Fondation Zinsou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zinsou.
La fondation Zinsou à Cotonou

La Fondation Zinsou est une fondation privée créée en 2005 à Cotonou (Bénin), tournée vers l'action sociale et la culture et dédiée à l'art contemporain africain. Une œuvre salutaire pour la culture béninoise.

Histoire[modifier | modifier le code]

En , Marie-Cécile Zinsou, née en 1982 et diplômée d'histoire de l'art[1], lance le projet à Cotonou, avec l'aide de son père, l'homme d'affaires Lionel Zinsou, et de son grand-oncle, l'ancien président du Bénin, Émile-Derlin Zinsou[2]. La fondation est alors la première structure béninoise dédiée à l'art contemporain[3]. L'objectif de la fondation n'est pas de commercialiser les œuvres exposées comme le ferait une galerie, mais d'échanger les œuvres avec d'autres institutions internationales[4].

En huit ans, la fondation a réuni un millier d'œuvres d'art contemporain et accueilli quatre millions de visiteurs, dont une majorité d'écoliers. Vingt-quatre expositions ont été organisées, dix sept livres d'art publiés, notamment dans des collaborations avec le festival Regard Bénin 1.0 en 2010 qui devient la Biennale Bénin en 2012. La fondation Zinsou organise des ateliers pour enfants, des ateliers de danse, des workshop de photographie, contribuant au développement de la scène artistique au Bénin par une politique de formation des jeunes générations. La fondation a aussi ouvert deux mini bibliothèques dans Cotonou[3].

Bus de la Fondation Zinsou

Le , la Fondation Zinsou a ouvert les portes de son musée d'art contemporain, dans la ville de Ouidah, qui présente une sélection d'œuvres, extraites de sa collection[5]. Cette première exposition comprend des œuvres d'artistes tant locaux qu'internationaux : Romuald Hazoumé, Cyprien Tokoudagba, Frédéric Bruly-Bouabré, George Lilanga, Samuel Fosso, Seyni Awa Camara, Jean-Dominique Burton, Malick Sidibé, Seydou Keïta, Bruce Clarke, Chéri Samba, Mickäel Bethe Selassié, Aston, Kifouli Dossou et Solly Cissé[3].

En 2015, la fondation compte 63 employés[3]. Le budget global de la fondation est de 800 000 à 1 million d'euros financé par du mécenat privé. 80 % des visiteurs ont moins de 20 ans[6].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie de Marie-Cécile Zinsou », sur Leaders-afrique.com
  2. Philippe Perdrix, « Fondation Zinsou : un lustre de création », sur Jeuneafrique.com,
  3. a b c et d Hermann Boko, « Au Bénin, la fondation Zinsou fête ses dix ans », sur Lemonde.fr,
  4. Pierre Cochez, « Marie-Cécile Zinsou, une jeune mécène en Afrique », sur La-croix.com,
  5. Julien Maron, « MARIE-CÉCILE ZINSOU : « PARLONS DE L’AFRIQUE DE MANIÈRE POSITIVE » », sur Mensquare.com,
  6. a et b Valérie Duponchelle, « La Fondation Zinsou récompensée par le Prix Praemium Imperiale », sur Lefigaro.fr,
  • Le Quotidien de l'Art, 8 novembre 2012, Paris

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]