judiciaires[modifier | modifier le code]

Les comptes de la fondation sont gelés en août 2019 après une première vague de perquisitions de personnes liées à la fondation dans une enquête pour « blanchiment d'argent »[3].

Le 12 septembre, une nouvelle vague de perquisitions a lieu auprès de personnes liées à la fondation toujours dans l'enquête de blanchiment[4].

La fondation est considérée comme « agent étranger » en octobre 2019 et est mise sous surveillance accrue[5]. Deux dons venant de l'étranger et d'une valeur d'environ 2 100 dollars sont cités par le ministère de la Justice pour justifier son action. Cependant, un don provenant d'Espagne le 12 septembre est contesté par la fondation qui y voit une manipulation : ce don est arrivé le même jour qu'une vague de perquisitions de la police dans ses locaux et après que les comptes de la fondation aient été gelés[6].

Le 15 octobre 2019, une nouvelle vague de perquisitions a lieu aux domiciles de bénévoles et salariés de la fondation. Ces perquisitions sont toujours réalisées dans le cadre de l'enquête pour « blanchiment d'argent »[7].

Le 26 décembre 2019, une nouvelle perquisition a lieu dans les locaux de la FBK et ceux de la chaîne Navalny Live (situés à l'étage au-dessus)[8].

En mars et juillet 2020, la Fondation reçoit plusieurs amendes (entre 1000 et 6900 dollars américains) pour ne pas avoir mentionné, sur les différents comptes de médias sociaux, que la Fondation est un « agent étranger », ainsi que pour ne pas s'être enregistrée officiellement en tant que tel[9].

En décembre 2020, le Comité d'enquête de la Fédération de Russie ouvre une enquête pour « escroquerie » à l'encontre de Navalny. Il lui est reproché d'avoir utilisé une partie des dons de particuliers, faits principalement à la Fondation, pour ses besoins personnels. Le montant de l'escroquerie supposée est estimé à 356 millions de roubles, soit environ 4 millions d'euros[10],[11].

Dissolution[modifier | modifier le code]

L'entreprise Moskovski Chkolnik, proche du magnat Evgueni Prigojine, gagne un procès contre la Fondation, Alexeï Navalny et l'avocate et femme politique Lioubov Sobol pour diffusion d'informations que l'entreprise estime fausses. Ces derniers sont condamnés à payer 1,67 million de dollars américains (88 millions de roubles). En juillet 2020, Alexeï Navalny annonce la dissolution de la Fondation pour éviter de payer ces dommages[12],[9].

Gestion[modifier | modifier le code]

Le directeur de la FBK est Ivan Jdanov. Son directeur exécutif est Vladimir Achourkov et la productrice de la chaine "Navalny Live" est Lioubov Sobol[13].

La gestion et certains choix de la FBK sont critiqués par Vladislav Zdolnikov, un des prestataires informatiques de la FBK depuis plusieurs années. Il dénonce en particulier le choix de soutenir le candidat du Parti communiste Vladislav Joukovski dans la 30e circonscription lors des élections de la Douma de la ville de Moscou pour des raisons de connivences personnelles et le mauvais management des bénévoles et des projets informatiques au sein de la FBK[14].

Media[modifier | modifier le code]

La FBK a créé son propre journal appelé Léviathan[15] pour pouvoir assister aux conférences de Vladimir Poutine. Le nom du journal fait référence au film Léviathan d'Andreï Zviaguintsev qui dénonçait la corruption dans une petite ville russe.

Films[modifier | modifier le code]

La FBK a financé les films suivants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) « Rapport annuel de la FBK-2014 »
  2. a et b (en) « Alexey Navalny's Anti-Corruption Foundation is raising more money than ever before », Meduza,
  3. « Russie : gel des comptes de l’organisation anticorruption d’Alexeï Navalny », AFP,
  4. « Russie : des dizaines de proches de l’opposant Alexeï Navalny perquisitionnés », AFP,
  5. « L’organisation d’Alexeï Navalny classée « agent de l’étranger » en Russie », Nouvel Obs,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « Donation from Spain was made deliberately to impose ‘foreign agent’ status, says Russia's Anti-Corruption Foundation », Meduza,
  7. « Russie : l’organisation de l’opposant Alexeï Navalny perquisitionnée dans une quinzaine de villes », AFP,
  8. « Russie: l'opposant Alexeï Navalny libéré, après avoir été interpellé », RFI,
  9. a et b (en) « Navalny’s Anti-Corruption Foundation issued two fines for violating Russia’s ‘foreign agents’ law », meduza.io,
  10. (en) « Alexei Navalny to be investigated by Russian authorities over alleged fraud », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  11. Benoît Vitkine, « La justice russe ouvre une enquête pour « escroquerie » contre Alexeï Navalny », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  12. (en) « Navalny announces dissolution of Anti-Corruption Foundation », meduza.io,
  13. (en) « Russian protest leader among hundreds arrested amid Moscow rallies », sur The Independent,
  14. (en) « Long-time IT consultant for Alexey Navalny's Anti-Corruption Foundation quits, accusing management of corruption », meduza,
  15. (ru) « Leviathan media »